Accueil>Focus sur la Chine

Des entreprises françaises à la 17e Exposition Internationale portant sur l'industrie immobilière

2018-11-02 18:23:00 Source:La Chine au présent Author:
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

 

INTRODUCTION

Parmi les entreprises présentes cette année a la 17e Exposition Internationale portant sur l’industrie immobilière à Beijing du 10 au 13 octobre 2018, 3 stands étaient tenus par des entreprises représentant la France, à savoir l’entreprise POULLARD, représentée par Monsieur Poullard, l’entreprise HOFFMAN GREEN CEMENT TECHNOLOGY, représentée par Monsieur Franck Potereau, et enfin l’entreprise CLEAN INSULATING TECHNOLOGIES, représentée par Madame Agnès Roggeman. Il y avait également une 4e entreprise, chinoise cette fois-ci mais codirigée par un français exerçant en Chine, JING XING YU. Ces 4 entreprises représentent la qualité du savoir-faire français, porté à un niveau exceptionnel et mis au service de la population chinoise qui constitue aujourd’hui la première cliente mondiale en terme d’industrie immobilière devant les États-Unis ou encore la Russie.

Voyons ensemble les solutions que ces entreprises françaises sont venues présenter cette année à la 17e Exposition Internationale de l’Industrie Immobilière à Beijing pour lutter contre la pollution sous toutes ses formes, le réchauffement climatique, l’émission de CO2 et encourager au recyclage et découvrons les stratégies qu’ils proposent pour permettre aux ménages chinois, toujours plus soucieux d’accéder à la propriété immobilière dans des conditions modernes, économiques et efficaces, de faire des économies.

 

L’ENTREPRISE POULLARD

L’entreprise POULLARD a été créée en 1979. Cette année, elle a mis en place une stratégie de développement international. Des entrepreneurs chinois qui ont su reconnaître la qualité de leur prestation dans le secteur du bâtiment français ont contacté cette entreprise pour la convaincre de s’envoler pour Beijing à l’occasion de la 17e Exposition Chinoise Internationale du Bâtiment afin de découvrir la Chine. Un voyage qu’ils ne regrettent pas et qui a même dépassé toutes leurs attentes puisqu’il leur a permis de découvrir un immense marché de clients potentiels.

Spécialisée dans le secteur de la démolition et du terrassement de voieries tout en étant tournée vers l’écologie et la lutte contre la pollution pour des raisons éthiques, cette entreprise, qui a déjà obtenu de nombreuses subventions de la part du Gouvernement français, espère aider leurs futurs collaborateurs chinois à obtenir des subventions du Gouvernement chinois pour leurs projets dans le domaine du traitement et de l’élimination des déchets. Pour l’entreprise POULLARD, forte de 39 ans d’expérience en France, la Chine représente un marché inépuisable de nouveaux clients.

Pour ce qui est du coût des produits issus de l’entreprise Poullard, question centrale pour le client chinois, le représentant de l’entreprise avance un argument de taille : son granulat recyclé est au même prix que le granulat naturel. L’atout principal de cette entreprise française est donc de proposer de rentrer de plein pied dans l’industrie immobilière verte sans porter atteinte au budget des entreprises.

 

L’ENTEPRISE HOFFMAN GREEN CIMENT TECHNOLOGY

L’entreprise HOFFMAN GREEN CIMENT TECHNOLOGY, quant à elle, est une entreprise récente et moderne. Elle existe en France depuis 2015 et la qualité de ses prestations a déjà été saluée par le Président Macron lorsqu’il était encore Ministre de l’Économie, de l’lndustrie et du Numérique (2014-2016). La spécificité de l’entreprise HOFFMAN GREEN TECHNOLOGY réside dans sa maitrise d’une technologie brevetée de fabrication de ciment à partir de matériaux de déconstruction et même à partir de sable du désert. Elle est soutenue par de nombreuses subventions françaises. Le principe est de distribuer des licences avec des investisseurs locaux.

Jusqu’alors, la science n’était pas parvenue à trouver comment utiliser le sable provenant de milieux désertiques car il est érodé. Grâce à HOFFMAN GREEN TECHNOLOGY, « impossible » n’est plus français. En outre, l’utilisation du sable provenant du lit des rivières est interdite en Chine à cause de l’impact sur la biodiversité et l’affaissement des berges qui peut parfois porter atteinte à l’urbanisme.

      En utilisant le sable du désert, HOFFMAN GREEN TECHNOLOGY fait d’une pierre deux coups. Elle fait reculer la désertification et favorise le développement de l’agriculture et de l’industrialisation à la fois, et ce en utilisant exclusivement les matières premières du pays.

      Grâce aux 3 technologies innovantes de l’entreprise, on peut construire une usine en 6 mois au lieu d’un an. Duex matières premières sont utilisées : l’argile et le calcaire, avec pour ambition finale de populariser un produit amené à être le ciment du XXIe siècle. La Chine, en tant que premier producteur et premier consommateur mondial de ciment a l’heure actuelle avec 2,4 milliards de tonnes produites par an, représente une infinité de débouchés dans ce domaine. Par ailleurs, il est à noter que la production chinoise de ciment représente à elle seule 5 % de l’impact carbone mondial (20 % de l’émission en CO2 mondial provient du secteur de la construction). Le ciment représente 5 % à lui tout seul.

