Accueil>Opinions

Dalian 2019: interaction économique et développement technologique

2019-08-01 10:46:00 Source:La Chine au présent Auteur:AUGUSTO SOTO
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

 
AUGUSTO SOTO*

 

À l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Forum d’été de Davos 2019 qui s’est déroulé du 1er au 3 juillet à Dalian, en Chine, le premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé que la Chine, qui connaît actuellement un développement technologique fulgurant, s’engagerait vers une plus grande internationalisation et une plus grande interaction économique avec le monde. Il a également annoncé que le marché chinois s’orienterait davantage vers les investissements étrangers tout en maintenant un taux de change relativement stable, plutôt que d’avoir recours à la dévaluation concurrentielle de la monnaie chinoise.

 

Li a annoncé une réduction générale des droits de douane et a affirmé son intention d’éliminer les barrières non tarifaires et d’augmenter activement les importations de biens et services. Beijing a ainsi renforcé son engagement contre les positions unilatéralistes, contraires au principe du libre-échange et de l’interdépendance, et a fait un nouveau pas en avant après le Sommet du G20, où elle a conclu une trêve dans le conflit commercial que les états-Unis ont déclenché contre la Chine et le reste du monde.

 

Une boîte à innovations

 

Cet événement, également connu sous le nom de Réunion annuelle des nouveaux champions, et qui pour sa treizième édition avait pour thème « Leadership 4.0 : réussir dans une nouvelle ère de mondialisation », a été l’occasion de présenter une série d’innovations. Parmi celles-ci, on peut citer l’Internet des objets qui se traduit par une interconnexion, qui se dessine déjà à l’heure actuelle, entre l’humain et n’importe quelle machine ou n’importe quel objet, les humains conservant entre eux une autonomie de connexion, et qui devrait augmenter de façon vertigineuse jusqu’à atteindre les 20 000 millions de connexions.

 

À Dalian, l’accent a été particulièrement mis sur la technologie de pointe, avec des exemples de simulation digitale, miroirs biométriques, chirurgie robotique et réalité augmentée avec la technologie 5G. Dans un contexte où la recherche et développement est sans cesse approfondie, certaines innovations se sont particulièrement fait remarquer : entre autres, les bioplastiques pour une économie circulaire, les robots sociaux et les lentilles rétrécissantes pour dispositifs miniatures.

 

Parmi les autres technologies présentées, on peut citer : des composants pour construire des réacteurs nucléaires plus sûrs, le stockage de données sur ADN, des engrais intelligents qui pourraient permettre de réduire la pollution environnementale, la téléprésence collaborative, des outils de traçabilité des aliments et des emballages avancés, ou encore, le stockage de l’énergie renouvelable pour le secteur des services publics.

 

Dalian et Tianjin, des villes du futur

 

Le forum a réuni de nombreux secteurs, tous liés aux nouveaux défis technologiques, eux-mêmes intimement liés à des défis sociaux et politiques, à l’échelle des pays et du monde, qui se posent pour la première fois dans l’histoire de l’humanité. C’est un événement d’une grande ampleur puisqu’il a réuni plus de 1 900 hommes politiques, chefs d’entreprises, chercheurs et représentants des médias de plus de 100 pays.

 

Les innovations technologiques qui y ont été présentées ont été sélectionnées par le réseau international d’experts du Forum selon une série de critères. Entre autres, ces innovations doivent porter en elles la promesse de bénéfices pour les entreprises ou pays concernés, être novatrices, attractives aux yeux des investisseurs et des chercheurs, et capables d’atteindre un bon niveau de développement d’ici cinq ans.

 

Depuis sa création en Chine en 2007, la réunion annuelle des nouveaux champions se déroule alternativement dans les villes portuaires septentrionales de Dalian et Tianjin. Cette année, pour sa treizième édition, elle s’est tenue à Dalian, appelée à devenir une métropole du futur.

