Accueil>Culture

Ces joyaux du pays qui racontent des histoires

2018-04-11 10:12:00 Source:La Chine au présent Author:SHI XUN*
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Première projection du documentaire Every Treasure Tells

a Story au Musée national de Chine

Depuis sa diffusion sur le petit écran le 1er janvier 2018, le documentaire Every Treasure Tells a Story a captivé un bon nombre de téléspectateurs. Il a obtenu une note de 9,4 sur le site Internet Douban Movie qui liste les films préférés des jeunes.

L’équipe de tournage, formée de professionnels des médias de CCTV et de membres de l’Administration nationale du patrimoine culturel, a filmé presque une centaine de musées et d’instituts de recherches archéologiques, visité une cinquantaine de sites archéologiques, et sélectionné cent pièces parmi les trois millions d’objets anciens que compte la Chine. Dans le documentaire, chacune de ces antiquités « raconte» sa propre histoire en seulement cinq minutes.

Théière en forme de tête humaine exhumée dans le village de Jiaocun,

bourg de Lingkou, district de Luonan, province du Shaanxi

Sensibiliser les téléspectateurs au patrimoine national

Qu’est-ce qu’on peut faire en cinq minutes ? Un court trajet en métro ou, mieux, une brève rencontre avec un objet millénaire.

Cette figure en argile, qui ressemble au visage d’un enfant, a 6 000 ans. Sa tête est levée et ses yeux sont à demi-fermés, il semble regarder le ciel. Son expression est simple et fascinante, elle donne à réfléchir. C’est en fait une théière en argile, l’eau peut couler par ses yeux, comme des larmes. Son ventre large et rond symbolise la grossesse. Cette théière a été découverte dans un village du district de Luonan, dans le Shaanxi et repose à l’heure actuelle dans les collections du musée Banpo de Xi’an. Cette théière en argile à tête d’enfant raconte l’intelligence de l’Homme de l’ère néolithique mais transmet aussi à ses descendants le charme de l’art primitif, 6 000 ans plus tard.

« Quels sont les points forts de ce documentaire ? D’une part, il met à l’honneur la civilisation historique chinoise et plus généralement humaine. Je pense que “ceux qui appartiennent à la Chine appartiennent aussi au monde”. Plus les objets sont millénaires, plus ils méritent qu’on explore le mystère de la perpétuation de l’espèce humaine », a commenté un internaute appelé « amber ».

Dans le documentaire, il n’y a que cinq minutes pour raconter les histoires de chaque objet. C’est un challenge pour l’équipe de tournage. La réalisatrice en chef Xu Huan avoue que c’est trop court pour bien expliquer l’histoire de certains objets. « Un objet ancien peut posséder une valeur artistique, historique et scientifique. Or, on ne pouvait aborder qu’un aspect. » Et d’ajouter : « À travers le documentaire, nous espérons créer une proximité entre les jeunes téléspectateurs et ces trésors nationaux qui puisse leur permettre d’apprendre à les connaître. »

Les objets anciens sélectionnés par le documentaire tels qu’un trépied en argile en forme d’aigle, un dragon en jade appelé Hongshan Yulong, des os et carapaces de tortue incrustés de turquoises découverts dans les ruines de Yin et le Houmuwu Ding (un chaudron rectangulaire en bronze), datent de différentes périodes de l’histoire. Parmi d’innombrables objets anciens, il n’était possible d’en sélectionner que quelques-uns mais sur quels critères s’appuyer ? Xu Huan explique que l’équipe de tournage a choisi ceux qui poussent ou modifient le processus de la civilisation dans le développement historique de la Chine, ceux qui peuvent refléter le niveau de maîtrise des techniques de production, la créativité de la population, l’esprit de l’époque et la tradition culturelle.

Le soutien des experts

Sur l’affiche du documentaire, les yeux écarquillés, la figure en bronze, déterrée sur le site archéologique Sanxingdui, semble dire : « Que ceux qui disent que je suis Ultraman restent. » Beaucoup de jeunes téléspectateurs ont été attirés par l’affiche. Cette créativité est venue du groupe conduit par Xu Huan. Ce sont eux qui ont fait revivre ces joyaux.

En cinq minutes on ne peut dire que 800 mots. Xu Huan a demandé à ses collègues d’écrire des textes courts, précis et soutenus. « Moi, comme tu vois, je proviens de la dynastie des Zhou et j’ai 3 000 ans, je marche sur la terre depuis 3 000 ans. Je marche avec le temps, la corde qui me relie est déjà pourrie, mes 204 pièces sont reliées par les lumières. Ces 204 symboles se transforment en des phrases. Elles forment un nouveau monde… » Yu Jiang, scénariste de l’épisode « Pièces en jade : on porte le monde en soi » a su répondre à la demande de Xu Huan.

Yu Jiang confie : « La réalisatrice m’a dit que ces objets en jade provenaient de différentes périodes et de différents endroits. Chaque pièce est le travail d’une vie. Elles ont été reliées ensemble et enterrées. Avec le temps, les os humains ont pourri, mais ces pièces en jade ont survécu. Je pense que c’est l’expression du ciel et de la terre. J’espère ainsi faire connaître la Chine. »

Le récipient rituel en bronze Hezun a été découvert en 1963 dans un bourg du district de Baoji dans le Shaanxi. Il fait partie des collections du Musée du bronze de Baoji. C’est une coupe. Mais l’essentiel de sa valeur réside dans les inscriptions gravées au fond de la coupe : une leçon de morale donnée par le roi Chengwang des Zhou (1055–1021 av. J.-C.) aux enfants de la famille royale. Dans ce texte, le mot « Chine » apparaît pour la première fois.

