Accueil>Focus sur la Chine

Le pouvoir du désert

2024-05-16 09:13:00 Source: La Chine au présent Auteur: HU FAN, membre de la rédaction
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

Des travailleurs installent des panneaux photovoltaïques dans la bannière de Dalad, à Ordos, dans la région autonome de Mongolie intérieure, le 25 décembre 2023. (PHOTO : HU FAN)

Implantée dans la région autonome de Mongolie intérieure, la bannière de Dalad à Ordos se distingue par ses étendues arides. Le désert de Kubuqi, le septième plus grand de Chine, couvre près d’un tiers de cette bannière. Le développement de cette région repose sur la valorisation et la transformation de ces terres infertiles.

Le désert bénéficie d’un ensoleillement abondant et de vents forts, ce qui favorise la production d’énergie solaire et éolienne. Ces ressources naturelles sont devenues un axe stratégique pour le développement économique et écologique de la région.

Récemment, le désert de Kubuqi a été le théâtre de la concrétisation d’un projet ambitieux : la première phase de la base éolienne et photovoltaïque de l’entreprise China Three Gorges Corporation (CTG) a été achevée le 29 décembre 2023. Doté d’une capacité de 1 GW, ce projet comprend la construction de 350 000 hauts piliers en béton pour soutenir des millions de panneaux photovoltaïques, couvrant une superficie de plus de 30 000 mu (1 mu = 1/15 ha).

Ce projet n’est que le début d’une initiative plus vaste, la capacité totale de la base devant atteindre 12 GW à terme, répartis en 8 GW de production photovoltaïque et 4 GW d’énergie éolienne. Une avancée majeure qui multipliera la capacité de production énergétique de la bannière de Dalad.

Un projet colossal

Cette réalisation découle d’un plan ambitieux annoncé en février 2022 par la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) et l’Administration nationale de l’énergie de Chine. Ce plan vise à développer de grandes bases de production d’énergie éolienne et solaire dans les déserts chinois, notamment dans les déserts de Kubuqi, Ulan Buh, Tengger et Badain Jaran. D’ici 2030, ces bases devraient atteindre une capacité installée totale impressionnante de 455 GW.

L’accent est mis sur la construction de projets à grande échelle, lesquels, selon la CNDR, contribueront rapidement à accroître la part d’énergie propre dans la production d’énergie chinoise. Le plan exige également la modernisation des centrales à charbon existantes autour de ces bases, les transformant en sources d’énergie de soutien plus efficaces.

En tant que leader du développement des énergies propres en Chine, la CTG a répondu rapidement à cet appel en s’associant à une entreprise locale pour investir et construire la base de Kubuqi. Une fois opérationnel, le projet devrait économiser 6 millions de tonnes de charbon standard et réduire les émissions de CO2 d’environ 16 millions de tonnes par an.

« C’est avec grand honneur que je participe à la construction d’une base d’énergie nouvelle de cette envergure », a partagé Bei Yaoping, directeur général adjoint de la société Inner Mongolia Three Gorges Mengneng Energy (TGME), une coentreprise de CTG avec la principale entreprise énergétique de Mongolie intérieure, le groupe Mengneng. Fort de 13 années d’expérience dans le domaine de la construction d’énergie solaire, M. Bei a pu témoigner du développement rapide de cette industrie florissante en Chine. « Mes premiers projets étaient de l’ordre de 10 à 20 MW », a-t-il confié.

Malgré les défis, notamment les conditions naturelles difficiles, M. Bei et ses collègues demeurent enthousiastes. Le premier projet pilote d’une capacité de 1 GW a été mis en chantier en avril 2023 et a été raccordé au réseau pour la production d’électricité fin 2023, établissant un record de rapidité pour le groupe. Lors des journées les plus intenses, jusqu’à 200 bulldozers travaillaient en parallèle pour niveler le terrain, et des milliers de travailleurs étaient mobilisés le soir pour bénéficier de températures plus clémentes.

La base combine environ 4 GW d’énergie issue du charbon et une capacité de stockage d’énergie de 3 à 5 GWh. Cette configuration vise à pallier l’instabilité de la production éolienne et solaire. Selon Na Guiting, vice-président de TGME, cette combinaison assurera une production stable de 8 GW pour la base, avec plus de 90 % de l’énergie propre produite utilisée et une proportion d’énergie propre dépassant 50 %.

L’électricité générée sera acheminée vers la région Beijing-Tianjin-Hebei grâce à un projet de transmission d’électricité à ultra-haute tension en cours de construction. Actuellement, l’électricité du projet pilote est injectée dans le réseau local. Une fois achevé dans son ensemble, le projet sera en mesure de fournir 44 milliards de kilowattheures d’électricité propre à la région Beijing-Tianjin-Hebei chaque année. Selon le plan établi, l’ensemble du projet devrait être terminé et raccordé au réseau d’ici la fin de 2025.

D’autres projets d’envergure progressent également. En Mongolie intérieure, trois autres projets de capacité similaire, dont un dans la partie sud du désert de Kubuqi, ont entamé leurs phases initiales et devraient être connectés au réseau d’ici la fin de l’année.

Vue du premier projet pilote de la grande base d’énergie nouvelle de la CTG dans la bannière de Dalad, à Ordos, dans la région autonome de Mongolie intérieure, le 25 décembre 2023. (PHOTO : HU FAN)

Stimuler le développement local

La plupart de ces bases éoliennes et solaires, bien qu’elles aient pour but principal d’alimenter des villes distantes, présentent aussi des avantages écologiques et économiques significatifs pour les communautés locales.

Selon M. Na, la lutte contre la désertification est un aspect central du projet. Les installations, incluant les panneaux solaires et leurs supports, jouent un rôle crucial dans la prévention de la migration des dunes de sable et la réduction de l’évaporation de l’eau du sol. Un système tripartite est également mis en œuvre pour combattre la désertification, avec des forêts plantées autour de la base, des brise-vent le long des voies internes, et des zones de végétation économique intégrées aux champs de panneaux solaires.

La CTG a développé une méthode innovante pour rendre les sols sablonneux adaptés à l’agriculture. Cette technique consiste à mélanger de la vase du fleuve Jaune avec un fertilisant organique, puis à l’appliquer sur le sable. L’eau traitée provenant des mines de charbon avoisinantes est ensuite utilisée pour l’irrigation goutte à goutte. M. Na a souligné : « En procédant ainsi, nous recyclons les eaux usées des mines de charbon, préservant ainsi cette ressource précieuse dans la région. »

Une superficie totale de 400 mu a été consacrée à la culture de luzerne dans la base. Des expérimentations sont également prévues pour cultiver des plantes médicinales telles que l’astragale, la réglisse et la baie de Goji, dans le but d’améliorer la qualité du sol au point de ne plus nécessiter d’irrigation d’ici trois ans, assurant ainsi la durabilité du projet dans cette région aride.

Ces améliorations du sol offriront de nouvelles opportunités pour l’agriculture et l’élevage sous les panneaux, ce qui représente un avantage économique important pour les agriculteurs et éleveurs locaux. Les panneaux sont donc installés à 2,5 m au-dessus du sol pour faciliter ces activités.

Bien que ces initiatives entraînent des coûts supplémentaires pour lutter contre la désertification, M. Na estime que les bénéfices économiques et sociaux justifient pleinement cet investissement. « En combinant le développement de l’énergie nouvelle et la prévention de la désertification, nous avons réussi à obtenir des avantages à la fois économiques et sociaux de manière viable », a-t-il conclu.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备10041721号-4

京ICP备10041721号-4