Accueil>Reportage spécial

L’assistance ciblée aux démunis dans la province du Guizhou

2018-10-31 14:43:00 Source: Author:
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典
Aujourd’hui, tous les districts et tous les villages du Guizhou sont
 accessibles par les autoroutes et les routes. (PHOTO : WANG WEN) 
 
 
Ma Li, membre de la rédaction

 

« Un pot noir, un lit, une maison délabrée, et le vent pénétrait par les trous des murs », voici l’aspect réel de l’ancienne maison d’une femme de l’ethnie yi Zhang Zhengying, , âgée de 83 ans. Maintenant, la vie actuelle de sa famille a foncièrement changé : « Ils habitent dans une grande maison lumineuse, les enfants peuvent fréquenter l’école et les jeunes ont un emploi. » Le 28 septembre 2016, Zhang Zhengying a quitté avec sa famille, les locaux d’une usine abandonnée où ils avaient habité pendant plusieurs années pour s’installer dans une nouvelle maison de 100 m2 en briques grises, dans le « village du Bonheur n° 2 » d’Evergrande. Une chose inimaginable est donc devenue réalité aujourd’hui.

 

La famille de Zhang Zhengying habitait dans le village de Yinchuan, au canton de Fengshan, dans le district de Dafang, près de la ville de Bijie, dans la province du Guizhou. C’est une des régions montagneuses les plus pauvres de l’Ouest de la Chine. Grâce à la politique de relogement des paysans vivant en dessous du seuil de pauvreté dans des zones plus prospères, ce qui correspond à l’assistance ciblée aux démunis, sa famille a pu sortir de la montagne, ses fils peuvent trouver un emploi et ses petits-fils peuvent aller à l’école près de chez eux.

 

Le changement de vie de la famille de Zhang Zhengying n’est qu’un cas parmi d’autres grâce au travail d’assistance ciblée aux démunis mené par la province du Guizhou, qui compte le plus de personnes pauvres et dont la tâche d’éradication de la pauvreté s’avère la plus ardue. En tant que théâtre principal de la lutte contre la pauvreté entreprise par la Chine depuis ces dernières années, le Guizhou considère toujours l’assistance ciblée aux démunis comme un problème clé pour éliminer la pauvreté et améliorer le bien-être des habitants. Chaque année plus d’un million de démunis sortent de la pauvreté. Grâce aux résultats du travail d’assistance ciblée aux démunis entrepris il y a quelques années, le Guizhou ne craint plus de parler de la pauvreté et fournit en plus ses expériences aux régions sous-développées de la Chine et du reste du monde.

 

Le premier « Grand règlement sur la lutte contre la pauvreté » au niveau provincial

 

« En 2012, le taux de pauvreté du Guizhou était de 14,3 %, alors qu’en 2017, il était de 7,75 %. Ces chiffres révèlent les succès de la lutte contre la pauvreté réalisés par la province du Guizhou ces dernières années. En tant qu’exemple provincial du travail d’élimination de la pauvreté à l’échelle nationale, le Guizhou mérite cette réputation », déclare Zheng Juan, directrice du Département de politiques et de lois du Bureau de la lutte contre la pauvreté du Guizhou. Comme celui-ci avait le plus grand nombre de pauvres dans le pays, ses efforts pour lutter contre la pauvreté attirent beaucoup d’attention au pays comme à l’étranger. « La conception globale établie par le comité provincial du Parti pour le Guizhou et le gouvernement provincial constitue un levier efficace de la lutte contre la pauvreté du Guizhou », poursuit Mme Zheng Juan.

 

Les 25 et 26 juin 2018, le comité provincial du Parti pour le Guizhou a organisé la troisième session plénière du XIIe comité provincial du Parti, au cours de laquelle il a fait des recherches monographiques sur les actions à prendre pour gagner la bataille décisive contre la pauvreté en trois ans. Le comité a aussi arrêté un ensemble de dispositions en la matière pour les trois prochaines années.

