Accueil>Éditions spéciales>APN&CCPPC 2024>Opportunités

Une ouverture de haut niveau

2024-01-11 10:07:00 Source:La Chine au présent Auteur:LI GANG*
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

  

Des visiteurs étrangers examinent la présentation du projet d’exploitation des énergies propres sur le stand de PetroChina à la CISCE, le 28 novembre 2023. 

Au cours des 45 ans de réforme et d’ouverture, la Chine a accompli de nombreuses réalisations remarquables. En tant que plus grand pays en développement, son expérience unique profite au peuple chinois et contribue à la croissance mondiale.

Une forte dynamique 

Pendant les 45 dernières années de réforme et d’ouverture, le taux de croissance annuel moyen de la Chine était proche de 10 %, ce qui a attiré l’attention du monde entier. Même en 2008, lorsque de principales économies mondiales ont connu un ralentissement, voire une récession, après l’éclatement de la crise financière internationale, l’économie chinoise a maintenu un taux de croissance relativement élevé et a été la première à se redresser, devenant ainsi un moteur important de la reprise économique mondiale.

En 2019, le COVID-19 s’est déclaré dans le monde entier et a eu de graves répercussions sur les différentes économies. Selon le Bureau national des statistiques de Chine, cette année-là, le PIB de la Chine a atteint 98 700 milliards de yuans, représentant plus de 16 % de l’économie mondiale et contribuant à près de 30 % de la croissance mondiale. Des données du Fonds monétaire international montrent que l’économie mondiale s’est contractée de 3,1 % en 2020, tandis que la Chine a réalisé une croissance de 2,2 %, la seule parmi les principales économies au monde.

Actuellement, le monde est encore confronté au risque de rupture des chaînes d’approvisionnement et de polarisation des économies. Depuis 2023, la Chine a accéléré le retour à la normale de la production, ce qui, d’une part, contribue à la stabilité des chaînes industrielle et d’approvisionnement mondiales, et d’autre part, apporte de l’espoir, de la confiance ainsi qu’une dynamique dans la reprise de l’économie mondiale.

 

L’équipage du vol 129 Sydney-Shanghai de la compagnie aérienne australienne Qantas pose à Sydney, le 30 octobre 2023. 

Un marché partagé 

Avec le développement économique et l’amélioration du niveau de vie de la population, la demande d’importation de la Chine a rapidement augmenté. Depuis 2018, la Chine organise des expositions d’importation, ouvrant activement ses marchés au monde. Lors de la 1re édition de l’Exposition internationale d’importation de la Chine (CIIE) en 2018, le président chinois Xi Jinping a déclaré que les importations chinoises de biens et de services devraient dépasser respectivement 30 000 milliards de dollars et 10 000 milliards de dollars dans les quinze années suivantes.

Malgré la pandémie, la Chine n’a cessé d’élargir son ouverture, en accélérant la mise en place d’un nouveau modèle de développement reposant sur le rôle primordial du circuit économique national et l’interaction dynamique entre les circuits économiques national et international, ce qui a permis à d’autres pays de partager le marché chinois.

Membre de l’Organisation mondiale du commerce et puissance commerciale majeure dans le monde, la Chine est un fervent défenseur du libre-échange mondial et s’oppose fermement à toute forme de protectionnisme commercial. De plus, elle préconise l’élaboration d’une stratégie de croissance du commerce mondial, pour promouvoir le financement par le commerce et renforcer la compétitivité des pays en développement dans le commerce mondial.

Avec la tendance croissante à l’intégration économique mondiale, les investissements transfrontaliers des entreprises sont devenus monnaie courante. Ainsi l’élaboration d’un cadre mondial de gouvernance des investissements et la coordination des politiques mondiales d’investissement permettraient de protéger efficacement les intérêts des investisseurs. Certains pays en développement sont confrontés au double dilemme de la pénurie de capitaux et du manque d’attractivité, tandis que les initiatives promues par la Chine destinées à stimuler les investissements dans les pays à faibles revenus et à améliorer l’environnement de l’investissement dans ces pays contribueraient à changer cette situation.

 

Le Parc d’innovation du café de Starbucks en Chine à Kunshan (Jiangsu) 

Un bon environnement 

Le 16 novembre 2022, Li Chao, porte-parole de la Commission nationale du développement et de la réforme, a déclaré que l’attraction et l’utilisation des investissements étrangers constituaient une part importante de l’élargissement de l’ouverture de haut niveau de la Chine, tout en annonçant une série de nouvelles mesures, entre autres, la réduction de la liste négative d’accès au marché pour les investissements étrangers.

En fait, le gouvernement chinois s’applique à optimiser en permanence l’environnement pour les investissements étrangers, afin de créer des opportunités commerciales pour les entreprises étrangères ayant l’intention d’investir en Chine. Le 1er janvier 2020, la Loi relative aux investissements étrangers en Chine est entrée en vigueur, et depuis le 1er avril 2020, la limite de la participation étrangère dans les sociétés chinoises de valeurs mobilières a été supprimée. Ces améliorations ont renforcé l’attrait de la Chine pour les investissements étrangers, facilitant les investissements et créant des opportunités pour les entreprises étrangères. Selon le rapport Doing Business 2020 publié par la Banque mondiale, la Chine est passée de la 78e place en 2017 à la 31e en 2019, et pour la deuxième année consécutive, elle figurait parmi les dix économies au monde qui s’amélioraient le plus rapidement en termes d’environnement des affaires.

