Accueil>Chassé-Croisé

Les relations sino-françaises et sino-européennes devant de nouvelles opportunités de développement

2019-05-05 11:10:00 Source:La Chine au présent Auteur:YAO LING
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

 
YAO LING*

 

Du 21 au 26 mars dernier, le président chinois Xi Jinping a effectué sa première tournée de visites d’État de l’année, avec comme destinations l’Italie, Monaco et la France. Un choix reflétant pleinement la haute attention que la Chine porte à l’Europe. Selon Wang Yi, conseiller d’État et ministre chinois des Affaires étrangères, ces visites « conduisent la Chine à entamer une nouvelle étape dans ses relations avec l’Italie, Monaco et la France. Elles permettent de promouvoir la construction conjointe de “la Ceinture et la Route” visant à ouvrir de nouvelles possibilités sur le continent eurasien, afin d’insuffler un nouvel élan au partenariat stratégique global Chine-UE ».

 

La France était la dernière étape de la tournée européenne du président Xi. Il est de notoriété publique que les relations sino-françaises occupent une place particulière parmi les relations entre la Chine et les pays occidentaux. La France est la première puissance occidentale à avoir reconnu officiellement la République populaire de Chine. C’est également le premier pays occidental qui a noué un partenariat stratégique, ouvert un dialogue stratégique et coopéré avec la Chine dans le domaine de l’énergie nucléaire. Cette année marque le 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, ainsi que le centenaire du mouvement Travail-Études en France. On peut donc dire que cette nouvelle visite d’État en France, effectuée par le président Xi à un moment historique, revêtait une signification profonde, appelant à bâtir l’avenir en s’appuyant sur l’héritage laissé par l’histoire. Cette visite a vivement stimulé la coopération pragmatique entre les deux pays, jetant une base solide pour l’approfondissement du partenariat stratégique global entre la Chine et la France ainsi que le renforcement des relations entre la Chine et l’UE.

 

La coopération économique et commerciale constitue depuis toujours le pilier et le moteur des relations sino-françaises. Et la visite du président Xi a généré des résultats fructueux dans ce domaine, puisqu’elle a permis d’accroître la force, la diversité et l’importance mondiale du partenariat économique et commercial sino-français. Dans la période à venir, les relations économiques et commerciales sino-françaises et sino-européennes embrasseront de nouvelles opportunités de développement.

 

Coopération économique et commerciale bilatérale : vers la montée en gamme

 

Du point de vue de la Chine, la France est son quatrième partenaire commercial dans l’UE, sa quatrième source d’investissements étrangers directs, la sixième destination de ses investissements et sa deuxième source d’importation de technologies. Pour la France, la Chine est un partenaire commercial majeur : le premier en Asie et le sixième dans le monde. En 2018, le volume des échanges commerciaux sino-français a atteint 62,9 milliards de dollars, en hausse de 15,5 % en glissement annuel, enregistrant un rythme de croissance record au sein de l’UE. Les investissements croisés ont dépassé 20 milliards de dollars. Principalement dirigés vers les secteurs de la fabrication et de la production, ces flux financiers se concentrant sur l’économie réelle augmenteront les forces de réserve. Avec la mise en œuvre par la Chine d’une nouvelle série de mesures pour intensifier son ouverture, la coopération économique et commerciale sino-française accueillera des perspectives plus larges. Au cours de sa visite en France, le président Xi est parvenu à des consensus importants avec les dirigeants français. Ensemble, ils ont convenu d’explorer le potentiel de coopération dans des domaines émergents (tels que la fabrication écologique, l’innovation technologique, l’économie numérique, l’intelligence artificielle, la fabrication haut de gamme, les services financiers et le développement urbain durable), sur la base de la coopération existante dans des domaines traditionnels (tels que le nucléaire, l’aérospatiale, l’agroalimentaire, la santé et la construction automobile), et développer de nouveaux moteurs de croissance. Tout cela permettra assurément de faire jouer les avantages complémentaires des deux pays et d’accélérer la montée en gamme de la coopération économique et commerciale bilatérale.
 
Le 17 mars 2019, Leoluca Orlando, maire de Palerme, déclare que Palerme et la Sicile accueillent chaleureusement les investissements et touristes chinois.

 

Construction conjointe de « la Ceinture et la Route » : vers l’approfondissement et la concrétisation

 

Le 23 mars, à l’occasion de la visite d’État du président Xi en Italie, la Chine et l’Italie ont officiellement signé, à Rome, un mémorandum d’entente intergouvernemental sur la promotion conjointe de la construction de « la Ceinture et la Route ».

 

La France est l’un des premiers pays européens à avoir exprimé son opinion sur cette initiative chinoise et à avoir décidé d’y prendre part, afin de coopérer pour la construction conjointe de « la Ceinture et la Route ». Au cours de sa visite en France, le président Xi a eu un échange de vues constructif à ce sujet avec les dirigeants français, et avec les dirigeants allemand et européen. Toutes les parties ont répondu positivement à l’invitation à renforcer la coopération. Le président Xi a déclaré que la Chine est disposée à promouvoir la connexion entre l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » et la stratégie de connectivité de l’UE visant à relier l’Europe et l’Asie , à encourager la coopération bilatérale ainsi que la coopération en marchés tiers, afin de réaliser des bénéfices mutuels. Quant au président Macron, il a déclaré que l’initiative « la Ceinture et la Route » proposée par la Chine revêt une grande importance puisqu’elle jouera un rôle important dans la paix et le développement dans le monde. L’UE est disposée à mettre en correspondance la stratégie de l’UE et cette initiative chinoise en vue d’aboutir à une coopération innovante.