 

Le 30 septembre 2016, Le grand règlement sur la lutte contre la pauvreté du Guizhou, initié par le Bureau de la lutte contre la pauvreté du Guizhou et rédigé en six mois, avait été approuvé et adopté lors de la 24e session du XIIe comité permanent de l’assemblée populaire de la province du Guizhou. Il constitue le premier « Grand règlement » local en Chine.

 

« Le secrétaire général Xi Jinping souligne que pour remporter la victoire contre la pauvreté et réaliser finalement le grand renouveau de la nation chinoise et le rêve chinois, il faut attacher de l’importance au mot “grand’’ », raconte Zheng Juan. D’après elle, la province du Guizhou a cette fois ajouté le mot « grand » dans le règlement de la lutte contre la pauvreté, ce qui démontre réellement la confiance et la détermination du comité provincial du Parti et du gouvernement provincial pour gagner la bataille, et l’attente ardente de résultats de la part de l’État dans la lutte contre la pauvreté du Guizhou.

 

Après la publication de ce grand règlement, Wang Yang, vice-premier ministre du Conseil des affaires d’État d’alors, avait donné des instructions par écrit à trois reprises : depuis la mise en œuvre de la lutte contre la pauvreté en Chine, le grand règlement sur la lutte contre la pauvreté du Guizhou est un document exemplaire et efficace dans cette lutte menée par la Chine. Le « Grand règlement » exemplaire était plus tard imprimé et diffusé aux quatre coins du pays.
 
 
Le 25 juin 2018, dans le district de Zhenning, Wu Defen (au milieu)
enseigne la broderie aux élèves suivant la formation.

 

Les Maisons d’études pour les paysans éveillent les forces endogènes

 

Dans la maison d’études pour les paysans située dans la rue d’Azalée dans le district de Qianxi, près de la ville de Bijie, Pan Bo, secrétaire du comité de travail du Parti, présente les changements survenus dans la vie des habitants locaux depuis son ouverture : « La maison d’études destinées aux paysans visant à lutter contre la pauvreté relie étroitement les cadres aux masses populaires. Les cadres expliquent les politiques et les raisons de la lutte contre la pauvreté, ce qui pousse les paysans à planter des fruits pour accroître leurs revenus. Grâce au Parti communiste chinois, les habitants locaux ont pu sortir de la pauvreté et mènent une vie toujours plus belle. »

 

Depuis le mois d’avril 2017, la ville de Bijie a fondé 2 989 maisons d’études de la nouvelle ère pour les paysans dans tous ses districts, bourgs et villages. Ces maisons d’études consistent à communiquer et à expliquer, d’une façon claire et compréhensible, les politiques et les logiques de la lutte contre la pauvreté et les mesures du développement rural à tous les niveaux. en même temps, elles fournissent aux démunis de multiples formations et des services pour l’’emploi et la création d’entreprise. Tout cela a pour objectif de transmettre la voix et les politiques du Parti à la porte et aux champs des paysans, et de stimuler énergiquement les forces endogènes des habitants dans les régions pauvres.

 

« Les maisons d’études organisent plusieurs types de réunions pour s’approcher des démunis. Les planteurs et les éleveurs expérimentés y partagent leurs expériences. L’ enseignement sur place est bien salué par les habitants locaux. » Aujourd’hui, dans tous les districts, bourgs et villages de la ville de Bijie, on a fondé des maisons d’études de lutte contre la pauvreté, qui organisent à intervalles variables des cours, des activités interactives par groupes et un enseignement sur place. Les paysans peuvent participer directement aux cours donnés à l’école du Parti des districts, au siège du gouvernement des bourgs et des cantons, et au lieu de travail des cadres villageois. Cela rend les études et les formations plus accessibles aux paysans et éveille la passion des cadres et des masses populaires pour lutter contre la pauvreté.

