Accueil>Éditions spéciales>Les 55 ans des relations diplomatiques sino-francaises

Les entreprises chinoises en France

2019-03-04 12:30:00 Source:La Chine au présent Auteur:PHAN NNHAY
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

22 mai 2018, arrivée sur le marché français du fabricant chinois Xiaomi 

PHAN NHAY*  

L’année 2019 marque le 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France. En 1964, soit l’année de l’établissement de leurs relations diplomatiques, le volume du commerce bilatéral sino-français n’était que de 100 millions de dollars. En 2018, ce chiffre a dépassé 60 milliards de dollars.

Au sein de l’UE, la France est devenue le quatrième partenaire commercial de la Chine, elle représente la quatrième plus grande source d’investissements réels et se classe deuxième pour l’importation de technologies. Parallèlement, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de la France en Asie et sa deuxième plus grande source d’importation du monde.

Fréquence des échanges

La Chine et la France ont beaucoup d’affinités historiques. La France est, en 1964, la première puissance occidentale à avoir établi des relations diplomatiques avec la Chine, et en 1997, la première puissance occidentale à avoir établi un partenariat global avec la Chine. En 2000, les deux pays ont amorcé ensemble un dialogue stratégique bilatéral. Les relations sino-françaises, novatrices à bien des égards, offrent un modèle réussi de coopération sino-occidentale.

Ces dernières années, le commerce bilatéral sino-français s’est largement développé : les exportations françaises vers la Chine en matière de médecine, d’agriculture et d’alimentation ont connu une augmentation considérable ; les nouvelles activités économiques représentées par l’e-commerce se développent rapidement, avec une coopération qui ne cesse de s’élargir à de nouveaux domaines.

Les investissements chinois en France ont connu une croissance régulière. Selon le Rapport sur l’internationalisation de l’économie française (appelé ci-après Rapport annuel) publié par l’agence Business France, les investissements chinois en France ont connu une croissance de 30 % en 2017, la Chine devenant ainsi le pays asiatique, ex-aequo avec le Japon, qui a le plus investi en France cette année.

Cinquième plus grande économie au monde et deuxième plus grande économie de l’UE, la France attache la même importance à l’industrie et à l’agriculture. Elle dispose d’une structure économique équilibrée et complète, avec un système industriel perfectionné et une capacité d’innovation scientifique et technologique exceptionnelle. Il y a trente ans, la Banque de Chine est devenue la première entreprise à capitaux chinois à s’implanter dans l’Hexagone et, depuis lors, les échanges bilatéraux entre les deux pays n’ont cessé de s’intensifier. À l’heure actuelle, on compte plus de 600 entreprises chinoises sur le territoire français, représentant des domaines variés tels que la finance, l’énergie, l’aérospatial, les transports, la logistique, les télécommunications, les services juridiques commerciaux, le tourisme et la fabrication.

 

28 septembre 2016, inauguration à Carhaix-Plouguer (France) d’une filiale du groupe chinois Synutra

 

Diversification des investissements

Avec la croissance continuelle du commerce sino-français et des investissements bilatéraux, « aller à l’étranger » constitue désormais une nécessité pour les entreprises des deux pays. Mettant pleinement à profit les ressources des deux marchés, les grandes entreprises ne cessent de pousser les échanges économiques et commerciaux sino-français vers un plus haut niveau, quant aux PME, elles suivent la tendance et s’intègrent à la chaîne industrielle mondiale pour bénéficier aussi du développement actuel.

Les formes d’investissements chinois en France se diversifient, avec, par exemple, l’acquisition d’entreprises, l’implantation d’ateliers de production, la création de sièges régionaux, de centres de R&D et de projets dans les zones de coopérations. De plus en plus d’entreprises chinoises s’intéressent au marché français, et les activités commerciales évoluent progressivement du bas au haut de gamme.

Par ailleurs, les investissements chinois en France s’étendent de plus en plus aux régions françaises. À l’heure actuelle, plus de 40 % des entreprises chinoises ont investi en Île-de-France. Outre cette zone clé pour l’investissement, les régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bretagne et Normandie deviennent petit à petit plus populaires.

Approfondissement de la coopération

Depuis quelques années, la France promeut activement le plan « Industrie du futur ». Elle propose d’aider les entreprises à transformer leur mode d’opération, d’organisation, de R&D et d’affaires, en développant activement les industries émergentes liées au climat et à l’urbanisation verte. Cela crée de nouvelles opportunités de collaboration entre les entreprises chinoises et françaises dans de nouveaux domaines.

L’initiative « la Ceinture et la Route » favorise également l’approfondissement de la coopération sino-française. La France adhère activement à la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, en cherchant à établir des contacts commerciaux avec le Fonds de la Route de la soie. Avec la Chine, elle a créé un fonds destiné aux PME et un fonds d’investissement de tiers, qui ont obtenu de bons résultats. Promouvant la connexion entre l’initiative « la Ceinture et la Route » et le Plan d’investissement de l’UE, les entreprises chinoises et françaises peuvent explorer ensemble le marché européen.

Les domaines de coopération entre la Chine et la France peuvent encore être élargis. En effet, les deux pays ont de nombreuses complémentarités en matière de structure industrielle. Auparavant, les principaux investisseurs français en Chine étaient des grandes entreprises liées à l’énergie, à l’aviation et au nucléaire, mais aujourd’hui les domaines d’investissement se sont largement diversifiés. Dans le même temps, les investissements chinois en France se développent rapidement. La France est devenue la deuxième destination des investissements chinois en Europe. Grâce à des méthodes d’investissement diversifiées comme la participation financière ou encore la fusion-acquisition, les entreprises chinoises et françaises ont développé des coopérations dans beaucoup de domaines tels que les infrastructures, le tourisme, l’aviation, l’automobile et le textile.

Perspective attendue

Depuis toujours, les relations sino-françaises, qui sont globales et stratégiques, jouissent d’une base politique très stable. Les deux pays attachent une grande importance à la sauvegarde de la paix et à la construction d’un monde multipolaire. De nombreuses « initiatives », fruits de la diplomatie chinoise, ont été lancées avec la France. L’approfondissement du partenariat stratégique et le renforcement du partenariat économique et commercial multiplieront les opportunités de coopération entre les deux pays.

À l’heure actuelle, la Chine et la France se trouvent toutes deux dans une période importante de réforme et de transformations. La Chine applique une stratégie d’élargissement de la demande intérieure, d’augmentation des importations et de « sortie à l’étranger » des entreprises, tandis que la France déploie des efforts pour améliorer la compétitivité de son marché intérieur. Pour étendre l’envergure du commerce bilatéral et promouvoir les investissements bilatéraux, les deux pays continuent de développer leur coopération dans les domaines traditionnels, mais cherchent également à élargir la coopération à de nouveaux domaines tels que la production verte, l’urbanisation, la sécurité alimentaire, le développement durable et la protection de l’environnement.

À l’occasion du 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, le renforcement de la coopération économique et commerciale bilatérale fournira une garantie importante à la vitalité sur le long terme des relations sino-françaises. Les échanges étroits entre les entreprises, qui favoriseront certainement le développement économique et commercial des deux pays, apporteront de nouvelles contributions à l’amitié sino-française et à la coopération gagnant-gagnant.

 

*PHAN NNHAY est président de la Chambre de commerce et d’industrie de Chine en France, et directeur général de la succursale de la Banque de Chine à Paris.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号