En 2023, le Conseil des Affaires d’État a publié 24 mesures de promotion des investissements étrangers dans six aspects, notamment l’amélioration de l’utilisation des capitaux étrangers et la garantie du traitement national des entreprises à capitaux étrangers.

Selon une étude menée par le Conseil chinois pour la promotion du commerce international auprès d’environ 800 entreprises à capitaux étrangers dans 26 provinces chinoises, près de 90 % des entreprises interrogées sont satisfaites des indicateurs relatifs à l’acquisition d’exploitation, au paiement des impôts, à l’accès au marché, au commerce transfrontalier et à la promotion de la concurrence sur le marché, et que plus de 90 % des entreprises étaient satisfaites des mesures politiques sur les capitaux étrangers publiées par le gouvernement chinois durant le quatrième trimestre de 2022.

Le 18 août 2023, Starbucks a annoncé la création d’un centre d’innovation et de technologie à Shenzhen (Guangdong), avec un investissement initial d’environ 1,5 milliard de yuans pour améliorer ses capacités technologiques et son infrastructure de données, afin de soutenir le processus de numérisation de ses boutiques et autres canaux. « Depuis son entrée en Chine il y a 24 ans, Starbucks a confiance dans le marché chinois et augmente ses investissements depuis ces dernières années », a indiqué Molly Liu, directrice des opérations de Starbucks (Chine).

Sur les sept premiers mois de 2023, le volume total d’import-export de la base de production et d’approvisionnement d’AstraZeneca située dans le Jiangsu a dépassé 2,65 milliards de dollars, soit une hausse de plus de 26 % en glissement annuel. « Avec un marché surdimensionné et une chaîne d’approvisionnement résiliente, la Chine est devenue le deuxième plus grand marché au monde pour notre entreprise et un moteur important pour nos affaires futures », a remarqué Wang Lei, vice-président exécutif mondial d’AstraZeneca.

 

La zone de libre-échange de Nansha à Guangzhou (Guangdong) 

Une contribution majeure 

Depuis la réforme et l’ouverture, certains indicateurs sociaux s’améliorent sans cesse en Chine. Selon les standards de la Banque mondiale, en 1980, presque tous les Chinois vivaient en dessous du seuil de pauvreté absolue fixé à 1,90 dollar par jour. Entre 1982 et 2022, le nombre de personnes pauvres en Chine a diminué de près de 800 millions, soit environ 75 % de la population mondiale sortie de la pauvreté au cours de la même période. C’est sans doute la plus grande contribution de la Chine à la gouvernance mondiale du développement.

En tant que grand pays en développement responsable, la Chine, tout en se consacrant à son propre développement, développe activement la coopération Sud-Sud et accorde, dans la mesure de ses capacités, une aide à d’autres pays en développement, en particulier les pays les moins avancés et les pays à faibles revenus, pour contribuer à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

L’aide de la Chine se présente principalement sous forme de projets de construction, de fourniture du matériel, de dons aux organisations de développement compétentes, de formation de personnel professionnel et technique, d’envoi d’équipes médicales et d’allègement de la dette, entre autres. D’après le Rapport sur la mise en œuvre des OMD par la Chine (2000-2015) publié conjointement par les Nations unies et le ministère des Affaires étrangers de la Chine, la République populaire de Chine a fourni, depuis sa fondation en 1949, une aide totale de près de 400 milliards de yuans à 166 pays et organisations internationales, et a formé pour eux plus de 12 millions de personnes professionnelles spécialisées.

Les plus de 40 ans de réforme et d’ouverture de la Chine ont pleinement contribué à l’intégration profonde de l’économie chinoise dans l’économie mondiale et prouvent que l’expérience de la Chine en matière de développement sert de référence à un grand nombre de pays en développement pour leur modernisation. On peut affirmer que la Chine, grâce à sa modernisation, contribue grandement au progrès de la civilisation humaine.

Récemment, la Chine a publié une série de nouvelles politiques et mesures sur une plus grande ouverture, telles qu’un essai d’extension du champ d’application de l’exemption unilatérale de visa, une augmentation significative de vols internationaux, une libéralisation complète de l’accès au secteur manufacturier pour les capitaux étrangers et l’organisation de la 1re Exposition internationale des chaînes d’approvisionnement (CISCE). L’élargissement de l’ouverture de haut niveau a favorisé la modernisation à la chinoise, et apporte également de nouvelles opportunités au monde.

 

*LI GANG est docteur en économie et professeur distingué à l’Institut Oujiang de l’Université de Wenzhou. 

 

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备10041721号-4

京ICP备10041721号-4