 

Selon le principe de l’assistance ciblée aux démunis, les maisons d’études font également des innovations pour améliorer l’approche des enseignants et le contenu des études. Concernant la question « Qui donne des cours ? », les enseignants dans les écoles des bourgs et villages, les agronomes, les cadres administratifs, les responsables d’entreprises et les experts formés sur le terrain sont tous enregistrés sur une liste, et chacun donne des cours différents. Quant à la question « Qu’est-ce qu’ils enseignent ? », ils enseignent ce que les paysans démunis veulent savoir pour combler leurs connaissances lacunaires. Ils leur expliquent clairement les raisons et les méthodes relatives au relogement et au développement de l’éducation, afin de leur donner de l’espoir et de la confiance et de leur permettre de faire des progrès pas à pas.

 

« Les enseignants donnent des cours et des formations dans leur langage à l’aide des mots simples, ce qui est bien apprécié par les auditeurs locaux. Cette façon d’agir permet non seulement aux paysans de bien faire des études et d’en comprendre le bien-fondé, mais aussi de rendre les études plus attirantes. » Les maisons d’études pour les paysans à Bijie sont déjà devenues un vecteur efficace pour promouvoir les qualités et stimuler les forces endogènes des démunis. Jusqu’à présent, Bijie a organisé plus de 10 000 formations dont ont bénéficié plus d’un million de cadres et de masses populaires.

 

La zone démunie connaît des changements grâce à la construction de routes

 

Le 21 décembre 2016, le hameau montagneux des Chen, relevant du village de Shaba, dans le bourg de Jinhua du district de Fenggang, était très animé, aux sons des gongs et tambours. « Les routes sont construites jusqu’à la porte des paysans. Les jours où nous devrions emprunter des chemins de terre sont révolus. Il ne nous faut plus porter sur un poteau d’épaule ou sur le dos des produits des montagnes, tels que des feuilles de tabac séchées, des théiers à l’huile et des piments, pour aller les vendre en ville », déclare non sans émotion Chen Hehai, un paysan local. Les montagnes sont hautes et abruptes près de l’hameau des Chen qui n’abrite que 72 foyers. Pendant des années, ces paysans ont dû parcourrir plusieurs dizaines de kilomètres pour se rendre au district. Ils ont longtemps attendu que des routes desservent leur village.

 

« Si l’on souhaite la prospérité, il faut tout d’abord construire des routes. » Aujourd’hui, tous les districts et tous les villages du Guizhou sont traversés par les autoroutes et les routes, ce qui constitue un beau réseau de lignes de transport dans l’Ouest de la Chine. Construire des routes desservant tous les groupes de paysans est devenu un maillon clé de la lutte contre la pauvreté du Guizhou. Jusqu’à fin juin 2018, 75 500 km de routes ont été construites, avec un investissement de 32,037 milliards de yuans ; 21 700 groupes de paysans sont reliés par les routes, avec un taux de 82,5 %, contre 69,5 % auparavant ; plus de 3,5 millions de personnes ont participé à la construction et plus de 8,5 millions d’habitants en sont bénéficiaires. « Il est prévu qu’à la fin de cette année, les investissements de 10 milliards de yuans seront accomplis, 25 000 km de routes seront achevés et 12 276 groupes de paysans qui comprennent chacun plus de 30 foyers seront desservis », raconte Li Qiangang, directeur du Centre de la communication et de l’éducation du Bureau provincial des transports du Guizhou.

 

Dans le Guizhou, la plupart des régions pauvres ont connu des changements grâce à la construction des routes. Les industries le long des routes, comme le cultures et l’élevage spéciaux, la transformation des produits agricoles, le transport de passagers et de marchandises, et l’agritourisme, se développent vigoureusement, en aidant 677 600 démunis à sortir de la pauvreté et en créant un paysage de prospérité.

 

« Les routes et les ponts sont le meilleur témoin des résultats du travail de lutte contre la pauvreté du Guizhou. Toutes les routes dans la montagne relient le cœur du Parti au cœur du peuple, et tous les ponts relèvent l’espoir et la confiance des villages défavorisés pour sortir de la pauvreté et mener une vie plus aisée », confie Li Qiangang.

