Accueil>Rendez-vous avec la Chine

Ningbo : une ville portuaire

2018-04-10 12:53:00 Source:La Chine au présent Author:
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Tianyige, la plus ancienne bibliothèque privée qui soit préservée en Chine à nos jour

Ningbo se trouve dans l’est de la province du Zhejiang, elle est l’un des trois centres économiques de cette province.

Ningbo possède une longue histoire et un riche patrimoine. Il suffit de citer les vestiges culturels de l’époque néolithique, et la plus ancienne bibliothèque privée existante de Chine, Tianyige. Depuis des générations, les habitants de Ningbo se transmettent en héritage une valeur principale qui est le respect de la culture et de l’éducation. C’est à Ningbo que se trouve l’embouchure maritime du Grand Canal Beijing-Hangzhou, patrimoine mondial. Cette ville est non seulement un des points de départ de l’ancienne Route maritime de la Soie, mais aussi un port oriental important, reliant Ningbo à plus de 600 ports d’une centaine de pays et régions. De plus, Ningbo est une ville célèbre dont sont originaires de nombreux Chinois d’outre-mer. L’Association des compatriotes de Ningbo est d’ailleurs devenue le pont entre la ville et le monde entier.

Le 17 décembre 2016, un cargo transportant 389 600 tonnes de minéral de fer

est stationné au port Zhoushan de Ningbo.

La civilisation de l’agriculture

Au sud du delta du Yangtsé, Ningbo se trouve au milieu de la ligne côtière de la partie continentale de la Chine et possède un sol fertile grâce aux cours d’eau. C’est la raison pour laquelle cette région a gardé des traces très anciennes d’activités humaines. En 1973, pendant des fouilles archéologiques menées dans le bourg de Hemudu, à Yuyao de Ningbo, on a découvert de nombreuses catégories d’objets anciens, telles qu’un métier à tisser en bois, des instruments de musique primitifs comme le xun et le sifflet en os, des outils en pierre et en os, et de nombreux autres objets en poterie.

L’architecture de la région utilisait des pieux en bois comme base. Des supports en bois étaient ensuite mis en place, avec un plancher pour former les fondations au-dessus du sol, avant de construire des colonnes, des poutres et des toits à pignons, et d’entourer la structure avec une clôture de roseaux et d’écorces d’arbre. À cette époque, ce type de bâtiment sur pilotis est adapté à l’environnement et au climat humide du Sud, il a donc été transmis de génération en génération. Jusqu’à nos jours, dans la région du Sud-Ouest de la Chine et dans certains pays de l’Asie du Sud-Est, on peut encore trouver cette forme de bâtiment.

Dans les vestiges de Hemudu, on a aussi retrouvé une grande quantité de riz. Après des recherches et plusieurs expertises, les historiens spécialisés sur les sociétés rurales ont découvert qu’il s’agissait de riz domestique. Cette découverte a changé l’ancienne théorie, selon laquelle le riz domestique en Chine venait d’Inde, et a donné une nouvelle théorie qui fait de la Chine l’origine de la culture du riz. En outre, il existe plusieurs origines de riz domestique en Chine. Cette théorie a, finalement, élargi le domaine de la recherche sur l’origine de l’agriculture.

Plus de 400 000 pièces de poterie ont été mises à jour, parmi elles, 1 221 sont des poteries intactes ou réparées. Le style le plus distinctif est la poterie noire au carbone dans les premiers temps. Les ancêtres de Hemudu ont intentionnellement incorporé de la poudre de carbone dans l’argile, principalement pour réduire la viscosité de l’argile et augmenter le taux de réussite des produits.

La découverte des vestiges de Hemudu signifie que pendant la période du néolithique, un système de civilisation agricole hautement développée a été formé dans la région de Ningbo. Il y a 7 000 ans, les ancêtres de Ningbo sont passés de la nourriture crue à la nourriture cuite, de la pêche et la chasse à la sédentarisation, de l’état primitif à la civilisation. On peut dire que Ningbo est aussi l’un des berceaux de la civilisation agricole chinoise.

Le musée de Ningbo

Le musée de Ningbo se trouve au no 1000 de la rue Shounan Zhonglu dans l’arrondissement Yinzhou. Ce musée de 30 000 m2 est gratuit pour le public. Wang Shu, architecte réputé en Chine, a dessiné le plan du bâtiment du musée. Véritable objet d’art, ce bâtiment possède une forme qui rappelle un fragment de montagne, savant mélange entre la culture locale, l’architecture traditionnelle et le style moderne. Dans le musée, plus de 60 000 objets précieux sont exposés, depuis la culture de Hemudu jusqu’à l’époque moderne, y compris des bronzes, des porcelaines, des sculptures sur bambou, des objets de jade, des peintures et calligraphies, des objets en argent et en or, et des œuvres d’art folklorique. Tous ces objets présentent plus de 7 000 ans d’histoire à Ningbo et les coutumes qui en sont issues.

