Accueil>Éditions spéciales>40 ans de réforme et d'ouverture>Ce que la réforme et l'ouverture apportent au monde

Pourquoi les talents internationaux préfèrent Pudong ?

2018-09-20 09:02:00 Source:La Chine au présent Author:MA LI, membre de la rédaction
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

« J’habite à Shanghai depuis 6 ans, mais j’avoue être un Shanghaïen depuis bien plus longtemps. Cette année, j’ai une « maison » à Shanghai au sens véritable du terme. » Le 16 juin 2017, Zhou Hong, directrice du Groupe Roche (Shanghai) et de nationalité allemande, a reçu la première carte de résident permanent de Shanghai. Dans la même journée, la nouvelle zone de Pudong a annoncé l’établissement du premier Bureau des talents internationaux de la Chine, et le lancement de neuf nouvelles mesures pour faciliter l’entrée et l’emploi des talents étrangers, afin de les inciter à participer dans le processus de modernisation et d’internationalisation de Pudong.

La première carte de résident permanent

En tant que dirigeante de l’entreprise, Zhou Hong voyage beaucoup entre Shanghai et les villes du monde entier. La carte de résident permanent en Chine facilite non seulement les processus de visa, mais donne aussi un sentiment d’appartenance à la Chine.

En avril 2017, après le lancement de la nouvelle mesure d’introduction des talents internationaux à Shanghai, Zhou Hong a demandé immédiatement au Comité d’administration de la zone de libre-échange de Shanghai une carte de résident permanent. Elle a été la première à l’obtenir à Shanghai.

Zhou Hong est née à Wenzhou dans la province du Zhejiang. À l’âge de 12 ans, sa famille a émigré en Allemagne. En 1996, Zhou a obtenu le Master de commerce du Haut collège d’économie de Berlin (Fachhochschule für Wirtschaft Berlin). Sept ans plus tard, elle se retrouve à Pudong et non à Berlin comme on aurait pu s’y attendre.

Selon Zhou, la raison de ce choix tient à la ville même de Shanghai : une ville internationale qui fait tout pour attirer les talents du monde. Shanghai possède non seulement une vie culturelle foisonnante, mais se trouve aussi à la pointe de la modernité. Aux yeux des Chinois d’outre-mer comme elle, la nouvelle zone de Pudong est synonyme de développement, d’innovation et de création d’entreprise. Ces dernières années, le site est de plus en plus célèbre grâce de sa zone de libre-échange.

Le Groupe Roche est arrivé à Shanghai en 1994. Première entreprise multinationale pharmaceutique, le groupe a été témoin du développement de Pudong. Cette ancienne terre agricole a subi une grande transformation. « Beaucoup d’entreprises et centres de recherches s’y sont installés, ce qui a accéléré la construction d’infrastructures pour le sport, la finance, l’éducation et la culture. En plus la vie est devenue de plus en plus facile et confortable. » De fait, Zhou Hong et sa famille adore la vie à Pudong.

Son entreprise se développe facilement grâce aux mesures de la zone pilote de libre-échange et au centre d’innovation scientifique de Pudong. Par exemple, les procédures pour attirer les investissements étrangers et le service de dépôt transfrontalier facilitent beaucoup l’implantation des entreprises multinationales. En juillet 2017, le Groupe Roche (Shanghai) a lancé un nouveau médicament contre le mélanome. Grâce au centre pour l’évaluation des médicaments dans la zone de libre-échange de Pudong, le processus d’évaluation a été considérablement accéléré puis vendu sur le marché deux ans plus tôt que prévu. Pour l’entreprise, cela permet d’engranger un plus grand profit, mais c’est aussi une bonne nouvelle pour les patients.

En fait, la nouvelle zone de Pudong a adopté deux stratégies nationales : la zone pilote de libre-échange et le centre d’innovation scientifique. Mais cela dépend de la participation et du soutien des entreprises. Zhou Hong explique : « J’ai précisément obtenu cette carte de résident permanent grâce au soutien du gouvernement pour le Groupe Roche (Shanghai). » Il y a 24 ans, le Groupe Roche a réalisé un grand investissement à Shanghai. Cette entreprise est maintenant la plus importante dans le parc pharmaceutique de Zhangjiang. Elle est à l’origine d’une chaîne pharmaceutique complète qui inclut la recherche, l’exploitation, la fabrication et la mise en vente sur le marché. Aujourd’hui, l’entreprise a le projet de construire un centre d’innovation dans le parc pharmaceutique de Zhangjiang, d’un montant de 863 millions yuans, qui devrait voir le jour en 2019. Pour répondre à la demande des patients en provenance du monde entier, ce centre concentrera ses recherches sur l’exploration de nouveaux médicaments contre les maladies immunes, infectieuses et inflammatoires.

