Accueil>Reportage spécial

"Un esprit plus vaste que le ciel" : Xi et la culture française

2024-05-05 17:09:00 Source: Xinhua Auteur:
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

 

Le président chinois Xi Jinping et le président français Emmanuel Macron écoutent l'air "Montagne majestueuse et rivière mélodieuse" interprété au guqin dans la salle Baiyun du Jardin des pins à Guangzhou, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, le 7 avril 2023. (Xinhua/Yue Yuewei)  

Chaque fois que le président chinois Xi Jinping prononce son discours du Nouvel An, les étagères de son bureau du complexe de Zhongnanhai sont scrutées par les bibliophiles curieux de tout le pays et du monde entier. 

Avec les mouvements de la caméra, les téléspectateurs attentifs découvrent que la collection de livres de M. Xi contient des chefs-d'œuvre de la litéérature française, tels que "De l'esprit des lois", "Les Misérables", "Le Rouge et le Noir" et "La Comédie humaine". "J'ai développé un vif intérêt pour la culture française et en particulier pour l'histoire, la philosophie, la littérature et l'art français lorsque j'étais jeune", s'est remémoré M. Xi. 

M. Xi est un lecteur passionné. Ses nombreuses lectures ont contribué à façonner sa perspective globale. Depuis son arrivée à la tête de la Chine, il a fait des interactions culturelles une caractéristique de sa diplomatie, ce qui favorise une meilleure compréhension entre la Chine et le reste du monde. 

Alors que la Chine et la France célèbrent cette année le 60e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques, le président chinois s'apprête à effectuer sa troisième visite d'Etat dans ce pays européen. Tous les regards sont tournés vers lui pour voir comment ce passionné de la culture française rapprochera encore davantage ces deux grandes civilisations de l'Orient et de l'Occident. 

DE STENDHAL A HUGO 

Pendant son adolescence à la fin des années 1960, M. Xi a été envoyé à Liangjiahe, un village pauvre du plateau de Lœss en Chine, en tant que "jeune instruit" pour "apprendre des paysans". 

Au milieu des difficultés de la vie à la campagne, la lecture est devenue le réconfort spirituel de M. Xi. Il a lu tous les classiques littéraires qu'il a pu trouver dans le hameau, dont "Le Rouge et le Noir". 

Photo d'archives montrant Xi Jinping, lorsqu'il est retourné à Beijing pour rendre visite à sa famille en 1972, durant la période où il avait été envoyé à la campagne "pour y être rééduqué". (Xinhua)  

"'Le Rouge et le Noir' de Stendhal a eu une grande influence", s'est souvenu M. Xi avec émotion des années plus tard. "Mais lorsqu'il s'agit de la description des complexités du monde, les œuvres de Balzac et de Maupassant sont les meilleures, à l'image de 'La Comédie humaine' de Balzac". 

Les œuvres classiques des grands auteurs français ont laissé une impression tellement profonde sur ce grand lecteur qu'il les cite souvent, en particulier Victor Hugo, dans ses discours. Lors de la conférence de Paris sur les changements climatiques en 2015, M. Xi a cité une phrase clairvoyante tirée des Misérables : "Les ressources suprêmes sortent des résolutions extrêmes", en appelant à un accord. 

M. Xi a une affection pour les œuvres d'art françaises. Il apprécie les compositeurs français Bizet et Debussy. Il a visité plusieurs sites culturels, du majestueux Arc de Triomphe aux salles opulentes du Château de Versailles. Au plus profond de son cœur, les collections intemporelles du Musée du Louvre et le sanctuaire vénéré de la cathédrale Notre-Dame sont des trésors durables de la civilisation humaine. 

Deux acteurs d'opéra Kunqu, une forme traditionnelle des arts du spectacle chinois, participent à un "flash mob" près de l'Arc de Triomphe à Paris, en France, le 13 septembre 2023. (Xinhua/Gao Jing)  

M. Xi n'est du reste pas le premier dirigeant chinois à aimer la culture française. Dans les années 1920, au cours de ce que l'on appelle le Mouvement Travail-Etudes, Zhou Enlai et Deng Xiaoping, deux anciens dirigeants chinois, se sont tous deux rendus en France pour des séjours éducatifs à la recherche d'une issue pour la Chine, un pays alors en proie à la guerre, à la pauvreté et aux invasions. 