Transport : ligne 102, 126, 160, descendre à l’arrêt du musée de Ningbo

Le musée Tianyige

Le musée Tianyige, situé au n° 10 de la rue Tianyi dans l’arrondissement Haishu, est centré sur l’ancienne bibliothèque Tianyige, la plus ancienne bibliothèque privée existante en Chine, et aussi l’une des trois plus anciennes au monde. La bibliothèque Tianyige, construite entre 1561 et 1566, possède plus de 300 000 livres anciens, et parmi eux 80 000 sont des éditions rares et précieuses. En particulier, la série des annales historiques locales et les documents sur les examens impériaux des Ming (1368-1644) sont les plus précieux et les plus représentatifs de la culture chinoise conservés au sein de la bibliothèque.

Transport : ligne 1 du métro, descendre à l’arrêt Ximenkou, marcher dix minutes vers le sud

La culture maritime aux traits distinctifs

Dans l’antiquité, les transports terrestres n’étaient pas tellement pratiques, le transport maritime jouait donc un rôle important dans le développement du commerce. Ningbo est le point de connexion entre le Grand Canal et la Route maritime de la Soie.

Le Grand Canal est très important dans le transport fluvial de la Chine, car il a influencé le développement et les échanges sur les plans économiques et culturels entre le nord et le sud du pays. Ningbo, en sa qualité de port maritime de première importance, a commencé son commerce maritime dès le IIIe siècle avant J.-C. En suivant l’accélération de l’exploitation des ressources océaniques, Ningbo a connu un formidable essor économique grâce au Grand Canal et au transport maritime. Une abondance d’objets en soie, de thés et de porcelaines ont été transportés, à travers le canal et le port de Ningbo, vers l’Asie de l’Est, l’Asie du Sud-Est, l’Asie de l’Ouest et des pays africains. Au VIIIe siècle, Ningbo, Yangzhou (Jiangsu) et Guangzhou (Guangdong) ont été désignés comme les trois grands ports du commerce international de la Chine. Véritable fenêtre des échanges culturels internationaux, Ningbo possède, encore aujourd’hui, des vestiges de la culture maritime.

L’espace autour de la tour du Tambour dans l’arrondissement Haishu est l’une des zones commerciales les plus prospères de Ningbo. À l’est de la tour du Tambour, c’est le parc des vestiges de Yongfengku. Le parc, ses ponts, ses murs, ses puits et le canal fluvial ont été reconstruits en utilisant les techniques anciennes. Les gens peuvent faire une agréable promenade dans le parc. À un mètre sous le sol, se trouvent les vestiges protégés de Yongfengku.

Ces vestiges étaient un ancien entrepôt qui possédait une grande influence. Après les dynasties Song, Yuan et Ming (depuis 960 jusqu’à 1644), les emplacements les plus clairs des vestiges ont été complètement préservés. De nombreux objets de céramique déterrés sur le site de Yongfengku témoignent de la prospérité de la Route maritime de la Soie.

Aujourd’hui, le port de Ningbo est une partie importante du centre de transport maritime international de Shanghai. Les routes maritimes relient la ville Ningbo à plus de 600 ports d’une centaine de pays et de régions différentes.

Vue nocturne de l’ancien Bund de Ningbo

L’ancien Bund de Ningbo

L’ancien Bund de Ningbo se trouve sur la rive nord du port Sanjiangkou, ouvert au commerce international en 1844. Le long de la rivière, on trouvait les consulats de divers pays, des églises catholiques, des banques et des quais de navigation, englobant toute l’histoire de l’ouverture de Ningbo comme un port commercial. Beaucoup de patrimoines architecturaux ont été conservés, comme le consulat britannique, la police locale, la douane de la province du Zhejiang, des églises, la poste de Ningbo, des banques commerciales, etc.

Transport : ligne 1, 4, 370, 541, descendre à l’arrêt de l’ancien Bund

Le siège de l’ancien Hôtel des compatriotes d’Anqing

Le siège de l’ancien Hôtel des compatriotes d’Anqing (le temple Tianhou) se trouve sur la rive est du port Sanjiangkou et a été construit en 1853 avec les donations des marchands du transport maritime de Ningbo. C’était un endroit où les commerçants et les citoyens offraient des sacrifices à la déesse Mazu ou se réunissaient pour discuter d’affaires. Le siège est maintenant un musée du folklore qui expose des modèles de bateaux des différentes dynasties. Le bâtiment de ce temple est une œuvre représentative de l’architecture moderne de Ningbo, qui possède une grande valeur culturelle et historique.