Le rêve de Rhorick à Pudong

« Avant d’arriver en Chine j’avais déjà une bonne image de Shanghai. Puis une fois arrivé à Pudong, j’ai été de plus en plus séduit par cette ville. Je me souviens, lors de ma première journée, j’ai tout de suite ressenti l’envie d’y rester plus longtemps. » Tyler Rhorick, est un étudiant américain du NYU Shanghai (New York University Shanghai). À la fin de mai 2017, il a obtenu sa licence. Avant cela, il avait aussi obtenu le premier permis de travail en Chine. « J’ai bien vu l’internationalisation et la tolérance de cette ville lorsque j’ai commencé à y travailler. Chaque étranger trouvera ce qui lui convient tant sur le plan professionnel que personnel. Pendant le weekend, je vais jouer au basketball, je vais dîner dans des endroits chics et écouter de la musique avec mes amis chinois. » Depuis un an, Rhorick travaille comme assistant directeur du projet de recrutement des nouveaux étudiants pour la NYU Shanghai. Il s’adapte bien au travail et profite pleinement de sa vie à Shanghai.

Auparavant, pour les talents internationaux, il fallait au moins deux ans d’expériences à l’étranger et un diplôme de master ou plus élevé. Mais avec les neuf nouvelles mesures pour faciliter l’entrée et l’emploi des talents étrangers à Pudong, des jeunes comme Rhorick peuvent obtenir un emploi en Chine plus facilement.

« Les étudiant étrangers de la NYU Shanghai peuvent obtenir le permis de travail en Chine, à condition qu’ils trouvent un emploi dans un délai d’un an après l’obtention du diplôme, et que sa situation satisfait aux lois et règlements en Chine. Ce n’est pas la peine d’avoir deux ans d’expériences de travail à l’étranger. » Selon Rhorick, ces mesures exercent un grand attrait sur les talents internationaux et stimulent également le développement de l’innovation et de l’internationalisation de Shanghai.

« J’aime Shanghai, chaque fois que je voyage dans les autres pays, Shanghai me manque. Cette ville est un foyer stable pour moi en tant qu’adulte loin de mes parents. » Rhorick a signé un contrat de trois ans avec la NYU Shanghai. Il espère aussi pouvoir présenter la Chine à sa famille et ses amis.

 

Plus d’infos :

Neuf mesures pour attirer les talents internationaux dans la nouvelle zone de Pudong

La carte de résident permanent pour les étrangers : Les étrangers qui ont un emploi dans la zone de libre-échange de Shanghai et satisfont aux conditions nécessaires, peuvent demander à passer par la procédure simplifiée sur recommandation du Comité d’administration de la zone de libre-échange de Shanghai.

La carte de résident permanent pour les Chinois d’outre-mer : Les Chinois d’outre-mer, qui ont un doctorat, ou une expérience professionnelle de quatre ans sans interruption, et séjournent au moins 6 mois par an dans la zone de libre-échange de Shanghai, peuvent demander la carte de résident permanent.

La demande de visa pour les étrangers : Les étrangers employés sur place dans la zone de libre-échange de Shanghai, peuvent demander le « visa-talent » auprès de l’autorité du port avec une lettre de recommandation. Après l’entrée en Chine, les étrangers peuvent faire la demande du permis de résidence. Si les étrangers sont déjà entrés en Chine avec d’autres types de visa, ils peuvent aussi demander le changement du type de visa et obtenir le permis de résidence en Chine.

La création d’entreprise pour les étudiants étrangers : Avec une lettre de permission délivrée par une université, les étudiants étrangers peuvent créer à Shanghai leur entreprise dans la zone de libre-échange.

L’emploi pour les étudiants étrangers : Les étudiants étrangers, diplômés d’une licence ou plus, et qui veulent un emploi dans la zone de libre-échange, peuvent directement demander le permis de travail pour les étrangers.

L’emploi transfrontalier pour les étudiants étrangers : Les sièges, les filières d’investissement et les centres de recherches d’une entreprise qui s’inscrivent dans la zone de libre-échange de Shanghai, peuvent recruter directement les étudiants internationaux.

La qualification des étrangers professionnels : Répondant au besoin de l’élargissement des affaires de service dans la zone de libre-échange de Shanghai, l’attestation des certificats de certaines spécialités bénéficie d’une procédure simplifiée.

L’établissement du bureau des talents internationaux de la nouvelle zone de Pudong : Le centre de service pour les talents internationaux gère les questions relatives à la carte de résident permanent, au permis de travail, à l’attestation des certificats, etc.

Le mécanisme « sans droit de veto » : Établir des guichets pilotes pour faciliter l’entrée, l’emploi et la gestion administrative des étrangers ; pratiquer le mécanisme « sans droit de veto » ; établir le site web d’administration des étrangers ; faciliter la circulation des dossiers entre différents départements administratifs.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号