Accueil>Éditions spéciales>APN&CCPPC 2024>Opinions

Ouvrir grand la porte

2024-01-12 12:06:00 Source:La Chine au présent Auteur:MEI XINYU
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

  

La technologie d’ablation de la fibrillation atriale exposée sur le stand de Medtronic, dans la zone d’exposition des équipements médicaux et produits de santé à la 6e Exposition internationale d’importation de la Chine (CIIE) à Shanghai, le 9 novembre 2023 (PHOTO : YU JIE)

Parmi les huit mesures majeures annoncées par la Chine lors du 3e Forum de « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale afin de soutenir une coopération de haute qualité dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route », l’annulation de toutes les restrictions d’accès des investissements étrangers dans le secteur manufacturier chinois est l’une des plus frappantes.

Elle témoigne de l’engagement constant de la Chine en faveur de l’ouverture et constitue un grand pas en avant pour la Chine dans des démarches de développement clés, à savoir une nouvelle étape de la promotion d’une fabrication compétitive à l’échelle internationale dans un environnement ouvert, une réponse aux tentatives de découplage avec la Chine et l’affirmation de son rôle de porte-drapeau mondial du libre-échange. Le maintien d’une ouverture de haut niveau exige des efforts inébranlables pour renforcer la productivité et le dynamisme du secteur manufacturier sur le long terme.

L’importance de l’industrie manufacturière

L’industrie manufacturière est d’une importance capitale pour l’économie chinoise. Elle a représenté plus de 27 % du PIB du pays sur les trois premiers trimestres de 2023, qui a atteint 91 300 milliards de yuans, soit environ 12 700 milliards de dollars américains. Elle est également le fondement de nombreux autres segments industriels. De nombreuses industries de services, en particulier les industries de services modernes à revenu élevé, découlent de l’industrie manufacturière moderne. La Chine tâche de renforcer continuellement la compétitivité et la place mondiale de son industrie manufacturière dans un environnement ouvert.

La Chine, qui est entrée tardivement dans la révolution industrielle moderne, a d’abord mis en place de nombreuses mesures dans divers domaines pour protéger son marché intérieur, du commerce à l’accès des investissements étrangers. Néanmoins, elles ne sont que transitoires plutôt que définitives.

Grâce au renforcement de ses industries et à des réalisations remarquables qui ont dépassé les attentes, la Chine a surmonté de nombreux obstacles qui entravent le progrès économique et l’équilibre macroéconomique des pays en développement. Une grande partie de ses secteurs industriels n’en sont plus à leurs balbutiements et n’ont plus besoin de mesures de protection étendues. Ils ont désormais plutôt besoin de nouvelles pressions pour stimuler l’innovation et accroître le dynamisme.

Dans ce contexte, la Chine doit s’efforcer de suivre le rythme de la situation changeante, en mettant l’accent sur une ouverture élargie, qui implique les marchés de vente, ainsi que ceux d’investissement et d’actions. Il est nécessaire pour le pays de renforcer la compétitivité-coût de son industrie manufacturière et des secteurs connexes en intégrant un éventail plus étendu d’intrants internationaux, ce qui permettra de renforcer la compétitivité et la vigueur du marché intérieur grâce à « l’effet du poisson-chat », c’est-à-dire la stimulation créée par l’introduction d’un concurrent fort qui pousse les moins forts à se renforcer.

Cette ouverture élargie trouve son ancrage dans les fondamentaux de l’économie chinoise avec un agrégat en expansion continue et la montée en puissance d’un grand nombre d’entreprises chinoises. D’un point de vue macroéconomique, le marché intérieur de la Chine, deuxième plus grande économie mondiale, est désormais suffisamment robuste pour résister aux chocs économiques externes sans avoir à recourir à des mesures de protection.