A l'époque, de nombreux jeunes patriotes chinois ont été inspirés par les écrits sur la Révolution française, qui est également la toile de fond des "Misérables" de Hugo, l'un des chefs-d'œuvre français les plus cités par M. Xi. Comme l'a rappelé ce dernier, l'un des épisodes qui l'a le plus profondément touché est celui où l'évêque Myriel aide Jean Valjean et l'encourage à devenir un homme meilleur. 

"Les grandes œuvres ont le pouvoir exceptionnel d'émouvoir les lecteurs", a-t-il dit. 

"ZHIYIN", OU AMIS DE CŒUR 

L'appréciation de M. Xi pour la culture française explique pourquoi les échanges culturels sont devenus de plus en plus importants dans ses interactions avec les dirigeants français et dans les échanges bilatéraux entre les deux pays. 

En 2019, dans la ville française de Nice, le président français Emmanuel Macron a reçu M. Xi à la villa Kérylos, une maison centenaire surplombant la Méditerranée et considérée comme un microcosme reflétant la civilisation européenne. C'est là que M. Macron a offert à M. Xi un ouvrage ancien : un précieux exemplaire de la version originale française de "Confucius ou la science des princes". 

Avec sa couverture en veau marbré brunâtre, son dos imprimé de vignettes dorées et ses tranches roussâtres, cet ouvrage confucéen a été publié en 1688, à l'époque des Lumières. Après quelques feuillets du livre, une ligne d'écriture cursive en vieux français se lit comme suit : "Aux lecteurs - Pour servir de clef ou d'introduction à la lecture de Confucius". 

Le président chinois Xi Jinping (2e à droite) reçoit la version française originale "Confucius ou la science des princes", publiée en 1688, de son homologue français Emmanuel Macron (1er à droite), comme un cadeau d’Etat avant leur entretien à Nice, en France, le 24 mars 2019. (Photo : JuPeng)  

Les premières traductions des enseignements de Confucius ont inspiré les penseurs français Montesquieu et Voltaire, a expliqué M. Macron à M. Xi, qui tenait délicatement le livre avec sa couverture ouverte. "C'est un cadeau précieux", a déclaré M. Xi. Ce livre est plus tard devenu une possession très précieuse de la Bibliothèque nationale de Chine.    

Au cours du XVIIe siècle, l'Europe a été témoin de l'émergence d'une tendance connue sous le nom de chinoiserie, qui a déferlé sur le continent au XVIIIe siècle, alimentée par la croissance des échanges commerciaux avec la Chine. Parallèlement, des sinologues français ont approfondi l'étude du confucianisme, fondement philosophique de la culture traditionnelle chinoise, et diffusé ses idées à travers l'Europe. 

Des observateurs ont pris note de ces échanges interculturels. Gu Hongming, un célèbre érudit chinois moderne, a écrit : "Seuls les Français semblent comprendre au mieux le peuple chinois et la civilisation chinoise, car ils possèdent dans une mesure prééminente une qualité d'esprit, qui est plus que toute autre chose nécessaire pour comprendre le vrai peuple chinois et la vraie civilisation chinoise". 

Pour M. Xi, la Chine et la France peuvent être des "Zhiyin", c'est-à-dire des amis de cœur, qui peuvent se comprendre en profondeur grâce à leur grande richesse culturelle. 

Lors du séjour de M. Macron à Guangzhou, métropole du sud de la Chine, en avril 2023, les deux chefs d'Etat ont discuté en buvant du thé dans le Jardin des pins de la résidence du gouverneur de la province du Guangdong, où le père de M. Xi, Xi Zhongxun, résidait lorsqu'il occupait ce poste dans les années 1980, au début de la réforme et de l'ouverture de la Chine. 

Alors que les deux dirigeants se promenaient dans le jardin, les sons enchanteurs d'un qin, un antique instrument chinois, remplissaient l'air, tissant une mélodie captivante. Intrigué, M. Macron s'est enquis du nom de cet air. Il s'agissait de "Haute montagne et eau vive", a répondu M. Xi, qui a ensuite raconté l'histoire bien connue de Yu Boya et Zhong Ziqi, à l'origine de sa composition. 

