Accueil>Reportage spécial

La situation de l’économie chinoise devrait continuer de s’améliorer

2020-06-10 11:06:00 Source:La Chine au présent Auteur:Zhang Liqun
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

Le 21 mai 2020, des ouvriers de l’usine n°3 de Dongfeng Honda à Wuhan travaillent sur la chaîne de montage.  (ZHANG CHANG/CHINA NEWS SERVICE)

 

 

Le 22 mai, le premier ministre Li Keqiang a présenté le Rapport d’activité du gouvernement lors de la 3e session de la XIIIe Assemblée populaire nationale. Pour la première fois, le rapport ne fixe pas d’objectifs spécifiques pour le taux de croissance annuel de l’économie.

 

À en juger par la tendance économique au cours de l’année, la tendance en 2020 devrait présenter une courbe en forme de « V ». Subissant l’impact de l’épidémie, la croissance économique au début de cette année est entrée dans une période de creux avec un taux de croissance négatif du PIB de 6,8 % au premier trimestre. Comme le mentionne le rapport d’activité, la politique budgétaire active devrait être plus robuste et la politique monétaire prudente devrait être plus souple et modérée. Avec la reprise de l’activité et du travail au deuxième trimestre, on constate clairement une tendance continue au redressement de la croissance chinoise pour le second semestre.

 

Assurer les moyens de subsistance et les fondamentaux économiques
Le PIB chinois au premier trimestre a connu une croissance négative de 6,8 %. Du point de vue de la majorité des PME, des travailleurs migrants aux diplômés des établissements professionnels, des moyens de subsistance de base des gens et de la survie de différents groupes, l’épidémie a eu des répercussions immenses.

 

Assurer les moyens de subsistance et les fondamentaux économiques consiste à assurer la survie des composantes de base de l’activité économique de base, en particulier les PME. Cela se reflète également dans le rapport activité de cette année, qui met particulièrement l’accent sur les « six stabilisations » (stabiliser l’emploi, la finance, le commerce extérieur, les investissements étrangers, l’investissement et les anticipations) et les « six garanties » (garantir l’emploi, le bien-être de la population, le maintien du dynamisme des acteurs du marché, la sécurité alimentaire et énergétique, la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement ainsi que le fonctionnement des administrations de base), ce qui reflète la réflexion sur la ligne de fond, l’estimation complète de la gravité de l’impact économique de l’épidémie et l’observation méticuleuse des moyens de subsistance et des activités économiques des populations. Dans ce contexte, le Rapport d’activité du gouvernement se concentre sur la survie de chaque composante, aussi petite soit-elle, pour renforcer la confiance.

 

Ne pas fixer d’objectif pour le PIB ne signifie pas qu’il n’y a aucune attente

 

Le Rapport d’activité du gouvernement de cette année diffère des années précédentes en ce qu’il n’a pas proposé d’objectif de croissance du PIB. Le PIB est un indicateur macroéconomique global. Le revenu des personnes, des entreprises et des administrations publiques provient en fait de la croissance du PIB. Par conséquent, c’est un indicateur préalable important pour la planification et les autres indicateurs financiers et budgétaires. Cette année, l’épidémie a eu un impact très grave sur l’économie et le développement est confronté à des facteurs d’incertitude. Dans ce contexte, il est donc très difficile de déterminer l’objectif de croissance économique pour cette année.

 

Parmi ces facteurs d’incertitude, le premier est la propagation de l’épidémie dans le monde, et son impact sans précédent sur l’économie mondiale et le commerce international. Cet impact est transmis à la Chine par le biais du commerce extérieur notamment. Comment assurer la survie des entreprises et comment garantir les moyens de subsistance des gens est un problème sans précédent. Dans une situation aussi compliquée, des dispositions doivent être prises sur la base des travaux les plus urgents à l’heure actuelle.

 

Le fait de ne pas fixer d’objectifs de croissance économique ne signifie pas que la Chine n’a aucune attente en la matière. Malgré la gravité de l’impact de l’épidémie, le rapport fixe un objectif de référence de plus de 9 millions de nouveaux emplois urbains. D’une manière générale, pour chaque point de pourcentage de croissance du PIB, environ 2 millions d’emplois peuvent être créés. Cela veut dire que le rythme de croissance économique a été pris en compte dans les dispositions de travail.

 

À en juger par le Rapport d’activité du gouvernement, la Chine a pris de nombreuses dispositions pour assurer les moyens de subsistance de base dans le contexte de l’impact sérieux de l’épidémie. Ces dispositions se reflètent dans la politique budgétaire, la politique monétaire et la politique macroéconomique de cette année. La poursuite de la reprise de la croissance économique sera pleinement visible au second semestre.

 

Accroître la portée des mesures pour lutter contre l’assaut de l’épidémie
Après le passage d’une croissance à grande vitesse à une croissance à vitesse moyenne de l’économie chinoise, le fil directeur des mesures macroéconomiques est l’équilibre, l’objectif étant de soutenir la réforme structurelle du côté de l’offre, de garantir l’équilibre général de l’offre et de la demande globales et une concurrence relativement adéquate, d’encourager la sélection naturelle dans la concurrence au niveau de l’offre, et d’innover et d’améliorer sans cesse.

 

Le Rapport d’activité du gouvernement a pris des mesures extraordinaires en réponse à la situation sérieuse de cette année et déployé des efforts sans précédent dans les politiques budgétaires et monétaires. Le taux du déficit devrait atteindre plus de 3,6 %, soit un accroissement de 1 000 milliards de yuans par rapport à l’année précédente, ce qui est sans précédent.

 

On peut voir que le taux d’intérêt sur les prêts de cette année est nettement inférieur à celui de l’année dernière, et que l’abondance en liquidités de cette année est considérablement améliorée par rapport à l’année dernière. Dans le même temps, afin de protéger les acteurs du marché, le rapport propose d’élargir considérablement l’accès au crédit des PME et des microentreprises, et de réduire effectivement les coûts de financement généraux des entreprises par rapport à l’an passé.

 

Les mesures macroéconomiques d’ajustement anticyclique de cette année ont considérablement augmenté en termes de politiques budgétaires et monétaires, et sont utilisées pour répondre à l’impact économique de l’épidémie.

 

*ZHANG LIQUN est chercheur au département de recherche macroéconomique du Centre de recherche sur le développement relevant du Conseil des affaires d’État.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号