Accueil>À la une

Nanchang investit dans le « ciel bleu »

2018-01-31 16:26:00 Source: Author:LIN XIAO, envoyé spécial
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

À travers une fenêtre dans le quartier Alpha, on aperçoit le ciel bleu.

 

Un beau ciel bleu, plus de verdure, un air plus pur, moins de smog, moins de fumée... Voici la réalité quotidienne des résidents de Nanchang, capitale de la province du Jiangxi, qui ont pourtant bien souffert de la pollution atmosphérique.

Début mai 2013, Nanchang a été la première ville du Jiangxi à mettre en place le programme « Action pour un ciel bleu » en instaurant une série de mesures qui visaient à réduire, d’une part, la pollution engendrée par la poussière produite sur les chantiers, ensuite, celle provenant des gaz d’échappement des automobiles, et enfin, celle générée par les chaudières à charbon dans des zones où la consommation de charbon est pourtant interdite. Des travaux d’aménagement pour « un ciel bleu, des cours d’eau clairs et une terre propre » ont ainsi été amorcés.

 

 

Le contrôle de la poussière sur les chantiers

 

La poussière est une des grandes « sources » de pollution de l’air. En avril 2014, la ville de Nanchang a décidé de mettre en place des mesures rigoureuses pour lutter contre ce « désastre ». Cette opération d’assainissement de l’environnement, entreprise par le Bureau de la protection de l’environnement de Nanchang conjointement avec plusieurs départements de la ville, dont la Commission de la construction et la Commission de la gestion urbaine, a été l’occasion d’utiliser pour la première fois la technique de l’échantillonnage aléatoire par ordinateur pour déterminer les chantiers de construction à contrôler. La même année, 27 inspections et contrôles ont été effectués sur 270 chantiers de construction. Et la lutte contre la pollution résultant de la poussière émise sur les chantiers de la zone urbaine et de la zone de développement industriel a été intégrée à l’évalution trimestrielle de la gestion urbaine.

 

Grâce à ces efforts, le taux de contrôle de la poussière sur les chantiers de construction, inexistant dans le passé, s’élève aujourd’hui à 71 %, et le taux de concentration maximum de particules PM2,5 a diminué de moitié. La méthode de sélection aléatoire par ordinateur, équitable, est une initiative de Nanchang et a été approuvée par le ministère de la Protection de l’Environnement, le Centre d’inspection de l’Est de la Chine relevant du ministère, et le Département de la protection de l’environnement du Jiangxi. En 2015, la sphère dans laquelle le contrôle de la poussière est effectué s’est étendue à 280 routes principales ainsi qu’aux espaces autour des chantiers.

 

 

Le taux de verdure dans le quartier Alpha s’élève à 36 %, supérieur de 2 %
à la norme stipulée par le ministère du Logement de la Construction urbaine et rurale.

 

 

Le 24 août 2017, le Bureau de la protection de l’environnement de Nanchang a désigné par prélèvement aléatoire informatique cinq chantiers de construction et cinq routes de la ville pour y effectuer un contrôle de la poussière. Nous avons accompagné le personnel de contrôle dans un chantier de l’arrondissement Qingyunpu. L’instrument de contrôle affichait une concentration de PM2,5 à 33 µg/m3, et de PM10 à 58 µg/m3.

 

« Les gaz d’échappement des automobiles, la météo et la poussière des chantiers environnants influencent les résultats du contrôle. Le contrôle dure une demi-heure et le résultat final est obtenu en faisant la moyenne de 15 enregistrements différents », nous a expliqué Chen Quan, un responsable de la station de contrôle de l’environnement.

« Ces dernières années, le smog est apparu dans beaucoup d’endroits. Nous avons donc inclu la poussière des routes urbaines dans nos contrôles », a ajouté M. Chen. Les données de contrôle seront ensuite transmises aux différents services du gouvernement afin que des mesures soient prises pour limiter les émissions de poussière et améliorer la qualité de l’air.

 

 

Le 27 juillet 2017, à Nanchang, des camions de nettoyage
dépoussièrent et humidifient l’air.

 

 

Les mesures contre les gaz d’échappement

 

Les gaz d’échappement des véhicules à moteur représentent la deuxième « source » de pollution de l’air. Pour réduire la pollution qu’ils génèrent, la ville de Nanchang a établi un système de traitement des véhicules à moteur en fonction de leur classification sur une échelle qui évalue leur nuisance à l’environnement. Le 28 août, à 10 h 20, sur la route Nanjing Est, nous avons assisté à l’arrestation par un agent de circulation d’un véhicule immatriculé dans le Jiangxi et portant une pastille jaune. Le conducteur a reçu une contravention. En effet, les véhicules porteurs d’une pastille jaune ne sont pas autorisés à circuler sur cette route.

