Accueil>Opinions

Face à la situation nouvelle, la Chine adapte son plan

2020-06-10 11:13:00 Source:La Chine au présent Auteur:AUGUSTO SOTO
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典
Le 22 mai 2020, les habitants du district de Fushan à Yantai (Shandong) suivent l’ouverture de la troisième session de la XIIIe APN sur leurs téléphones portables.
 

 

En ce jour historique, la Chine a annoncé qu’elle ne fixerait pas d’objectif de croissance économique pour l’année 2020, mais qu’elle fera tout son possible pour atteindre les objectifs de développement en matière de lutte contre la pauvreté et pour parachever la construction d’une société de moyenne aisance à tous égards. C’est ce qu’a annoncé le premier ministre Li Keqiang à l’occasion de la présentation du Rapport d’activité du gouvernement au Grand Palais du Peuple à Beijing le 22 mai 2020.

 

Son discours a ouvert la troisième session de la XIIIe Assemblée populaire nationale (APN), événement majeur du calendrier politique chinois qui, cette année plus que jamais, a retenu l’attention du monde entier en raison des incertitudes causées par le COVID-19 et ses effets sur l’environnement économique et commercial mondial. Li Keqiang a expliqué que la décision de ne pas fixer d’objectif de croissance avait été prise car le pays allait être confronté à certains facteurs de développement qui sont difficiles à prévoir. D’ailleurs, en raison de la pandémie, l’événement avait été reporté de deux mois.

 

Des plans volontaristes

 

Pour autant, cela ne signifie pas que la deuxième plus grande économie mondiale, qui représente à elle seule depuis une décennie près d’un tiers de la croissance économique mondiale et qui fait actuellement face, avec le reste du monde, aux conséquences du COVID-19, n’a pas de plan. Au contraire, la Chine se propose d’adapter son plan à la nouvelle situation. Ainsi, cette année, la priorité sera de stabiliser l’emploi et de garantir le niveau de vie de la population en créant plus de 9 millions d’emplois en villes et en agglomérations, tout en essayant de maintenir le taux de chômage autour de 6 %. Pour stabiliser l’emploi, la Chine financera la formation professionnelle, offrant ainsi plus de 35 millions de possibilités de formation en 2020 et 2021, a déclaré Li Keqiang aux quelque 3 000 députés de l’APN réunis à Beijing.

 

Li Keqiang a annoncé que l’objectif d’inflation serait fixé à 3,5 % (l’indice des prix à la consommation en 2019 a enregistré une hausse de 2,9 %). Par ailleurs, l’objectif de déficit budgétaire a été rehaussé à 3,6 % (contre 2,8 % en 2019) et l’émission d’un emprunt d’État d’un montant de 1 000 milliards de yuans a été annoncée (soit 128 000 millions d’euros). Dans le même temps, les gouvernements locaux pourront émettre des obligations spéciales d’une valeur totale de 3 750 milliards de yuans (soit 480 000 millions d’euros), contre 2 600 milliards de yuans en 2019.

 

Le rapport a été lu devant près de 3 000 députés ainsi que plus de 2 000 membres du Comité national de la CCPPC. La réunion de l’APN, plus haute instance législative de Chine, qui attire l’attention du monde entier et qui a été précédée par la troisième session plénière du XIIIe Comité national de la CCPPC, s’est achevée le 28 mai, dans un contexte où la vie et le travail dans le pays ont repris un rythme significatif.

 

Il est intéressant de noter que les principaux conseillers du gouvernement considèrent que l’objectif de réduction de l’extrême pauvreté reste réalisable étant donné que sa proportion a été ramenée de plus de 10 % à moins de 0,6 % au cours de la dernière décennie. Le prochain défi sera d’éviter qu’une partie de la population ne retombe dans la pauvreté à cause des pertes d’emploi provoquées par l’épidémie. Il s’agit d’un nouveau défi, qui se pose en cette année où le XIIIe Plan quinquennal 2016-2020 s’achève et où le suivant doit débuter.