 

Les industries spéciales favorisent l’assistance ciblée aux démunis

 

S’appuyant sur les industries spéciales, la ville de Chishui est la première à sortir de la pauvreté au Guizhou. « À travers les efforts qui se sont étalés sur plusieurs années, Chishui a au total développé 850 000 mu (un mu = 1/15 ha) de forêt de bambous commercial et 91 000 mu de Dendrobium nobile Lindl, et élevé 7,3 millions de poules soyeuses et 15 000 mu de pisciculture, ce qui a directement augmenté les revenus de plus de 20 000 démunis. Chishui constitue un exemple d’avant-garde dans la lutte contre la pauvreté à travers les industries spéciales du Guizhou », explique Yang Xuhai, directeur adjoint du Bureau de la lutte contre la pauvreté, de la Commission agricole du Guizhou.

 

L’assistance aux régions déshéritées par le développement des industries est une méthode efficace pour augmenter les revenus des paysans pauvres, renforcer la base de développement, stimuler la force motrice de développement et arrêter la reproduction de la pauvreté. Ces cinq dernières années, le Guizhou a attaché de l’importance au développement des grandes industries telles que les légumes, le thé, la culture écologique, les champignons alimentaires, les médicaments traditionnels chinois, et au développement d’industrie spéciale de chaque district. Il a également établi et amélioré un mécanisme de connexion des intérêts, pour relier directement les produits aux marchés à travers le transfert du droit d’exploitation des terres cultivables et les coopératives de production agricole, et augmenter continuellement les valeurs ajoutées des produits agricoles spécifiques.

 

Sur la base des ressources du thé, le district de Meitan, dans la ville de Zunyi, promeut le secteur théier en fonction du concept de l’ensemble de la chaîne industrielle. Il développe le tourisme sur le thème du thé en transformant les jardins du thé en sites touristiques pour promouvoir le tourisme agricole à travers le thé et le secteur théier à travers le tourisme, en réalisant la coordination du développement des villes et des villages. La superficie des jardins du thé s’élève à 600 000 mu, le volume de la production annuelle atteint 61 600 tonnes, la valeur de la production est de 4,271 milliards de yuans, et les revenus globaux du secteur s’élèvent à 10,27 milliards de yuans. Le district de Meitan a ouvert une voie de développement caractérisée par un redressement vert et le dépassement sur d’autres régions, voie qui a permis à ses habitants de mener une vie relativement aisée.

 

« Nous garantissons que chaque district peut avoir trois secteurs principaux, que chaque bourg peut avoir une catégorie spéciale de produits agricoles, que chaque village peut avoir un produit original, que chaque foyer dispose d’un programme pour augmenter ses revenus, et que chaque personne peut avoir une solution pour sortir de la pauvreté », indique Yang Xuhai. Il souligne qu’il s’agit des mesures concrètes relatives à l’assistance ciblée aux démunis sur le plan du développement des industries agricoles.

 

Selon les statistiques du Bureau de la lutte contre la pauvreté du Guizhou, de 2012 à 2017, le Guizhou a réduit le nombre de démunis de 6,708 millions et relogé 1,736 millions de paysans vivant dans les régions pauvres. La réduction des démunis du Guizhou représente un dixième de la réduction nationale. En 2012, le taux de pauvreté était de 14,3 % et les revenus disponibles par habitant étaient de 4 753 yuans, alors qu’en 2017, le taux a été réduit à 7,75 % et les revenus se sont élevés à 8 869 yuans. Les régions pauvres ont connu des changements notables dans la production comme dans la vie courante.

 

Selon le Rapport d’activités du gouvernement de la province du Guizhou de 2018, « Le Guizhou d’aujourd’hui n’est plus la province la plus pauvre et la plus en retard. Il est en train de retirer son étiquette de pauvreté et de créer une nouvelle carte de visite ». Le secrétaire général Xi Jinping a également fait l’éloge des succès du Guizhou : « Depuis le XVIIIe Congrès du PCC, les réalisations du Guizhou constituent une miniature de l’essor de la cause du Parti et de l’État ».

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号