 

La coopération en marchés tiers est le point d’appui de la coopération entre la Chine et la France pour la construction conjointe de « la Ceinture et la Route ». Citons, par exemple, le projet de la centrale nucléaire de Hinkley Point au Royaume-Uni qui a démarré sans heurts. Il s’agit d’un projet phare de la coopération tripartite entre la Chine, la France et le Royaume-Uni. Au cours de la visite du président Xi en France, la Chine et la France ont ratifié la liste du 3e cycle de projets pilotes dans le cadre de la coopération en marchés tiers et lancé un fonds consacré à ce modèle de coopération. Ces avancées contribueront au renforcement et à la concrétisation de la coopération sino-française pour la construction conjointe de « la Ceinture et la Route ».
 
Le 25 mars 2019, des drapeaux de la Chine et de la France flottent au vent pour célébrer la visite du président chinois Xi Jinping en France.

 

Coopération économique et commerciale Chine-UE : vers un environnement plus équitable et favorable

 

En dépit des dissonances de ces dernières années, la Chine et l’UE sont des partenaires économiques et commerciaux importants. La France, membre fondateur de l’Union européenne, joue un rôle de premier plan dans la coopération économique et commerciale sino-européenne. C’est pourquoi, au moment où le président Xi était en France, la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ont fait le déplacement à Paris tout spécialement pour participer aux négociations. Ainsi, la rencontre bilatérale sino-française s’est transformée en une réunion à quatre, rassemblant autour de la table les dirigeants de la Chine, de la France, de l’Allemagne et de l’UE. À travers cette démarche, ils ont transmis au monde un message clair : la Chine et l’UE renforcent leur confiance stratégique mutuelle et approfondissent leur coopération stratégique. Conscients des grands intérêts communs que partagent la Chine et l’UE, les dirigeants ont convenu d’encourager énergiquement le développement continu des relations de coopération Chine-UE. Dans les dimensions économique et commerciale, toutes les parties ont fait part de leur volonté d’élargir la coopération Chine-UE dans le commerce et l’investissement, tout en créant un environnement de marché équitable et favorable. Elles souhaitent renforcer les échanges dans le cadre de la plateforme de connectivité Chine-UE et envisagent, en adhérant au principe du partage des bénéfices, d’accélérer la négociation de l’accord global sur les investissements Chine-UE, pour parvenir au plus tôt à un ambitieux accord favorisant l’accès au marché et la protection des investissements. La partie chinoise a également reformulé son vœu que les deux parties entament, dès que possible, une étude conjointe sur la faisabilité d’une zone de libre-échange Chine-UE. Finalement, ces sollicitations directes des dirigeants ont défini l’orientation que doit suivre la coopération économique et commerciale sino-européenne.

 

Gouvernance économique mondiale : vers des consensus scellés

 

Comme l’a souligné le président Xi, la Chine et l’Europe sont deux forces importantes dans le monde, qui possèdent de vastes intérêts communs, en tant qu’initiatrices et participantes majeures aux processus de mondialisation économique et de multipolarisation du monde. La Chine et la France ont mené une coopération fructueuse en matière de gouvernance mondiale, notamment sur les questions du changement climatique et de la protection environnementale. Face à l’actuelle montée de l’unilatéralisme et du protectionnisme, il est primordial pour la Chine et l’UE de renforcer leur coopération sur la gouvernance économique mondiale. Lors de la visite du président Xi dans l’Hexagone, la Chine et la France ont publié la Déclaration conjointe sur la préservation du multilatéralisme et l’amélioration de la gouvernance mondiale et tenu le Séminaire sino-français sur la gouvernance mondiale. L’un des principaux objectifs de ces actions consistait à sceller les consensus obtenus concernant la gouvernance économique mondiale.

 

Lors des entrevues et de la cérémonie de clôture du séminaire, les dirigeants ont préconisé d’améliorer la gouvernance économique mondiale en orientant la mondialisation économique vers un système plus ouvert, transparent, inclusif et non discriminatoire. Ils ont souligné la nécessité de lutter contre le protectionnisme sous toutes ses formes, de défendre le multilatéralisme et la liberté des échanges, ainsi que de délibérer conjointement des réformes à entreprendre dans l’OMC et d’autres institutions multilatérales, pour construire ensemble une économie mondiale ouverte. Ils ont insisté sur l’importance de renforcer la coopération et la solidarité entre la Chine et l’UE, afin de contribuer à l’équilibre du monde.

 

Cette tournée de visites historiques du président Xi dans trois pays européens, dont la France, laissera une empreinte indélébile dans l’histoire des relations sino-françaises. J’espère que ces visites permettront aux relations entre la Chine et la France, et entre la Chine et l’UE, de connaître un plus grand développement. Je formule le vœu que ces relations atteignent de nouveaux sommets dans leur développement, au profit des peuples chinois et européens, et même du monde entier.

 

*YAO LING est directrice adjointe de l’Institut de l’Europe de l’Académie du commerce international et de la coopération économique relevant du ministère chinois du Commerce.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号