Accueil>Culture

Le sentiment d’être au centre du monde

2018-09-29 15:54:00 Source:La Chine au présent Author:ABEL ROSALES GINARTE
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典
Couverture du livre En cherchant Macondo : essais sur la Colombie
 
 
ABEL ROSALES GINARTE, membre de la rédaction
 
 
Luis Cantillo est un artiste passionné. En 2008, après avoir vécu neuf ans à New York, il envisageait de rentrer en Colombie. Mais l’Asie l’attirait profondément et il fut justement invité à réaliser des résidences artistiques, l’une en Corée du Sud et l’autre à Singapour. « À Séoul, j’ai rencontré Li Gang, un artiste chinois qui m’a invité à Beijing et j’ai trouvé que Suojiacun, dans la banlieue de la capitale, ressemblait à mon village, Chía, qui se trouve dans la banlieue de Bogotá. »

 

En 2009, il quitte définitivement New York. « Avec mes économies, j’ai pu me payer deux années d’études de mandarin à la Beijing film academy. » Pour lui, apprendre le mandarin, c’est un peu comme apprendre à chanter. « En outre, il faut être ouvert d’esprit car la culture chinoise, ce n’est pas seulement le riz cantonnais, mais plutôt une symphonie de saveurs. Il faut être ouvert pour savoir en apprécier le goût dans tout le sens du terme. »

 

Il nourrit une véritable passion pour les génies de la Renaissance. Il est peintre, écrivain, commissaire d’exposition et artiste audiovisuel. Il a fait ses études à l’université nationale de Colombie, à Bogotá, puis a été diplômé de l’École d’art et de design Central Saint Martins de Londres avec une spécialité en gravure et photographie. Il a ensuite obtenu un master à l’école d’arts visuels de New York. Il a déjà derrière lui un riche parcours artistique et a participé à de nombreuses expositions, notamment en Colombie, au Mexique, aux États-Unis, au Royaume-Uni et à Singapour. Sa vidéo intitulée POPORO (2004) a obtenu le premier prix du festival de vidéos organisé par la Banque interaméricaine de développement à Washington, et est entrée dans la collection du Musée de l’or de Bogotá.

 

Des conditions idéales

 

Après avoir terminé ses études de mandarin, Luis Cantillo décida de rester en Chine. « J’ai fait une demande de bourse pour faire un doctorat en art et j’ai été reçu à la China Academy of Art; ça a changé ma vie. » C’est Qiu Zhijie, un artiste chinois renommé, qui a été son tuteur pendant cette période très importante.

 

Fondée en 1928, la China Academy of Art se trouve à Hangzhou, la capitale de la province du Zhejiang. C’est une des plus prestigieuses universités de Chine. Elle propose des cursus en sciences humaines, architecture, nouveaux médias, animation, beaux-arts et design. « À Hangzhou, en voyant pour la première fois le lac de l’Ouest, je me suis dit “oui, je pourrai vivre ici”. En plus, il y avait une école de salsa et j’ai pu apprendre à danser. » Le fait de vivre à Hangzhou l’a aidé à repenser sa vision de l’art. « Mon professeur Qiu Zhijie, qui est souvent comparé à l’artiste allemand Joseph Beuys pour sa façon de combiner la pratique artistique et la pédagogie et pour avoir affirmé que l’art ne doit pas rester enfermé dans les musées mais qu’il doit investir la société, affirme que le lac de Hangzhou est sans aucun doute la plus belle œuvre d’art publique que l’on peut voir en Chine. » Luis Cantillo garde de sa vie à Hangzhou des souvenirs impérissables. Là-bas, entouré par des paysages époustouflants, il s’est consacré à l’étude et « pendant mon temps libre, j’ai redécouvert mes racines latines. »

 

En mai 2016, sa thèse de doctorat a reçu la plus haute distinction du département d’art multimédia de la China Academy of Art et la maison d’édition d’Arts de Guanxi a l’intention de la publier sous le titre Cheval de Troie : la vidéo d’art chinoise, pratique et gestion culturelle (1996-2006). « J’ai fait des recherches sur la vidéo d’art en Chine et comment les nouveaux médias ont permis d’élargir l’enseignement de l’art dans le pays. En dix ans, la vidéo d’art est devenue une disci-pline institutionnalisée que l’on enseigne désormais dans les écoles d’art. »

 