 

La réponse face à l’épidémie du COVID-19

 

Au cours de son allocution, le premier ministre a également rendu hommage aux plus de 40 000 médecins et infirmiers chinois impliqués dans la lutte contre le COVID-19 ainsi qu’aux opérateurs logistiques qui ont contribué à l’acheminement des fournitures médicales et alimentaires qui ont permis à la province du Hubei et à sa capitale, Wuhan, de mettre en œuvre des traitements et de maximiser le taux de guérison tout en minimisant le taux de mortalité. Li Keqiang a également souligné la participation active de la Chine dans la coopération internationale, qui se traduit aujourd’hui par le partage d’informations pertinentes, la transmission de technologies, de pratiques préventives et d’équipements de santé. En résumé, le discours du premier ministre laisse entendre que la Chine est déterminée à exercer une gouvernance sanitaire plus efficace grâce aux leçons tirées de cette épidémie et à son adaptabilité, qui au cours des derniers mois, a suscité l’admiration du monde entier.

 

Il convient de noter que dans les heures qui ont précédé l’ouverture de l’APN, des discussions ont été échangées dans le cadre de la CCPPC autour de diverses propositions telles que l’accélération de l’amélioration de la législation sanitaire, l’optimisation de la rapidité de réponse en cas d’urgence, ainsi que la surveillance d’éventuelles épidémies. En outre, conformément au rapport du premier ministre, un mécanisme visant à intégrer les médecines chinoises moderne et traditionnelle à la prévention et au contrôle et à développer des hôpitaux spécialisés a été proposé.

 

Une relance fondamentale

 

Le rapport souligne l’impact de l’épidémie du COVID-19 sur l’économie mondiale, confrontée aujourd’hui à une grave récession, qui a affecté le secteur industriel et les chaînes d’approvisionnement et provoqué une contraction du commerce international et des investissements. Au vu de la situation actuelle, Li a souligné la nécessité de maintenir l’intégrité idéologique, de défendre l’autorité du Comité central du Parti communiste chinois, ainsi que la position centrale du président Xi Jinping, et d’adopter une approche holistique.

 

Comme l’a souligné le 25 mai le ministre du commerce Zhong Shan, la pandémie a sans aucun doute porté un coup aux investissements transnationaux et la Chine devra relever le défi d’attirer de nouveaux capitaux étrangers. Toutefois, la crise n’a pas détruit les atouts traditionnels du pays, à savoir : une main-d’œuvre importante et compétente dans tous les secteurs, une solide capacité industrielle, et un marché de 1,4 milliard de personnes.

 

De la diplomatie, encore et toujours

 

Le rapport présenté à l’ouverture de l’APN souligne le rôle de la Chine dans le monde, indiquant que la Chine allait être confrontée à des défis comme elle n’en a jamais connus. Pour y faire face, la coopération internationale est essentielle. Il met l’accent sur le multilatéralisme affiché par Beijing au cours de l’année dernière, saluant la célébration du deuxième Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale, la tenue du Sommet des dirigeants du G20, du Sommet des pays BRICS, de la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie, du Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai, des réunions des dirigeants d’Asie de l’Est pour la coopération, du Sommet Chine-UE et de la réunion des dirigeants Chine-Japon-République de Corée.

 

Pour terminer, il convient de noter que la cérémonie d’ouverture de l’APN s’est tenue trois jours après le discours donné par Xi Jinping à l’occasion de la 73e Assemblée mondiale de la Santé, dans lequel il a décrit les aspects fondamentaux de la contribution de la Chine à la lutte mondiale contre le COVID-19, et que dans quelques mois, en 2021, le Parti communiste chinois célébrera le premier centenaire de sa fondation.

 

*Augusto Soto est directeur du projet Dialogue avec la Chine et représentant en Espagne de la version espagnole du magazine La Chine au présent.
Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号