Accueil>Focus sur la Chine

« Épidémie de fake news » : le plus grand défi de la lutte solidaire mondiale contre le COVID-19

2020-06-10 16:27:00 Source:La Chine au présent Auteur:WANG LEI
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

 

 

Depuis le déclenchement de l’épidémie du COVID-19, les rumeurs et mensonges sur le nouveau coronavirus et cette maladie pandémique se multiplient. En particulier, la politisation et la stigmatisation du COVID-19 causées par certains pays et des politiciens ont jeté un pavé dans la mare dont les remous se sont fait sentir dans l’opinion internationale. Tous les pays du monde et les organisations internationales, y compris l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), doivent non seulement faire tous les efforts possibles pour combattre la pandémie, mais aussi faire face à de nouveaux défis provoqués par l’« épidémie de fake news ».

 

Les rumeurs proviennent de la panique et du battage médiatique
 
Les rumeurs et les contrevérités sont le résultat de la panique des gens à cause des aspects inconnus du nouveau coronavirus ainsi que du battage médiatique entretenu par certains pays et des politiciens malveillants.

 

Comme le nouveau coronavirus est un tout nouveau virus, il est mal connu des médecins. Voici la raison fondamentale expliquant l’apparition des rumeurs et des contrevérités. Bien que l’explosion du COVID-19 remonte à plus de quatre mois, les questions sur son origine, son hôte intermédiaire, ses caractéristiques et l’évolution de cette pandémie demeurent importantes dans le milieu médical international qui doit donner le plus vite possible les réponses plus scientifiques et les plus officielles. L’ignorance et l’impuissance de l’homme ont mythifié le virus, ce qui a engendré diverses rumeurs et contrevérités.

 

En tant que nouvelle menace non traditionnelle pour la sécurité, le COVID-19 est devenu une pandémie en très peu de temps, avec des signes pathologiques complexes et un taux de mortalité supérieur à 10 % dans certains pays. La gravité de cette pandémie a également fait tomber instantanément plusieurs personnes, qui avaient pensé que cette maladie ne les affecterait pas, dans une énorme panique, voire même dans la confusion et l’impuissance.

 

En outre, le COVID-19 a non seulement menacé la vie et la santé du peuple de tous les pays, mais il a aussi laissé des traces négatives sur l’économie, le commerce, la société et la politique internationale. Malheureusement, tous les pays et politiciens n’ont pas fait un bon travail dans la lutte contre l’épidémie. Face à la forte pression exercée par leur peuple et la communauté internationale, certains ont donc choisi, dans un dessein inavouable, de politiser le virus et de créer des rumeurs et des mensonges, dans l’intention de se dédouaner de leurs responsabilités dans cette crise.

 

La technologie de communication moderne, surtout la vulgarisation médiatique mondiale via Internet, favorise objectivement la diffusion rapide des rumeurs et des mensonges. Chaque personne peut être un média. De ce fait, retransmettre toutes sortes d’informations sans les analyser accélère fortement la propagation des rumeurs et des mensonges.

 

La crise de confiance

 

Les rumeurs et les mensonges ont eu de grands impacts négatifs sur la lutte mondiale contre le COVID-19 et sur la coopération internationale. Ils ont même provoqué une « épidémie de fake news » mondiale, rendant la riposte au COVID-19 plus difficile et dégradant la stabilité de la communauté internationale ainsi que la coopération économique et commerciale mondiale. Cette « épidémie de fake news » engendre également une crise de confiance à travers le monde.

 

Premièrement, les rumeurs et les contrevérités ont brouillé la prévention et le contrôle de l’épidémie, en complexifiant la lutte contre le COVID-19 dans le monde entier. En particulier, à cause des rumeurs et des contrevérités, les mesures concernant la propreté, l’hygiène et la gouvernance sociale provoquent des malentendus et des mécontentements.

 

Deuxièmement, les rumeurs et les mensonges sont devenus les outils de certains pays et politiciens pour rejeter leurs responsabilités. Afin d’échapper à un grand nombre de reproches intérieurs et extérieurs, ils ont propagé les rumeurs et les mensonges, détériorant la base sociale de la lutte contre la pandémie par la communauté internationale.

 

Troisièmement, les rumeurs et les mensonges ont alimenté le populisme et l’hégémonisme. Ils constituent une crise plus dangereuse que le nouveau coronavirus. Ils ont non seulement aggravé le déficit de confiance dans la communauté internationale, mais aussi dégradé l’efficacité de la gouvernance mondiale de la santé publique développée dans le cadre de l’OMS. De plus, ils ont construit un « mur des cœurs » entre les pays et les peuples.

 

Quatrièmement, au lieu de se concentrer sur la lutte contre le COVID-19, des gouvernements et des politiciens se sont engagés dans le conflit partisan et les jeux de pouvoir. Poursuivant l’hégémonisme et l’unilatéralisme, ils ont dénigré la Chine et l’OMS, par des propos mensongers, stigmatisant la Chine et arrêtant de fournir le soutien financier à l’OMS.

 

La coopération multilatérale pour combattre l’« épidémie de fake news »
 
Le COVID-19 et l’« épidémie de fake news » sont les défis communs de l’humanité. À condition que tous les pays travaillent ensemble pour renforcer la prévention et le contrôle, nous pouvons finir par remporter la victoire.

 

En premier lieu, il faut respecter pleinement l’autorité et le statut professionnel de l’OMS dans la gouvernance mondiale de la santé publique, renforcer les échanges et le partage de l’information épidémique, et donner les informations réelles sur l’épidémie et les mesures de prévention et de protection scientifiques à tous les peuples.

 

En second lieu, tous les gouvernements doivent renforcer la gouvernance d’Internet et la gouvernance sociale et prendre les mesures juridiques pour lutter efficacement contre l’invention et la diffusion des rumeurs liées au COVID-19. Il leur faut également garantir la transparence du travail de la prévention et du contrôle de l’épidémie, publier à temps, objectivement et scientifiquement, les informations importantes sur la situation épidémique, et faire connaître les mesures scientifiques et efficaces de la prévention et du contrôle de l’épidémie, pour permettre à la population d’avoir les connaissances correctes sur le nouveau coronavirus. Ce sont des solutions élémentaires à l’élimination de la panique psychologique et de l’« épidémie de fake news ».

 

En troisième lieu, à l’époque de la mondialisation économique et de l’informatisation sociale, tous les milieux doivent travailler ensemble et les opérateurs des réseaux sociaux et de la communication doivent assumer leurs responsabilités sociales, pour filtrer les fausses informations et les rumeurs malveillantes, en particulier, garder la plus grande vigilance face à la politisation et à la stigmatisation induites par des informations aux couleurs du racisme et du populisme, empêchant leur propagation sur les réseaux sociaux.

 

*WANG LEI est professeur adjoint de la Faculté de gestion administrative et directeur du Centre de recherche sur la coopération entre les BRICS à l’Université normale de Beijing.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号