Accueil>Chassé-Croisé

User de sagesse pour la coopération sino-française dans la période post-épidémique

2020-06-10 15:29:00 Source:La Chine au présent Auteur:DU ZHANYUAN
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

 

La flambée soudaine de pneumonie à nouveau coronavirus (COVID-19) a constitué une menace grave sur la vie et la santé des populations dans différents pays, dont la Chine et la France, et nous a fait prendre davantage conscience de l’importance de la gouvernance mondiale et de la coopération sino-française. « On est fort quand on coopère ; on est faible quand on est isolé. » Face à l’épidémie, qui touche indépendamment de toute nationalité, race ou classe, les pays du monde entier ont renforcé leurs efforts conjoints de prévention et de contrôle. Depuis le début de l’épidémie, le président Xi Jinping et le président Emmanuel Macron ont passé successivement trois appels téléphoniques et échangé un courrier, proposant une initiative pour édifier une communauté de destin pour l’humanité dans la santé, ce qui démontre non seulement la confiance mutuelle et l’amitié entre les dirigeants des deux pays, mais montre également la détermination et l’attitude des deux pays pour travailler ensemble afin de lutter contre l’épidémie et renforcer la coopération.

 

L’épidémie est comme un miroir, reflétant la richesse et la diversité du monde. Dans le processus de lutte contre l’épidémie, tous les pays, y compris la Chine et la France, ont adopté des mesures de riposte uniques et efficaces en fonction de leurs propres conditions réelles. Au cours de ce processus, ils ont continuellement amélioré leur système national de gouvernance et accru l’efficacité de leur gouvernance.

 

À l’heure actuelle, sous la direction du président Xi Jinping, grâce au travail acharné et les efforts énormes de 1,4 milliard de personnes, les mesures de prévention et de contrôle de l’épidémie ont produit des résultats à chaque stade, et la production et la vie ont rapidement repris leur cours ordonné. Sous la direction de M. Macron, tous les pans de la société française n’ont épargné aucun effort pour apporter une contribution importante. La Chine et la France ont également fourni une assistance aux pays africains dans la lutte contre l’épidémie et ont conjointement soutenu l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour qu’elle joue un rôle de premier plan dans la coopération mondiale dans la lutte contre l’épidémie. Confucius a dit : « Celui qui possède la vertu ne sera jamais seul ; il trouvera toujours quelqu’un pour l’accompagner. » La pratique de la Chine et de la France a fourni une référence utile pour le monde et reçu un écho favorable et le soutien de la plupart des pays. Bien sûr, à travers le miroir de l’épidémie, nous voyons également que certains pays propagent des « virus politiques » et organisent des « spectacles politiques », ignorant complètement la crise humanitaire potentielle dans certains pays faibles. Face aux grands défis de la sécurité sanitaire mondiale, la volonté d’unité et le désir de coopération dans le monde sont mis à rude épreuve. Le populisme et le racisme qui apparaissent dans certains pays torturent constamment notre jugement et nos croyances vis-à-vis de la tendance au développement de la mondialisation. « Est-ce la fin de la mondialisation ? » Telle est la question qu’on se pose actuellement.
 

 

 

À mon avis, la tendance historique de la mondialisation n’est absolument pas terminée : il est même impossible qu’elle soit terminée.

 

La tendance à la mondialisation ne changera pas. La mondialisation est la tendance historique du développement humain sur des milliers d’années et elle ne se limite pas à une seule période. L’économie de marché, le libre-échange, la production transfrontalière, l’interconnexion, le progrès scientifique et technologique et l’intégration culturelle... Ces éléments qui soutiennent la mondialisation continuent de se renforcer et les pierres angulaires théoriques de la mondialisation ne cessent de se développer et de se consolider. La mondialisation en tant que tendance historique n’est pas une simple orientation politique, et elle ne change pas par la seule volonté d’un individu ou la seule politique d’un pays. Lorsque nous examinons la tendance au développement de la mondialisation sous plusieurs aspects, nous sommes confrontés à un vaste océan. Certaines des orientations politiques antimondialistes actuelles ne sont que quelques vagues, qui ne peuvent pas changer la tendance historique de la mondialisation. Grâce à cette épidémie, nous aurons une perspective plus riche et une compréhension plus globale de la mondialisation.

 

La mondialisation requiert coopération, tolérance et solidarité. La société humaine évolue et se sublime dans les épreuves et les choix. La prospérité et l’adversité sont les deux faces du développement de la mondialisation. Agir en allant dans le sens du courant répond aux aspirations des gens, alors qu’en allant à contresens, il faut condenser une force plus ample, et la sagesse et le courage des pays du monde sont mis davantage à l’épreuve face aux difficultés. Dans le processus mondial de lutte contre l’épidémie, la coopération, la tolérance et l’unité sont devenues des choix universels. Mais les pratiques mondiales de lutte contre l’épidémie ont également révélé certaines lacunes de la mondialisation et de la gouvernance mondiale. « Rien n’est plus bénéfique que l’ordre ; rien n’est plus préjudiciable que le chaos. » Nous devons nous concentrer davantage sur les intérêts communs de chacun, adhérer à la coopération gagnant-gagnant, abandonner le « jeu à somme nulle », adhérer à la tolérance et à la bienveillance universelle, abandonner la « loi du plus fort », nous en tenir à l’unité et à la coopération, et abandonner les préjugés et la haine.
 
Le nombre de visiteurs augmente de jour en jour à Hankouli, bâtiment emblématique à Wuhan (capitale du Hubei). Photo prise le 17 mai 2020.
 

 

La mondialisation requiert une confiance et une détermination fermes. Les principales maladies infectieuses sont les ennemis de toute l’humanité et les défis communs auxquels le monde est confronté à l’ère de la mondialisation. Victor Hugo a dit un jour : « La détermination la plus forte engendrera la sagesse la plus grande. » Ce dont la communauté internationale a le plus besoin, c’est d’une conviction ferme, de faire face aux défis et de surmonter les difficultés ensemble. Nous devons être fermement convaincus que la mondialisation est une tendance de développement irréversible, que c’est l’objectif commun que nous devons poursuivre. À l’heure actuelle, la Chine et la France ont clairement exprimé qu’elles soutenaient et encourageaient le plan mondial de coopération pour la recherche d’un vaccin pour lutter contre l’épidémie. Seule une conviction ferme peut trouver un moyen d’aller vers l’objectif et de trouver des solutions. Nous sommes opposés au fait de compter sur le « découplage » et de « pointer du doigt » pour éluder les problèmes, de se dérober aux responsabilités et de saper la coopération.

 

Le développement historique, la civilisation prospère et le progrès humain sont indissociables de l’orientation d’une pensée avancée. Nous devons clairement nous opposer à la stigmatisation, à l’orgueil et aux préjugés, ainsi qu’à l’ignorance et à l’arrogance. Nous souhaitons vivement créer un réseau mondial d’échange et de coopération de groupes de réflexion au travers d’une série de forums, renforcer la construction d’une plate-forme de partage des connaissances, renforcer conjointement le consensus sur la communauté des destins, et prendre soin ensemble de notre monde d’entraide.

 

* DU ZHANYUAN est directeur du Groupe de publication internationale de Chine (CIPG).

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号