Accueil>Reportage spécial

La Loi sur la sauvegarde de la sécurité nationale est nécessaire

2020-07-31 15:59:00 Source:La Chine au présent Auteur:EDUARDO ROLDÁN
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

 

Parade de plus d’une centaine d’embarcations à Central pour célébrer la rétrocession de Hong Kong et saluer l’adoption de la Loi sur la sauvegarde de la sécurité nationale, le 1er juillet 2020.
 
En 2020, Hong Kong célèbre le 30e anniversaire de la promulgation de sa Loi fondamentale. Adoptée le 4 avril 1990 par l’Assemblée populaire nationale de Chine (APN), la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hong Kong est entrée en vigueur le 1er juillet 1997. Hong Kong fait partie de la Chine et le gouvernement central a le droit de légiférer pour toutes les parties de son territoire. Conformément au principe « Un pays, deux systèmes », la région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) a été créée et a connu un développement économique très florissant. À Hong Kong, l’économie de libre marché prévaut, générant un mode de vie particulier. Le PIB par habitant s’élève à 41 000 dollars américains. Son ratio dette/PIB est de 0,05 %, ce qui ne représente que 162 millions de dollars. Sa balance commerciale s’élève à plus de 900 milliards de dollars. En adoptant un système capitaliste, Hong Kong est devenue, et restera, l’un des centres financiers les plus importants du monde.

 

L’économie de la République populaire de Chine, pour sa part, est restée globalement stable en dépit de la pandémie de COVID-19. En 2019, le PIB a augmenté de 6,1 % pour atteindre les 99 000 milliards de yuans ; 13,5 millions d’emplois ont été créés avec un taux de chômage urbain inférieur à 5,3 % ; l’indice des prix à la consommation a augmenté de 2,9 % et la balance des paiements a conservé son équilibre. L’économie chinoise possède les plus importantes réserves au monde, ce qui illustre bien la puissance de la seconde économie mondiale et reflète le développement social et économique de ce pays et de ses 1,4 milliard de citoyens.

 

Récemment, le gouvernement chinois a annoncé qu’il cessera d’utiliser le dollar américain dans certaines transactions pour faire place à sa monnaie virtuelle. Il s’agit du e-RMB, qui sera une alternative fonctionnelle face au système de règlement en dollars permettant d’atténuer l’impact de toute sanction ou menace d’exclusion émise par une autre nation. La nouvelle monnaie numérique ne sera pas une crypto-monnaie puisqu’elle sera administrée par la Banque populaire de Chine et sera indexée sur le yuan. Elle pourra être utilisée avec différentes méthodes de paiement numériques dans tout le pays.
 
 

 

Une plus grande stabilité

 

Le passé nous permet de comprendre la position du gouvernement central face aux récents événements qui se sont déroulés à Hong Kong, générés par des acteurs et des intérêts politiques internes et externes à la RASHK, réunis autour de l’idée que la nouvelle législation en matière de sécurité « affecterait les droits et les libertés des habitants de Hong Kong et la confiance des investisseurs dans cette région ». L’objectif d’un tel mouvement est de déstabiliser la Chine et de freiner sa rapide progression socio-économique et technologique. Que recherche le gouvernement central dans sa relation avec Hong Kong ? La réponse est claire. Garantir la stabilité économique, politique et juridique, la sécurité et la confiance de la Chine, dont Hong Kong fait partie selon le principe « Un pays, deux systèmes ».

 

En mai dernier s’est tenue la XIIIe Assemblée populaire nationale (APN) en Chine. La Loi sur la sauvegarde de la sécurité nationale à Hong Kong, qui vise à améliorer le mécanisme juridique afin de préserver la souveraineté de la Chine, l’intégrité de son territoire et de sauvegarder la sécurité de la RASHK, a été l’un des principaux sujets abordés au cours de cette assemblée.

 

L’article 23 de la Loi fondamentale de la RASHK prévoyait l’établissement d’une loi sur la sécurité de la RASHK. Or en 2003, lorsque la question a été soulevée, différents groupes politiques se sont opposés à l’ébauche de cette loi. Curieusement, ce sont ces mêmes groupes politiques qui, ces derniers mois, ont provoqué des émeutes et des affrontements avec les forces de l’ordre à Hong Kong. Depuis le 1er juillet 1997, date à laquelle j’ai assisté à la rétrocession de Hong Kong à la Chine en tant que consul général du Mexique, la RASHK est pratiquement demeurée sans politique de sécurité. Ainsi, la Loi sur la sauvegarde de la sécurité nationale à Hong Kong adoptée par l’APN « est une mesure nécessaire et essentielle pour combler les lacunes en matière de sécurité nationale à Hong Kong et assurer ainsi la mise en œuvre de la politique "Un pays, deux systèmes" ». En d’autres termes, la Constitution et la Loi fondamentale de la RASHK constituent la base juridique sur laquelle s’appuie le gouvernement chinois pour administrer Hong Kong. La Loi fondamentale intègre les principes de la Déclaration conjointe sino-britannique du 19 décembre 1984. Il est donc clair que la Chine a rempli toutes ses obligations internationales.

 

*EDUARDO ROLDAN a été président de l’Association mexicaine du service extérieur (ASEM), président de l’Association mexicaine des études internationales (AMEI) et membre associé du Conseil mexicain des relations internationales (COMEXI).

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号