Selon une ancienne légende chinoise, Yu était un joueur de qin accompli, alors que Zhong, son auditeur dévoué, possédait la rare capacité de saisir les émotions transmises par la musique de Yu. A la mort de Zhong, Yu, accablé de chagrin, a brisé son instrument et s'est juré de ne plus jamais jouer, car il avait perdu son "Zhiyin", mot désigné littéralement, en chinois, un ami très proche qui comprend la musique de l'autre. 

"Seuls les Zhiyin (amis de cœur) peuvent comprendre cette musique", a déclaré M. Xi à M. Macron. 

DEUX INDEPENDANTS 

"Il y a un spectacle plus grand que la mer, c'est le ciel ; il y a un spectacle plus grand que le ciel, c'est l'intérieur de l'âme". M. Xi a cité cette phrase de Hugo dans son discours historique à l'UNESCO, à Paris, en 2014. 

Le président chinois Xi Jinping prononce un discours au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), à Paris, en France, le 27 mars 2014. (Xinhua/Yao Dawei)  

"En effet, nous avons besoin d'un esprit plus vaste que le ciel pour aborder les différentes civilisations", a ajouté le président chinois, défenseur inébranlable de la coexistence harmonieuse des civilisations à une époque où le paysage international connaît de profonds changements. 

Paris est la ville hôte de l'UNESCO, et M. Xi considère la France comme un représentant majeur de la civilisation occidentale. Il n'est donc pas surprenant que le dirigeant chinois ait choisi la capitale française pour exposer pour la première fois sa vision de la civilisation sur la scène mondiale. 

"Je me souviens parfaitement de ses mots lorsqu'il a déclaré qu'aujourd'hui, là où nous vivons, nous représentons des cultures, des religions et des groupes ethniques différents, mais que nous faisons partie d'une communauté de destin partagé", a déclaré la directrice générale de l'UNESCO de l'époque, Irina Bokova. "Dix ans plus tard, aucun des mots prononcés par le président Xi n'a vieilli. Ils sont plus pertinents en raison des problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui". 

Revenons 60 ans en arrière, en 1964. Le 27 janvier, la Chine et la France ont marqué l'histoire en établissant officiellement des relations diplomatiques, ce qui a brisé l'étau glacial de l'isolement de la Guerre froide et catalysé la transformation de la situation mondiale vers un ordre mondial multipolaire. Dans un éditorial publié le lendemain, le quotidien français Le Monde avait qualifié ce moment historique de "rencontre de deux indépendants". 

Selon M. Xi, le président Mao Zedong et le général Charles de Gaulle, avec une sagesse et un courage extraordinaires, ont ouvert la porte aux échanges et à la coopération entre la Chine et l'Occident, "apportant l'espoir au monde au milieu de la Guerre froide". 

"La Chine et la France sont des civilisations indépendantes, mais qui partagent les mêmes idées", a estimé Cui Hongjian, directeur du Centre d'études de l'Union européenne et du développement régional à l'Université des Langues étrangères de Beijing. 

Une montre de poche lors de l'exposition "La Cité interdite et le Château de Versailles - Les échanges entre la Chine et la France aux XVIIe et XVIIIe siècles" à la Cité interdite à Beijing, en Chine, le 1er avril 2024. (Xinhua/Jin Liangkuai) 

"S'inspirant de leur riche culture et de leur histoire, les deux pays partagent de profondes connaissances sur les tendances mondiales", a ajouté M. Cui. "Ils ne veulent pas dominer les autres et, en retour, ils ne veulent pas être dominés. 

Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel et ancien Premier ministre français, a noté que la France et la Chine étaient toutes deux attachées au multilatéralisme et à la paix. 

"Dans ce monde dangereux qui est le nôtre, il faut qu'il y ait des puissances de la paix et du développement durable", a déclaré M. Fabius, "et cela doit être évidemment, au-delà de nos différences, une mission majeure de la Chine et de la France". 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备10041721号-4

京ICP备10041721号-4