Accueil>Reportage spécial

IDP Santé connecte le quatrième âge

2018-09-03 12:53:00 Source:La Chine au présent Author:Julien Buffet
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

Le 9 mai 2018, une personne âgée fait l’expérience d’un robot thérapeutique
lors de la 7e édition de China International Pension Service Expo à Beijing.

 

 

 

Julien Buffet, membre de la rédaction

 

Peu remarqué par la presse internationale, la France et la Chine ont conclu, en janvier 2018, un premier accord-cadre de coopération sur l’intelligence artificielle spécifique à la médecine numérique. La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et son homologue chinois, Li Bin, ont ainsi encouragé à de nouvelles actions dans ce domaine. Un appel qui fait écho au discours d’Emmanuel Macron le 9 janvier sur la nécessité de mettre l’intelligence artificielle (IA) au service des personnes dépendantes. À l’occasion de la 7e édition du salon CISSE – China International Senior Services Expo, tenu en mai à Beijing, IDP Santé ne pouvait rêver meilleure occasion pour lancer une opération pilote originale en faveur des personnes âgées.

 

L’avenir radieux de la vieillesse

 

Mais de quoi parle-t-on réellement ? Pour une jeune femme chinoise la question de la vieillesse est entendue : à trente ans c’est la fin de la vie insouciante et à quarante ans vous n’êtes plus très loin de la sénilité. Évidemment, l’appréciation évolue avec le nombre des années et à mi-chemin la vieillesse ressemble à une vue de l’esprit… Vite battue en brèche par cette triple logique. Aucun espoir du point de vue strictement médical, les vieux malades relèvent même d’une spécialisation : la gériatrie. En prenant du recul pour mieux diluer la vieillesse dans la société, vous tomberez dans les bras de la gérontologie. Et ne comptez pas davantage sur le carpe diem de votre vie active car vous serez rapidement confronté à la filière industrielle des professionnels de la santé sans oublier les assurances en tous genres.

 

Un premier constat s’impose ici : la question de la vieillesse nous accompagne tout au long de la vie, elle concerne autant les jeunes et les actifs que les retraités. Seule l’acuité des priorités varie en fonction de l’âge : solidarité entre les générations, cotisation des retraites dans un État social, système de santé et dignité humaine.

 

Ces priorités conduisent toutes à une autre interrogation : comment les personnes âgées vivent la vieillesse au quotidien dans les sociétés modernes ? Dans l’imaginaire occidental, l’Asie et la Chine apparaissent souvent comme la terre promise des vieillards et les clichés abondent : respect des aînés, culte des ancêtres…Mais avec l’arrivée du quatrième âge, le travail des femmes et le fort désir d’indépendance de la nouvelle génération, les anciens modèles évoluent. Désormais, 60 % des personnes âgées vivent seules. Lorsque ce n’est pas le cas, la pression économique fragilise le modèle de solidarité à la chinoise communément appelé « 4+2+1 » : un couple qui prend en charge quatre grands-parents et un enfant.

 

Depuis quelques années, cette situation prend une ampleur inédite. Entre 1970 et 2010, l’espérance de vie en Chine a en effet progressé de 14 ans, atteignant 72,9 ans pour les hommes et 79 ans pour les femmes. Le nombre des plus de 80 ans devrait passer de 18 millions aujourd’hui à 98 millions à l’horizon 2050. Les maladies chroniques et mentales vont ainsi augmenter et avec elles le ratio de dépendance des personnes âgées, passant dans les villes de 9 % à 21,1 %. Implacable, la froideur des chiffres effraye autant qu’elle atteste de l’amélioration du niveau de vie du pays, rejoignant ainsi la moyenne des pays de l’OCDE.

 

Mais la Chine n’a pas vocation à se fondre dans la masse. Au même moment, Wang Deshun apparaissait en roi conquérant sur les podiums des défilés de mode à…79 ans ! Barbe blanche, corps sculpté par les exercices physiques, l’octogénaire devient une icône mondiale et incarne le fait que la vie est un éternel recommencement jusqu’à ce que l’on décide, soi-même, de ne plus rien entreprendre. En somme, la mise en pratique saisissante de l’aphorisme énoncé par Paul Ricœur : « Vivant jusqu’à la mort ».

 

Le 24 avril 2018, Wang Chen Bijin, âgée de 91 ans, prend la tension artérielle.

 

 

Mieux vaut prévenir que guérir

 

Cette philosophie de la vie a été parfaitement comprise par IDP Santé et son président Serge le Faucheur. Architecte de formation, le président d’IDP Santé est resté fidèle au pays qui l’a si bien accueilli voici trente ans et qu’il connaît du nord au sud. Entrepreneur dans l’âme, Serge le Faucheur a réuni en 2016 plusieurs talents français, spécialisés dans l’accompagnement du grand âge afin de répondre à l’un des plus grands défis de la Chine du XXIe siècle.