Pour bien présenter le bronze Hezun, un trésor très important, le réalisateur Sun Geting a passé une année à l’étudier. Enfoui dans la terre pendant 3 000 ans, l’extérieur du Hezun est gravement corrodé. Les inscriptions sont devenues confuses. Pour que les téléspectateurs puissent voir clairement les détails du trésor, Sun Geting a utilisé les techniques du scanner 3D et des techniques avancées de copie. Il a utilisé les données et les a transformées en images de synthèse pour rétablir l’aspect originel du Hezun, permettant aux téléspectateurs de voir clairement les 122 caractères gravés au fond. C’est la première fois que ces techniques avancées sont utilisées dans le tournage d’un documentaire.

Derrière le succès du documentaire se cachent le soutien et la coopération de tout un groupe de professionnels. Pour réussir le tournage du documentaire, l’Administration nationale du patrimoine culturel a convoqué une conférence d’experts, et appelé les archéologues et les professionnels des médias à travailler ensemble pour élaborer le programme. Elle a organisé des réunions spéciales auxquelles ont participé les responsables du Musée du palais impérial, du Musée national et des autres musées importants pour établir la liste des objets anciens. De la conception au tournage, de la première évolution à l’examen final, il a fallu trois ans pour finir le documentaire avec le soutien, sans réserve, de l’Administration nationale du patrimoine culturel qui a participé à tout le processus d’élaboration.

« Nous ne sommes que des professionnels des médias. Sans le soutien de l’Administration nationale du patrimoine culturel, sans l’aide des archéologues, le documentaire n’aurait pas pu aboutir et attirer l’attention sur ces trésors nationaux, ni rendre la civilisation chinoise chère au cœur des Chinois », souligne Xu Huan.

Selon Yang Zhaokai, expert en patrimoine culturel, l’équipe de tournage a invité de jeunes savants qui connaissent bien ces objets anciens à participer à la rédaction du texte. Souvent, plusieurs versions ont été proposées pour un même objet ancien. Mais une seule a été approuvée.

Nous sommes fiers de notre propre culture

Le premier recensement sur les objets anciens transportables effectué en 2016 montre que les objets anciens transportables enregistrés comptent 108 millions de pièces en Chine, dont 3,8 millions sont considérées comme très précieuses. « Comment mettre en valeur ces ressources culturelles et renforcer par des actions concrètes la protection et l’utilisation du patrimoine national sont les questions qui constituent des sujets importants de notre réflexion », indique Gu Yucai, directeur adjoint de l’Administration nationale du patrimoine culturel.

« Ces trésors sont des messagers qui traversent le temps et l’espace. » Pour lui, à la différence des mondes imaginaires accessibles par l’intermédiaire des écritures, on peut, à travers ces objets anciens, connaître les Chinois anciens, les créateurs de ces trésors et réécrire une histoire de la civilisation chinoise basée sur l’héritage culturel pour affermir sa confiance en sa culture.

Ces dernières années, les produits culturels créatifs lancés par le Palais impérial se sont bien vendus, et les émissions télévisées telles que National Treasure ont connu un succès énorme. Tout cela laisse voir une interaction entre la civilisation ancienne et les Chinois actuels, surtout chez les jeunes. On préfère abandonner les distractions plus sensationnelles et apprendre à connaître la longue tradition de la civilisation chinoise.

La tortue de jade Lingjiatan a été découverte en 1987 dans un tombeau datant de 4 500 ans, près des vestiges de Lingjia dans le district de Hanshan dans l’Anhui. Sur le dos et le ventre de la tortue de jade, on peut voir des trous, et au milieu, une plaque de jade qui mesure 11 cm de long et 8,2 cm de large et porte les motifs d’un octogone. Ces motifs sont également apparus dans d’autres civilisations anciennes.

Selon des chercheurs, ces motifs semblent représenter les Huit Trigrammes avant l’apparition de l’écriture, ou bien le Hetu et le Luoshu (deux motifs mystérieux de la Haute Antiquité chinoise). Les trous et les motifs d’un octogone font référence aux informations complexes et mystérieuses de l’univers. Les téléspectateurs ont été étonnés et convaincus par le haut niveau que leur civilisation ancienne avait atteint il y a plusieurs millénaires.

« Nous pouvons connaître l’histoire et l’âme de notre pays à travers le patrimoine national et nous présentons la culture et la civilisation chinoise en présentant des objets anciens. Nous espérons que chaque téléspectateur pourra apprécier l’intelligence et la créativité de nos ancêtres, et être ému par l’esprit, l’esthétique et la valeur de ces joyaux du pays », résume Zhang Ning, vice-rédacteur en chef de CCTV.

À l’heure actuelle, les 25 épisodes de la première partie du documentaire ont été diffusés. Selon Xu Huan, les 75 épisodes restants seront diffusés en 2018. Alors comme le dit si bien le présentateur à la fin de chaque épisode, « à la prochaine fois! »

*SHI XUN est journaliste indépendant.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号