Le produit développé par la compagnie a une empreinte carbone extrêmement faible, ce qui le rend donc 4 fois moins polluant que le ciment.  

Les clients visés sont les entreprises souhaitant se reconvertir dans la construction écologique et moins polluante. Cela permettra aux entreprises d’échapper à la taxe sur les constructions polluantes comme c’est déjà le cas en France.

Le but de la participation à la 17e Exposition Internationale Chinoise est de faire connaître l’entreprise et de diffuser le produit auprès du grand public chinois.

Cette technologie française est unique au monde, elle est aussi soutenue par une multitude d’investisseurs. Dans les 6 mois à venir, l’entreprise envisage de distribuer plusieurs licences a des entreprises chinoises et de lancer des chantiers d’usines. L’exportateur du groupe a déjà beaucoup d’expérience dans l’export international pour avoir déjà exporté au Moyen-Orient, en Afrique et dans l’Océan Indien. Actuellement, l’entreprise cherche à résoudre le challenge de la barrière linguistique en envisageant le recrutement de plus d’interprètes pour mieux s’intégrer dans l’Empire du Milieu.

 

L’ENTREPRISE JOUZEL GRAMITHERM

La représentante de cette société est arrivée en Chine pour la 17e Exposition Internationale Chinoise après avoir rencontré une partenaire chinoise lors d’une réunion organisée en France par CONSTRUCTION 21, l’organisme qui s’occupe des constructions non polluantes a l’échelle mondial. GRAMITHERM valorise les déchets en fabriquant des isolants thermiques a partir d’herbe des prairies. Elle utilise donc l’herbe qui n’est pas valorisée, comme par exemple l’herbe coupée sur un terrain de golf, un aéroport ou dans un parc. En Allemagne et en Hollande, le recyclage de ces herbes existe déjà. Cela permet de faire des économies tout en valorisant les déchets. Ce produit a été créé il y a 10 ans par un ingénieur agronome francophone du nom de Monsieur Grasse. Il y a 4 ans, Monsieur Rockman a repris cette société pour en faire le GRAMITHERM moderne.

Le processus de fabrication du produit consiste d’abord évidemment à couper l’herbe, puis à retirer la fibre et extraire le jus pour servir de bio-gaze pour sécher la fibre végétale et pouvoir la conditionner. Cela nécessite très peu d’énergie extérieure. L’herbe est cueillie avant floraison, ce qui n’entraîne aucun risque d’allergie et sa manipulation ne représente aucun danger même pour les enfants. Le produit obtenu peut être manipulé sans gant et même sans masque. Comme c’est un produit issu de fibres vivantes, il régule l’humidité en l’absorbant et en la rejetant. Comme c’est une fibre vivante et ses qualités d’isolation contre les bruits sont vraiment compétitives. Le produit de base est absolument inépuisable puisque l’on peut trouver de l’herbe sur toute la planète. La matière première est celle qui est la plus disponible, le cycle de pousse de l’herbe se renouvelant tous les 3 mois.

Au contraire, la laine de verre ou la laine de roche (concurrents des produits GRAMITHERM) consomment une quantité énorme d’énergie. Alors que le GRAMITHERM, aussi étonnant que cela puisse paraître, obtient un rapport négatif vis-à-vis du carbone. C’est-à-dire que l’indice carbone est négatif, puisque l’herbe, par la photosynthèse, absorbe le CO2, donc au final, 1 kg de GRAMITHERM ne produit pas de CO2 mais en recycle. Pour 1 kg de GRAMITHERM, les calculs démontrent que 1,5 kg de CO2 est absorbé. Ces résultats très encourageants pour l’avenir du développement durable répondent au principe même d’une économie propre et circulaire qui consiste à valoriser ses propres déchets. Cette entreprise a d’ailleurs reçu le prix BOUYGUES 2018 dans la catégorie Économie circulaire. C’est peut-être le produit le plus compétitif dans le domaine de la diminution des émissions de CO2.

Comme dit Monsieur Bertrand Picard qui est un ami de la dirigeante de GRAMITHERM, les solutions pour sauver la planète sont disponibles mais méconnues. Il faut faire connaître ces nouvelles technologies. Les raisons pour lesquelles les investisseurs m’investissent pas encore suffisamment dans les produits biologiques sont la méconnaissance des solutions existantes, la peur d’innover, et parfois la lenteur administrative. L’urgence des problèmes écologiques n’était pas prise au sérieux. Maintenant, heureusement les esprits se réveillent. Le professeur Jouzel, élu prix Nobel de la Paix pour ses recherches sur le réchauffement climatique avec Monsieur Al Gore, prédisait il y a 30 ans déjà l’urgence de relever les défis climatiques. C’est donc un français qui en a parlé le premier il y a 30 ans avec Al Gore.