Transport : ligne 2, 529, 821, descendre à l’arrêt du siège de l’ancien Hôtel

La culture unique du commerce

Contrairement à la civilisation agricole traditionnelle dans la Plaine centrale qui encourageait l’agriculture plutôt que le commerce, le commerce maritime a permis aux habitants de Ningbo de former très tôt une culture régionale qui promeut simultanément l’agriculture et le commerce. L’école locale du Zhejiang de l’Est a fourni un soutien idéologique au développement de l’économie marchande à Ningbo. Caractérisée par son ouverture d’esprit, l’école du Zhejiang de l’Est est compatible et innovante. Elle considère que la recherche académique doit servir la société. Elle a aussi des influences dans le milieu académique moderne chinois et étranger, notamment au Japon et en Asie du Sud-Est.

Ses concepts idéologiques sont alignés sur la tendance de développement de l’économie marchande et de la société de Ningbo. Ils soulignent également la personnalité, l’individualité, la capacité, l’utilité et les concepts pratiques, et sont les principales caractéristiques de l’esprit humaniste du Zhejiang. L’économie marchande très développée et la tradition utilitaire et pragmatique associées au commerce maritime ont permis à Ningbo de devenir une région commerciale prospère, et aussi un lieu de départ pour les hommes d’affaires chinois qui se sont mondialisés à partir des temps modernes.

L’Association des compatriotes de Ningbo est l’une des plus influentes dans l’histoire moderne de la Chine. Depuis la fin de la dynastie des Ming, des marchands de Ningbo contrôlaient déjà certaines activités de Beijing comme la pharmacie traditionnelle chinoise, la confection et la banque. Depuis l’époque moderne, influencés par la civilisation occidentale, ils ont contribué à moderniser et à développer l’industrie et le commerce chinois. Par exemple, ils ont établi la première banque chinoise au sens moderne, la première entreprise du transport maritime à capitaux chinois, la première usine de machinerie à capitaux chinois, etc. Les marchands de Ningbo sont partout dans le monde, et nombreux sont les magnats des affaires de niveau mondial.

La raison importante pour laquelle l’Association des compatriotes de Ningbo a survécu est qu’elle a formé une culture unique et influente au cours du difficile processus entrepreneurial. Basée sur la tradition confucéenne d’intégrité et de droiture, cette culture intègre également la culture maritime pionnière et innovante, compatible et inclusive de Ningbo. Par exemple, la famille Le de Ningbo, qui a fondé la pharmacie Tongrentang en 1669, se conforme toujours au code ancien selon lequel « bien que la préparation de médicaments soit compliquée, personne n’ose économiser ses efforts dans le labeur ; même si les médicaments sont coûteux, personne n’ose réduire les composants. » Cette autodiscipline garantit qu’aucune erreur ne soit commise. La marque est devenue l’un des représentants de l’association. La direction des affaires de « prendre la sincérité comme base de son activité et de faire des profits grâce à la droiture » est toujours respectée par les marchands de Ningbo.

Le Musée de l’Association des compatriotes de Ningbo

Le Musée de l’Association des compatriotes de Ningbo se trouve dans l’arrondissement Zhenhai, à la pointe sud du pont Hangzhou enjambant la mer. Ce musée, avec une superficie de 24 000 m2, est composé de deux parties : les salles d’exposition et le siège de l’association. Le musée expose des objets ayant appartenu à l’association depuis la fin des Ming. Le siège de l’association est le foyer spirituel et un lieu principal d’activités pour la population de Ningbo, tant de l’intérieur que de l’extérieur du pays. Ce musée est gratuit.

Transport : bus ligne 107, 126, 129, 281

L’ancienne résidence de Tchiang Kaï-chek

Elle se trouve dans le bourg de Xikou de l’arrondissement Fenghua. La famille Tchiang y a vécu et travaillé. L’ancienne résidence se compose d’un groupe de bâtiments, dont la maison Fenghao de Tchiang Kaï-chek, la maison de style européen et la boutique de sel Yutai qui est le lieu de naissance de Tchiang Kaï-chek. La maison Fenghao se trouve dans la rue Xikou Zhongjie, avec un jardin de 4 800 m2, les bâtiments occupants, eux, 1 850 m2. Cette maison a été construite sous la dynastie des Qing (1644-1911), les autres parties de la résidence ont été construites en 1929.

Transport : l’autobus du centre de transport Xikou au site

( Article compilé par la Chine au présent)

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号