 

Aujourd’hui, malgré une réforme initiée en 2009, la Chine fait face à la saturation de son système de santé. Les hôpitaux doivent supporter l’ensemble des consultations médicales avec, en plus, un déficit des médecins et assistants-médecins. Alors que la moyenne de l’OCDE est de 3,19 médecins pour 1 000 personnes, la Chine en compte 2,22 pour 1000 personnes. Il en résulte une longue file d’attente pour prendre rendez-vous, appelée guahao (inscription), qui emboîte ensuite le pas à d’autres files d’attentes : celle pour payer la consultation, celle pour payer les médicaments prescrits et une dernière pour obtenir vos médicaments. Une véritable épreuve pour les personnes fragiles. Depuis 2014, les entreprises chinoises du numérique se sont emparées du problème. Tencent a ainsi proposé la plate-forme WeChat Intelligent Healthcare, utilisable à partir de son compte personnel WeChat, pour tout régler à distance afin de désengorger les hôpitaux. En 2017, plus de 38 000 structures médicales ont intégré la plate-forme de Tencent, parmi lesquelles 60 % proposent des consultations et le guahao en ligne et 35 % le règlement de la prescription par WeChat Pay.

 

En sa qualité de prestataire de services, la démarche d’IDP Santé se veut surtout complémentaire des initiatives chinoises. Il en va ainsi de la solution Smartcheck/Smartflat développée par Engie et distribuée par IDP Santé : une tablette et des capteurs créée à l’université Paris Descartes et destinée aux personnes physiologiquement « fragiles ». Selon la gérontologue Linda Fried, cinq critères caractérisent cet état : fatigue ou mauvaise endurance, diminution de l’appétit, faiblesse musculaire, ralentissement de la vitesse de marche, sédentarité ou faible activité physique. En prenant en compte ces critères, le dispositif Smartcheck permet de mesurer la vitesse de marche, la force des pas effectués, la vitesse de demi-tour, afin de détecter les risques de fragilité.  Pour IDP Santé, l’enjeu est essentiel : « Les chercheurs ont défini qu’une personne pré-fragile pouvait revenir au stade normal, mais qu’une personne fragile ne pouvait pas revenir au stade pré-fragile. D’où l’importance de maintenir les gens au stade normal de préférence ou au stade pré-fragile à minima et d’éviter au maximum la fragilité avec un risque de chute important. »

 

Au service du bien-être des Chinois

 

Ainsi, tout l’intérêt de l’action initiée par IDP Santé pour les personnes âgées réside dans la valorisation d’un véritable échange franco-chinois qui remonte au Mémorandum sur la coopération dans les secteurs sanitaires et sociaux de 2010. Par exemple, l’approche globale de la vieillesses privilégiée par les Chinois a fait son chemin en France. En 2016, une première loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement axée sur les droits et libertés des personnes âgées et de nouveaux dispositifs d’accompagnement pour vivre chez soi est entrée en vigueur.

 

Côté chinois, selon la responsable de la communication Maud Muscat, de véritables opportunités existent vu l’intérêt du pays pour cette question. « Le gouvernement chinois a cette capacité, que nous n’avons pas forcément en Europe, d’avoir la curiosité et l’intérêt de voir ce que font les autres pays et d’adapter ensuite leurs expériences à la population chinoise. Ils ont fait ça pour beaucoup de choses, et là ils le font pour le vieillissement. » L’entreprise mobilise ainsi les avancées techniques de la France (équipements, services aux familles, pratiques professionnelles) tout en intégrant les spécificités chinoises et sa culture de prévention au quotidien.

 

Si en France, l’appareil sera installé dans les cabinets médicaux, la situation de la Chine a poussé IDP Santé à s’adapter en s’appuyant sur le réseau des maisons de quartiers, soit des accueils de jour dans un ensemble de cinq à six immeubles. Selon les données récoltées par l’entreprise, on dénombre à Beijing une maison de quartier pour 6 000 habitants et parmi eux il y aurait en moyenne 2 000 personnes âgées de plus de 65 ans.

 

À l’heure actuelle, il s’agit d’une expérience pilote gratuite débutée en mai 2018 dans la maison de quartier Lidou, dans l’arrondissement Shunyi de Beijing, avec le soutien de l’ambassade de France en Chine en la personne du conseiller santé Benoît Cevcik, afin d’ajuster les données au mode de vie des Chinois. L’originalité supplémentaire d’IDP Santé est d’avoir mis l’architecture au centre du dispositif technique : « On commence par la médecine numérique pour la prévention et ensuite on propose d’autres services dans le domaine de la conception en réhabilitant les appartements. Tout découle de cette médecine numérique qui nous permet de détecter un risque de fragilité et d’adapter les services pour maintenir les personnes à domicile. » De plus, le développement de l’activité de la société en Chine permettra d’industrialiser les capteurs à moindre coût pour son développement international en Afrique, approfondissant la coopération médicale entre la France, la Chine et les pays africains.

 

IDP Santé contribue de cette façon à une approche globale de la vieillesse qui ne vise pas uniquement à garantir un revenu mais aussi une culture équilibrée sur les plans sanitaire, psychique, économique et social entre tous les membres d’une famille regroupant plusieurs générations. Pour Serge le Faucheur, la vieillesse ne doit plus être un renoncement mais une conquête de la sagesse permettant aux personnes âgées de briller jusqu’à devenir étincelantes.

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号