 

« La plus grande partie des gaz d’échappement des véhicules à moteur stagne à un mètre au-dessus du sol, ce qui correspond à la zone de respiration humaine. Ils constituent donc, à long terme, un danger potentiel pour la santé. En cas d’embouteillage au centre-ville, les émissions polluantes des véhicules qui ne répondent pas aux normes d’émission sont plus importantes et causent plus de nuisances à la qualité de l’air », a expliqué Li Weidong, directeur du Centre de contrôle de la pollution des émissions de gaz d’échappement des véhicules à moteur de Nanchang. Ce centre, établi en 2013, est le premier de la sorte dans le Jiangxi, et a pour mission de renforcer le contrôle de la pollution résultant des gaz d’échappement des véhicules à moteur. Depuis le 1er juin 2013, la circulation des véhicules porteurs d’une pastille jaune, ou ne portant aucune pastille, a été interdite dans certaines zones définies et depuis le 1er juillet, les conducteurs des véhicules en infraction au code d’interdiction de circulation, qui vise à faire disparaître les véhicules fortement polluants et à réduire les rejets de gaz à effet de serre, sont sanctionnés par des contraventions.

Le 1er août 2014, l’étendue des zones interdisant la circulation des véhicules à moteur fortement polluants à Nanchang est passée de 15,23 km² à 70,53 km². Pour surveiller ces zones, les réseaux de services de protection de l’environnement et de transport ont accès à une plate-forme de gestion qui leur permet de repérer les véhicules non conformes aux normes d’émissions polluantes qui enfreignent le règlement sur les restrictions de circulation.

 

En outre, Nanchang a pris l’initiative de durcir les normes d’accès des véhicules à moteur. Depuis le 1er octobre 2014, les véhicules légers à essence, les véhicules à deux carburants et les véhicules à gaz, vendus ou enregistrés dans la région administrative de Nanchang, doivent être conformes aux normes de contrôle des émissions de phase 4 déterminées par l’État.

 

En août 2015, Nanchang a mis au point et lancé un système de code-barres apposé sur le certificat de vérification de la conformité des véhicules à moteur aux normes de protection de l’environnement. Lorsqu’une voiture qui n’est pas originaire de Nanchang y est transférée et que son examen montre qu’elle est conforme aux normes, un code-barres est automatiquement apposé sur son certificat. La lecture du code-barres permet d’obtenir rapidement les informations sur la voiture et d’évaluer l’authenticité de son certificat.

 

La lutte contre le smog

 

Nanchang fait partie des 74 premières villes chinoises à avoir mis en application les nouvelles normes de qualité de l’air. Depuis le 1er janvier 2013, la ville procède donc à la surveillance et à l’évaluation de la qualité de l’air selon ces nouvelles normes.

 

Nanchang a de quoi être fière de la qualité de son environnement écologique. Pour continuer à améliorer la qualité de l’air, la ville impose des exigences : les entreprises et les établissements d’intérêt public doivent rigoureusement s’acquitter de leurs responsabilités en matière de réduction des émissions polluantes ; les secteurs de l’acier et de la production d’électricité thermique doivent procéder à la désulfuration, à la dénitritation et au dépoussiérage pour que leurs émissions soient stables et conformes aux normes ; les aires (sites à ciel ouvert) de dépôt de marchandises, de matériaux ou de résidus doivent être équipées d’un mur de protection contre le vent et la poussière, d’une couverture, et d’installations d’arrosage automatique afin de prévenir la pollution engendrée lors du dépôt, du transfert et de la décharge des matériaux ; les secteurs de l’industrie chimique organique, pharmaceutique (fabrication de médicaments chimiques), des produits plastiques, de l’emballage et de l’imprimerie doivent procéder à un traitement annuel global des matières organiques volatiles ; tous les chantiers de construction doivent veiller à ce que les mesures de réduction de la poussière soient mises en œuvre à 100 %, entre autres, la construction d’enceintes autour des sites, le renforcement des routes, l’arrosage, le transport des matériaux de construction dans des conteneurs scellés, l’installation d’une plate-forme de nettoyage, le verdissement des sols nus, etc.

 

Les secteurs du service, notamment la restauration, sont également concernés. Les restaurants de Nanchang doivent être équipés de systèmes de pointe de purification des fumées, et ceux qui ne respectent pas les normes de protection de l’environnement doivent cesser leur activité. Si une plainte est déposée contre un restaurant qui n’est pas équipé d’un système de purification des fumées, la Commission municipale de gestion urbaine lui inflige une sanction et exige la mise aux normes de l’établissement. Ces mesures ont permis de résoudre dans une certaine mesure le problème des nuisances engendrées par les fumées.

 

D’une manière générale, toute cette série de mesures a apporté de grandes améliorations. Dans l’ensemble, la qualité de l’air s’améliore progressivement. Le nombre de jours où l’on constate une bonne qualité de l’air augmente chaque année, entre 2013 et 2016, il est passé de 222 à 294, puis à 315 et enfin à 318. Sur la période de janvier à avril 2017, le pourcentage de jours où la qualité de l’air était bonne s’est élevé à 77,5 %, ce qui représente une augmentation de 0,7 point par rapport à la même période de 2016.

 

Désormais, les habitants de Nanchang profitent de la bonne qualité de l’air pour faire leurs exercices sportifs matinaux ou admirer le soleil couchant en toute tranquillité.

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号