Toujours en 2016, année des échanges culturels Chine-Amérique latine et Caraïbes, il a travaillé, en collaboration avec la communauté des études chinoises et latino-américaines (CECLA), sur le livre La distance qui nous unit. Réflexions et expériences entre la China et l’Amérique latine. Avec des universitaires chinois et latino-américains, il a analysé ses expériences en essayant de montrer en quoi elles ont permis de créer un pont culturel entre deux continents. « À Hangzhou, j’ai été témoin d’une effervescence intellectuelle comme je n’en ai jamais vue, ni en Chine, ni ailleurs dans le monde, et j’y ai pris part. J’ai compris que traditionnellement, les écoles d’art sont des institutions qui entendent former des artistes capables non seulement de peindre, ce qui est la base, mais aussi de penser et d’écrire », explique Cantillo dans le livre mentionné ci-dessus qui a été publié en chinois et en espagnol.

 

Son étude intitulée Café et thé sur la table: rencontre entre deux mondes. Des artistes colombiens en Chine (de 1952 à nos jours) cherche à rapprocher deux cultures. « En général, les gens ont l’impression que la Chine et la Colombie n’ont pas grand-chose en commun et que ce sont deux univers distants. Pourtant, d’un point de vue culturel et politique, des liens, certes assez rares, mais extrêmement solides, nous unissent. Et les influences ne viennent pas seulement de la culture chinoise ; elles sont réciproques. Par exemple, l’écrivain Mo Yan – qui a reçu le prix Nobel de Littérature en 2012 – s’est inspiré du réalisme magique de l’œuvre de Gabriel García Márquez.
 
Luis Cantillo en plein travail

 

Littérature et amitié

 

L’amitié entre Luis Cantillo et le professeur d’histoire de l’art Hong Zaixin a donné naissance à un livre consacré à la Colombie. « Après avoir passé seulement 10 jours dans notre pays, le professeur Hong a écrit le livre En cherchant Macondo : essais sur la Colombie. Je crois que c’est le premier livre consacré à la culture colombienne écrit par un Chinois. » Ensemble, Luis Cantillo et Hong Zaixin ont visité Bogotá et sont allés voir la rivière Caño Cristales dont le lit change de couleur. Elle se trouve sur la chaîne de montagnes de la Macarena, dans le département du Meta. « Nous avons visité d’autres sites historiques et je lui ai présenté des personnalités du monde culturel colombien. Il a été fasciné par la Colombie, surtout par la chaleur de notre peuple. » Et c’est justement lors de la présentation de ce livre à Beijing que Cantillo a rencontré les membres de la CECLA.

 

En ce moment, il se consacre à un projet qui devrait contribuer à la compréhension mutuelle entre la Chine et la Colombie. «  Je suis en train de concevoir un séminaire consacré à la Chine à l’Université Externado de Colombie. Et je fais aussi des recherches sur la migration chinoise en Colombie. Les Chinois sont arrivés dans notre pays au début du XXe siècle par le port de Buenaventura dans le Pacifique. Ils ont ouvert leurs épiceries, leurs boulangeries et ils se sont mélangés avec les locaux. » Parmi les descendants de ces migrants chinois, on trouve des figures exceptionnelles qui ont marqué la sphère culturelle comme Miguel González Zhang, Pablo Van Wong, Ibrahim Yip ou encore Pedro Chang. Ce dernier était poète et publiciste ; il a composé des jingles qui sont devenus de grands classiques de la culture colombienne.

 

En 2018, il a assisté à la célébration des 90 ans de la China Academy of Art. « Après deux années d’absence, j’ai remarqué que le niveau de vie s’est amélioré, que la ville est de plus en plus prospère et qu’il y a de plus en plus de voitures et de bus électriques. L’académie a inauguré un musée du design de taille internationale dont les plans ont été dessinés par l’architecte portugais Álvaro Siza. »

 

L’université a invité 30 présidents d’universités et d’académies d’art du monde entier. Pendant quatre jours, ils ont tenu un colloque pour évoquer le futur de l’art et du design dans le monde. « Les Chinois sont très attachés à leur histoire et à la place de la Chine dans le monde. Cette célébration des 90 ans de l’académie a permis d’entrevoir ce que sera celle du centenaire. Cette fois, en revenant en Chine, j’ai vraiment eu la sensation d’être au centre du monde. » 
Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号