Et quand on lui a demandé quels étaient les pays les plus actifs en matière de recherche sur le réchauffement climatique il y a 15 jours au cours d’une réunion avec les associés du GRAMITHERM, il a répondu : les pays du Nord et …la Chine. GRAMITHERM considère que la Chine est le pays moteur du développement durable et de la protection du climat car c’est le pays qui compte le plus de publications scientifiques à l’ONU sur ces sujets-là. La Chine donne l’impulsion au changement d’attitude concernant le développement durable et la protection de l’environnement au niveau local et mondial.

      Tout le monde a de l’herbe qui pousse dans ses prés, c’est une source d’énergie inépuisable qui se renouvelle sans cesse. Les produits GRAMITHERM pourront être fabriqués et commercialisés en Chine. Il n’est pas question d’en importer depuis la France, car cela émettrait du carbone et nuirait à l’environnement. Monsieur Picard disait : « Future is clean ».

 

JING XING YU

JING XING YU a été créée en 2003 par M. Liang, animé par la passion de développer les volets roulants en Chine. Avec maintenant 15 années d’expérience dans la profession, JING XING YU est reconnu comme l’un des leaders chinois de la fabrication et la pose de volets roulants pour le domaine de l’habitat collectif, de l’habitat individuel (villas) et du tertiaire.

JING XING YUN a également une activité importante d’exportation en Europe et en Asie dans la fabrication de composants pour volets roulants, principalement le profilage des lames aluminium.

La nouvelle étape est le développement de volets roulants haut de gamme destinés aux clients particuliers et distribués par un réseau de magasins franchisés sous la marque CSRO.

C’est pour diriger ce projet que Jean-Louis TOURNIER, après 30 années d’expérience dans ce domaine en France, a rejoint JING XING YU avec la responsabilité d’installer et développer des magasins de professionnels pour faire connaître et distribuer les volets roulants CSRO dans toute la Chine.

Les volets composés de lames aluminium 100 % recyclable offrent des garanties d’économies d’énergie substancielles, et par conséquent une réduction importante d’émissions de CO2 dans l’atmosphère grâce à l’isolation thermique des bâtiments.

Au cours des 10 dernières années, JING XING YU est fier d’avoir participé activement à la lutte contre le réchauffement climatique et l’effet de serre en fabricant 6 millions de m2 de volets roulants, soit l’équivalent de 1,5 million de logements équipés.

Le calcul d’économie d’énergie ramené au nombre de logements équipés fait état d’une économie de 900 000 tonnes de charbon, soit l’équivalent de 2,4 millions de tonnes de CO2 non émises dans l’atmosphère.

La croissance rapide et engagée de JING XING YU s’inscrit tout à fait dans le cadre de la modernisation du pays d’un point de vue écologique telle que souhaitée par le Gouvernement de la République Populaire et concrétisée par les règlementations prises imposées aux nouvelles constructions immobilières afin que les bâtiments soient équipés de systèmes permettant de faire des économies d’énergie. Les volets roulants font partie de ces équipements.

 Jean-Louis Tournier, ayant lui-même une très longue expérience dans les volets roulants en France, est finalement venu s’installer en Chine et y a découvert le très important potentiel du marché dans le domaine de la fermeture des portes et fenêtres.

 Dans ce pays aux projets d’urbanisation titanesques qui totalise 20 % de la population mondiale, et qui vient d’abroger la politique de l’enfant unique, l’immobilier et la défense de l’écologie sont au cœur des préoccupations quotidiennes d’un nombre toujours croissant de clients potentiels chinois.

Lorsqu’il est arrivé en Chine il y a 3 ans, Jean-Louis a été surpris par le fait qu’il n’y ait pratiquement pas de volets roulants installés sur le territoire ; il a alors décidé de faire connaître et commercialiser le produit.

La première solution aurait été d’importer les volets depuis la France, mais les coûts de production élevés en France, les coûts et délais de transport et les taxes douanières ont fait apparaître ce projet économiquement hasardeux.

La solution qui s’imposait était donc une production en Chine rendant le coût de fabrication moins élevé et les délais de livraison plus courts.

 Vivant en Chine, Jean-Louis a pu prospecter pour découvrir d’une part les besoins et exigences spécifiques du marché chinois, et d’autre part visiter les usines de différents fabricants.

Il a pu ainsi découvrir qu’il existe en Chine des usines équipées d’outils très performants à la pointe de la technologie et tout particulièrement JING XING YU qu’il a finalement rejoint.

Le climat des affaires chinois et ses relations de travail lui ont permis de mieux connaître la Chine, sa culture, ses valeurs morales ; ses relations professionnelles lui ont permis de découvrir les aspect particuliers des habitants, leur sens des responsabilités, l’assiduité au travail, seul moyen d’accéder à un niveau de vie confortable.

Jean-Louis Tournier peut également être satisfait de la compétitivité des volets roulants JING XING YU dont le prix est inférieur d’environ 30 % à celui d’un produit importé, avec une qualité et une diversité de l’offre supérieures.

Son ambition maintenant est d’aider JING XING YU à s’imposer comme la meilleure alternative dans le choix d’un volet roulant en Chine en développant les magasins CSRO dans tout le pays.

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号