Au niveau microéconomique, les entreprises chinoises d’importance systémique sont déjà à l’avant-garde dans le monde. Les prouesses technologiques et l’efficacité des entreprises chinoises ont atteint des sommets significatifs, même dans les secteurs manufacturiers à forte intensité de capital et de technologie, ce qui leur permet de rivaliser avec leurs homologues occidentales. Cela est remarquablement illustré par l’ascension rapide du secteur chinois des véhicules à énergie nouvelle et la position de leader du géant de la technologie Huawei dans de nombreux domaines. Entre-temps, la Chine a mis en place un cadre complet comprenant la protection des droits de propriété intellectuelle, la protection des secrets commerciaux, les mesures anti-monopole et les examens de sécurité nationale, renforçant ainsi la robustesse de son environnement réglementaire.

 

Des employés de l’entreprise Zouda Robot testent les véhicules à guidage automatique (VGA) à Chongqing, le 8 octobre 2023.

Une position résolue

Au cours des dernières décennies, lorsque la Chine était moins compétitive et que d’autres pays étaient en train de se mondialiser, il était crucial de faire preuve de prudence et de prévenir la domination du capital étranger sur les industries du pays. Cependant, avec l’amélioration de la compétitivité de la Chine et les restrictions aux investissements dans l’industrie manufacturière chinoise de pointe que resserrent continuellement les pays occidentaux, avec à leur tête les États-Unis, il n’est plus question de craindre l’afflux de capitaux étrangers, mais de s’inquiéter de leur réticence et de leur retrait.

L’amélioration de l’environnement commercial du pays, l’élargissement de l’ouverture et l’accroissement de la productivité sont essentiels pour relever ce défi majeur. La Chine doit inciter les entreprises manufacturières mondiales de pointe à poursuivre et à étendre leurs investissements dans le pays, consolidant ainsi sa stature de centre manufacturier mondial. L’élimination des restrictions d’accès au marché pour les investissements étrangers dans le secteur manufacturier fait partie intégrante de ce processus.

Il est crucial pour la Chine, en tant que premier exportateur de marchandises et source majeure d’investissements directs étrangers dans le monde, d’accroître l’accessibilité à son marché de ses partenaires commerciaux. En élargissant activement sa propre ouverture, la Chine peut gagner la confiance des autres et obtenir un effet de levier, lorsqu’elle plaide en faveur de l’accès au marché de ses partenaires commerciaux.

Dans les quelque 80 années suivant la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont été un partisan éminent du libre-échange mondial. Cependant, à l’heure actuelle, gagnés par la montée des sentiments anti-mondialisation, ils font preuve d’un repli croissant et ne peuvent plus le prétendre. L’Union européenne et le Japon, compte tenu de l’évolution de leur dynamique institutionnelle, de leurs tendances démographiques et de leur penchant pour le protectionnisme commercial, sont confrontés à des défis similaires. À ce moment charnière, quel autre pays est mieux placé que la Chine pour jouer le rôle de défenseur du libre-échange mondial ?

L’annonce récente de la levée des restrictions d’accès des investissements étrangers dans le secteur manufacturier chinois a marqué un nouveau jalon dans l’élargissement de l’ouverture du pays, une politique qui dure depuis des décennies. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter de sa continuité.

La poursuite d’une ouverture réciproque et de haut niveau représente indéniablement la voie la plus avantageuse pour le développement économique de la Chine. Cependant, la condition préalable à la réussite de cette politique consiste à permettre aux industries nationales de se doter d’une forte compétitivité internationale. Par conséquent, il est impératif pour la Chine d’accroître constamment la productivité et le dynamisme de son industrie manufacturière. Ce n’est qu’à travers de tels efforts que la Chine pourra parvenir à un développement durable à long terme et maintenir l’état optimal d’ouverture réciproque de haut niveau au fil du temps.

 

*MEI XINYU est chercheur à l’Académie chinoise du commerce international et de la coopération économique relevant du ministère du Commerce.

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备10041721号-4

京ICP备10041721号-4