Accueil>Reportage spécial

Approfondir la réforme et l’ouverture pour le développement mondial

2018-05-02 13:39:00 Source:La Chine au présent Author:TIAN FEILONG*
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Le 10 avril, le président chinois Xi Jinping prononce un discours inaugural

sur le thème « Promouvoir la prospérité par l’ouverture et bâtir l’avenir

par l’innovation » lors de la cérémonie d’ouverture de la conférence annuelle

du Forum de Boao pour l’Asie.

La conférence annuelle 2018 du Forum de Boao pour l’Asie s’est déroulée du 8 au 11 avril dernier sur l’île chinoise de Hainan. Ce grand événement diplomatique a eu lieu dans un contexte où le pays célèbre le 40e anniversaire du lancement de la politique nationale de la réforme et de l’ouverture. À l’heure où la Chine persévère dans cette politique et cherche à la diffuser, cette conférence de haut niveau s’est articulée autour des grands thèmes que sont l’ouverture et le développement, en prenant comme perspectives son initiative « la Ceinture et la Route » et son projet de former une communauté de destin pour l’humanité. Cette rencontre a sans nul doute permis d’instaurer un climat de confiance et de cristalliser les consensus dans les réformes en matière de gouvernance mondiale, réformes qui visent à perfectionner la mondialisation économique, à redéfinir l’ordre du libre-échange et à faire progresser la démocratie et l’ouverture.

Dans son discours prononcé en ouverture du forum, le président Xi Jinping a certifié avec force détails l’adhésion de la Chine à la réforme et à l’ouverture, rappelant également la volonté, la décision unanime et l’orientation du pays de promouvoir la mondialisation économique et les réformes de gouvernance mondiale. Il a analysé de manière poussée les difficultés qu’a le monde aujourd’hui à maintenir la paix et à s’engager sur la voie du développement tout en y proposant des méthodes de résolution, notamment la solution chinoise qui appelle à la création d’une communauté de destin pour l’humanité.

Le président Xi a décrit les 40 ans de réforme et d’ouverture comme « une deuxième révolution qui a transformé le pays en profondeur et exercé une influence considérable sur le monde ». Pourquoi ce terme de « deuxième révolution » ? Parce que la politique de réforme et d’ouverture a été élaborée sur la base de la révolution et des constructions passées, mais en tenant compte de la situation nouvelle en Chine et en élisant comme points d’ancrage la paix et le développement. Grâce à cette révolution, la Chine a pu libérer abondamment les forces productives de la société et participer pleinement au système économique mondial. S’en est suivie la modernisation complète du système et des capacités de gouvernance nationale, couplée à l’émergence d’une nouvelle réflexion sur la relation entre la Chine et le monde.

Par ailleurs, la politique chinoise de la réforme et de l’ouverture a toujours été définie par des principes et critères. En effet, elle se doit d’être en accord parfait avec les intérêts du pays, son régime politique, ses caractéristiques culturelles, l’opinion publique et ses mœurs, tout en apportant des réponses aux facteurs de risque mondiaux.

Le président Xi a dressé, point par point, une synthèse du pragmatisme rationnel qui sous-tend la réforme et l’ouverture : premièrement, le principe général consiste à soutenir le développement coordonné à l’intérieur et à l’extérieur du pays en tenant compte des conditions nationales et des circonstances observées dans le monde ; deuxièmement, il convient d’adhérer aux principes d’indépendance et d’autonomie nationales, sans pour autant exclure l’ouverture sur le monde et la coopération gagnant-gagnant avec les autres pays ; troisièmement, il faut poursuivre avec le système socialiste et maintenir le cap de la réforme initiée dans l’économie de marché socialiste ; quatrièmement, il est nécessaire de « traverser la rivière en tâtant les pierres » comme le préconisait Deng Xiaoping et de renforcer la planification de grands projets au sommet de l’État.

L’expérience acquise au fil de la réforme et de l’ouverture constitue non seulement les secrets de l’essor exceptionnel de la Chine, mais aussi une forme de sagesse chinoise dont peuvent bénéficier les autres pays en développement. Par le biais de son initiative « la Ceinture et la Route » et de son ambition de créer une communauté de destin pour l’humanité, la Chine livre aux autres peuples sa propre expérience en matière de développement, pour discuter avec eux, construire et partager les résultats obtenus. Toutefois, le président Xi a souligné la nécessité de « respecter le choix de modèle de société et de voie de développement opéré par les pays à leur entière discrétion », ce qui résume bien la théorie du partage et de la paix prônée par la Chine.

Poursuivre la réforme et de l’ouverture favorisera le développement global du peuple chinois et offrira des perspectives de paix et de développement dans le monde, réalisant ainsi un double objectif : le grand renouveau de la nation chinoise et la construction d’une communauté de destin pour l’humanité. Dans cette « nouvelle ère » où la Chine assume de plus grandes responsabilités vis-à-vis de la mondialisation et de la gouvernance mondiale, passer le relais de la réforme et de l’ouverture ne se traduira pas simplement par la mise en place d’une réforme interne d’un côté et l’ouverture sur le monde de l’autre. Il s’agit là d’élaborer une politique de réforme et d’ouverture commune à la Chine et au monde.

Lors du forum, le président Xi a récapitulé les points de réflexion et le programme pragmatique énoncés dans le rapport du XIXe Congrès du Parti communiste chinois (PCC), notamment ceux concernant le projet de construction d’une « communauté du destin pour l’humanité ». Bénéficiant aujourd’hui d’une position stratégique sur l’échiquier mondial, la Chine soutient fermement le système commercial multilatéral et le système de règles de l’OMC, et à l’inverse, s’oppose à l’unilatéralisme étant source de guerres commerciales.

En outre, la Chine s’est engagée, au travers d’une liste de promesses, à mettre en œuvre un certain nombre de tâches plus concrètes et réalisables dans le cadre de la réforme et de l’ouverture. Elles couvrent dix sujets spécifiques, dont l’élargissement de l’accès au marché, l’optimisation de l’environnement pour les investissements, le renforcement de la protection de la propriété intellectuelle et le développement dynamique des importations. Bien entendu, ces mesures ouvertes sur le monde continueront à libérer un certain potentiel et à donner des résultats, dans le sillage du « modèle chinois » caractérisé par 40 années de réforme et d’ouverture. Elles sont mises à la disposition de tous les pays et peuples qui sont attachés au maintien du système commercial multilatéral et à la réforme de la gouvernance mondiale.

À vrai dire, le Forum de Boao s’est tenu à un moment difficile, marqué par une mondialisation économique et un système commercial multilatéral en fort recul. Au travers de l’allocution du président Xi en ouverture de la conférence, au travers des mesures vigoureuses prises par la Chine en réponse au protectionnisme commercial et à l’unilatéralisme, au travers du résumé concis de l’expérience acquise au fil des 40 ans de réforme et d’ouverture et au travers du partage sans condition de cette expérience avec les autres pays, la Chine a donné un gage de confiance et une orientation pragmatique dans l’instauration d’une gouvernance mondiale plus équitable et plus raisonnable.

*TIAN FEILONG est chercheur invité au think tank de haut niveau de l’Institut central du socialisme.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号