Accueil>Éditions spéciales>Exposition internationale d’importation de la Chine>Reportage spécial

Vrai ou faux? – cinq préjugés fréquents sur les habitudes alimentaires des Chinois mis au banc d’essai

2018-11-09 17:23:00 Source:La Chine au présent Author:Verena Menzel
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

Les Chinois sont intolérants au lait et ne supportent pas les alcools forts. Voici des préjugés sur les habitudes alimentaires des Chinois qui demeurent courants en Occident.  

Mais sont-ils bien fondés? 

L’an passé, les importations chinoises de produits alimentaires ont atteint un volume total de 58.3 milliards de dollars. La majeure partie provenait de l’UE. À l’occasion de la première Exposition internationale d’importation de Chine (CIIE) à Shanghai, nous avons rencontré des représentants d’entreprises alimentaires européennes qui commercialisent leurs produits en Chine depuis plusieurs années, afin de mettre à l’épreuve cinq préjugés communs sur les habitudes alimentaires des Chinois. Qu’est-ce que les Chinois boivent et mangent réellement ? Nous avons mené l’enquête. Voyons ce que disent les faits ! 

Préjugé numéro 1 : les Chinois ne boivent que du thé vert. 

Les faits, avec Charles Arthur Smith et Wong Yuzheng de l’entreprise de thé anglaise Twinings :

 

 

Wong Yucheng (à gauche), responsable de marque de l’entreprise Twinings, et Charles Arthur Smith, ambassadeur de la marque Twinings en Asie du Sud-Est 

Wong: 

« Il est vrai que les Chinois boivent beaucoup de thé vert, mais ils consomment aussi volontiers d’autres sortes de thé, dont le thé noir qui est le thé préféré des européens. Nos bestsellers ici en Chine sont les thés noirs English Breakfast et Earl Grey. »

  

 

Smith:

« Notre entreprise, qui s’appuie sur plus de 300 ans de tradition, est présente dans la partie continentale de Chine depuis l’année 2000 et nos mélanges de thé, à base de fruits, de fleurs et d’autres épices, y enregistrent depuis une croissance régulière. Récemment, notre souhait est d’introduire un petit peu de la culture britannique du thé en Chine, patrie du thé, afin de contribuer aux échanges culturels culinaires. »

 

Préjugé numéro 2 : les Chinois ne supportent pas les alcools forts. 

Les faits, avec Jiri Mihel de l’entreprise tchèque L‘OR Absinth :

 

 

« L’OR est l’une des plus grosses entreprises d’absinthe en République Tchèque. L’absinthe est une boisson alcoolisée traditionnellement fabriquée à base de vermout, d’anis, de fenouil, et en fonction des recettes, d’un certain nombre d’autres herbes. Sa teneur en alcool est généralement entre 45 et 85 % du volume, ce qui la classe parmi les spiritueux les plus forts. Depuis 2012, nous vendons nos produits en Chine et l’activité se développe bien.   

Le préjugé selon lequel les Chinois ne supportent pas bien l’alcool est effectivement toujours répandu en Occident. Mais dans les faits, on trouve en Chine une large gamme de spiritueux locaux à haute teneur en alcool, tous communément désignés par le terme Baijiu. Ces alcools forts ont, pour certains, une teneur en alcool de 50 %.   

Donc en réalité, les Chinois apprécient et supportent très bien les alcools forts. L’expérience nous a d’ailleurs montré qu’ici, ce sont plutôt certaines sortes de bières fortes que les gens ne supportent pas bien. Notre bestseller en Chine est la boisson « 35 », dont la recette contient 35 herbes différentes. Son taux d’alcool est de 70 %. »   

 

Préjugé numéro 3 : les Chinois ne boivent pas de café. 

Les faits, avec Pietro Viganò, responsable des exportations de l’entreprise Dallmayr Kaffee, basée à Munich :  

 

« De plus en plus de Chinois découvrent le café comme alternative au thé. Notamment les jeunes aux revenus élevés, certains d’entre eux ont réellement pris goût au café. Notre entreprise qui représente la tradition allemande de la torréfaction, a donc décidé de venir en Chine présenter ses produits à la CIIE. Ici, nous somme juste à l’entrée du marché chinois.     

 

La réalité, c’est que le marché chinois du café ne cesse de s’agrandir. Des métropoles comme Beijing ou Shanghai ont même vu apparaître une scène barista très dynamique qui diffuse et célèbre l’art du café filtré. Pour une entreprise familiale de longue tradition comme la nôtre, c’est une véritable opportunité à saisir ! »  

 

Préjugé numéro 4 : les Chinois ne mangent pas de fromage.

Les faits, avec Hein Raijmakers et Emily Ai de l’entreprise hollandaise de produits laitiers FrieslandCampina: 

 

Emily Ai (à gauche), assistante Chef de produits laitiers, Hein Raijmakers (à droite), directeur marketing, ainsi qu’une représentante en costume traditionnel, devant le stand de l’entreprise FrieslandCampina à la CIIE 

Ai:

« En Chine, le marché des produits fromagers ne cesse de s’agrandir. C’est ce que nous avons pu observer depuis notre arrivée dans la partie continentale de Chine il y a 10 ans. Les Chinois mangent bel et bien du fromage et il est très intéressant de noter que la part des produits pour enfants représente presque la moitié du secteur fromager. Notre gamme de produits comprend donc différents produits fromagers pour enfants qui sont assez doux et qui représentent pour nous un bon tremplin vers les consommateurs chinois. Parce qu’en fin de compte, les jeunes chinois d’aujourd’hui sont les amateurs de fromage de demain. »  

 

Raijmakers:

« Il est vrai que, jusqu’à maintenant, les clients chinois ont une préférence pour les produits assez doux et nous, en tant qu’entreprise, nous cherchons naturellement à nous adapter à cette demande. Mais le fait est qu’en Chine, en matière d’alimentation, les gens aiment expérimenter et sont très ouverts à de nouvelles expériences gustatives. Et cela vaut aussi pour le fromage. Ainsi, nous proposons en Chine une gamme de produits plus épicés, même si, évidemment, dans ce domaine, le marché doit encore se développer. »

 

Préjugé numéro 5 : les Chinois sont intolérants au lait. 

Les faits, avec Bob den Hartog de l’entreprise laitière danoise Arla : 

 

« Des études récentes ont montré que plus de 90 % des Chinois souffrent d’une intolérance au lactose. Toutefois, très peu de gens en sont conscients, donc ils consomment quand même du lait et des produits laitiers. Le problème de l’intolérance au lactose est assez mal connu en Chine.  

Ceci dit, les gens ne consomment ici qu’environ un tiers de la quantité de produits laitiers consommés par jour et par personne en Occident. Cela reste donc assez marginal.   

L’entreprise Arla commercialise depuis dix ans différents types de produits laitiers en Chine, notamment du lait et du lait en poudre, du beurre et du fromage. La plus grosse partie de notre activité est la production d’aliments pour nourrissons et de lait UHT. Notre entreprise vend à elle seule plus de 100 millions de litres de lait par an en Chine. Ce qui nous permet de réfuter avec certitude le préjugé selon lequel les Chinois ne boivent pas de lait. » 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号