 

Si l’événement s’intéresse autant aux nouvelles technologies, c’est parce que c’est elles qui vont petit à petit définir le fonctionnement en réseau de la société qui impactera la communication, la finance, le commerce, la production, le transport à l’échelle nationale et internationale et enfin, à l’intérieur de chaque pays, les relations humaines, le contexte sociopolitique, les sciences et l’éducation, la santé, etc. Or, dans le domaine des technologies, la Chine est véritablement à l’avant-garde.
 

 

La Chine, un pôle de rencontres

 

Parallèlement, il faut souligner que cette année, la clôture du Forum d’été de Davos a coïncidé avec l’achèvement de la construction de l’aéroport de Daxing (à Beijing), considéré comme le plus grand aéroport du monde et dont la capacité prévue pour 2025 est de 72 millions de passagers. Ce n’est pas anodin dans la mesure où cet aéroport inclut dans son fonctionnement certaines des technologies présentées cette année au Forum de Davos à Dalian. Ainsi, l’aéroport de Daxing est appelé à devenir non seulement le plus grand aéroport au monde, mais également le plus avant-gardiste.

 

Les thèmes présentés et discutés lors du Forum de Dalian annoncent également un autre événement majeur de cette année, à savoir l’Exposition internationale d’importation de Chine (CIIE), qui aura lieu pour la deuxième année consécutive à Shanghai, et qui réunira des exposants et participants de 82 pays.
 
La CIIE 2019, dont l’ampleur dépassera largement celle de la précédente, sera également l’occasion d’exposer des technologies qui auront un impact décisif sur le commerce et le transport intercontinentaux et qui sont appelées à modifier, littéralement, la face de la Terre.

 

Des idées, encore des idées

 

À une époque de changements et de progrès vertigineux, dans un monde de plus en plus interconnecté, voici les grandes idées qui se sont dégagées du Forum de Dalian 2019 et qui sont le fruit des réflexions menées au cours des 200 panels, sessions et discussions diverses organisés dans le cadre du Forum et auxquels ont assisté Klaus Schwab, fondateur du Forum de Davos.

 

Premièrement, la réalité a montré que le développement technologique et le renforcement de l’interdépendance engendrent toujours plus de développement technologique et d’interdépendance.

 

Deuxièmement, la Chine a, au cours de son histoire, joué un rôle fédérateur en Asie, et depuis deux générations, elle est devenue un acteur majeur, non seulement dans le domaine du développement mais également dans le domaine des technologies de pointe.

 

Troisièmement, l’augmentation de l’interconnexion technologique est allée de pair avec un renforcement de l’interdépendance que la diplomatie chinoise a su accompagner. Ainsi, la Chine a activement promu la notion de « développement partagé », tout en proposant un discours coopératif, antiisolationniste et multilatéral. Le lancement de l’initiative « la Ceinture et la Route » ainsi que de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, respectivement en 2013 et 2015, en sont des exemples parlants.

 

Quatrièmement, ce forum est l’occasion pour les pays participants de partager leurs expériences en matière de durabilité et de développement inclusif selon de nouveaux modèles de coopération internationale qui sont une alternative aux modèles déséquilibrés, à l’incompétence organisationnelle et à la confusion démagogique bien éloignés des principes du multilatéralisme.

 

Cinquièmement, ce forum a également abordé les thèmes des inégalités (aussi bien à l’intérieur des pays qu’entre les pays) et de l’évolution, dans un futur proche, vers un environnement de hautes technologies.

 

Au sujet de la Chine, David Aikman, représentant en chef du Forum économique mondial pour la Chine, qui possède a priori une fine connaissance de l’histoire des idées, a eu une déclaration assez révélatrice. Selon lui, dans le contexte d’incertitudes et d’instabilité qui caractérise le monde actuel, il est naturel que le monde attende plus d’idées et de propositions de la part de la Chine.

 

 *Augusto Soto est directeur du projet Dialogue avec la Chine.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号