Accueil>Opinions

Pour des relations stables et durables sino-françaises et sino-européennes

2018-02-01 10:17:00 Source:La Chine au présent Author:LU RUCAI,membre de la rédaction
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Le président français Emmanuel Macron s’est rendu en visite d’État à Xi’an et à Beijing du 8 au 10 janvier 2018. M. Macron a souligné constamment les points communs entre les deux civilisations chinoise et française et l’importance de l’alliance sino-française pour l’avenir du monde. Dans sa volonté de promouvoir les relations sino-françaises de la « nouvelle ère », il a fait la promesse, pendant son discours, de visiter la Chine « au moins une fois par an ».

 

M. Macron a posté plus de 30 tweets depuis son compte personnel, pour relater sa visite en Chine, et gagné ainsi beaucoup de fans chinois. En particulier, sa vidéo sur la répétition de la phrase en chinois, « Rendre à notre planète sa grandeur », prononcée ensuite dans son discours au Parc national du patrimoine du palais Daming à Xi’an, a fait le buzz et a été partagée par beaucoup de fans et médias chinois.

 

Dans ses tweets et discours, M. Macron a rendu un hommage particulier aux travailleurs chinois de la Première Guerre mondiale et rappelé le rôle du général de Gaulle qui fit de la France le premier État occidental à établir des relations diplomatiques avec la Chine. Le sens de cette référence historique était de pointer l’esprit unique et avant-gardiste de la longue histoire des relations sino-françaises.

 

Signe de cette relation particulière entre nos deux pays, la version chinoise de l’autobiographie de Macron, Révolution, a été publiée en Chine dès le début de sa visite. Cette autobiographie de 16 chapitres raconte les expériences de la vie et les opinions du jeune président sur les questions françaises, européennes et mondiales. Selon Zhang Chunxiao, directeur du département littéraire des Éditions du peuple du Sichuan, l’éditeur de cette autobiographie, ce livre propose aux lecteurs chinois des clés de compréhension fiables sur la politique française actuelle. La publication du livre souligne combien la diplomatie publique entre la Chine et la France est riche et continuera de s’enrichir.

 

Pendant cette visite, M. Macron n’a pas ménagé ses efforts pour promouvoir à chaque instant les relations sino-françaises : lors de la conférence de presse, sur son compte Twitter, pendant ses interactions avec le public chinois ou encore avec la phrase en chinois prononcée dans son discours. La presse chinoise a chaleureusement salué les résultats de sa visite. Renvoyant l’image d’un président aux ambitions assumées, l’attitude de Macron a gonflé la confiance des médias chinois et français sur l’avenir des relations sino-françaises. Cependant, certains experts restent prudents et s’attachent à souligner les problèmes dans les relations entre les deux pays.

 

Wang Yiwei, professeur à l’université Renmin et expert de l’Association Jean Monnet de l’UE, a confiance dans les mesures et l’ambition de la révolution macronienne, mais il trouve que Macron révèle, sous l’impact de la mondialisation, une attitude proche du protectionnisme. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a présenté sans fard ce visage du protectionnisme. Lors de la conférence de presse de la deuxième journée, à la question de savoir si la France avait examiné soigneusement les plans d’investissement des entreprises chinoises en France, M. Le Maire a répondu franchement qu’il en avait beaucoup refusé, soulignant de surcroît les intérêts stratégiques différents des deux pays.

Passée cette critique, avant de donner son discours à Xi’an, selon le témoignage d’un participant, M. Macron a tenu à ce que le drapeau de l’UE soit à côté des drapeaux chinois et français. Pour ce dirigeant français, qui avait tenu le drapeau de l’UE dès le premier jour de son élection, il ne s’agit pas de promouvoir uniquement les relations sino-françaises, mais bien de transmettre sans répit, en tant que représentant de la France, un signal fort et continu qui met en avant les relations sino-européennes.

 

Au final, la mondialisation soutenue par Emmanuel Macron et Angela Merkel, la chancelière allemande, fait contrepoids à l’antimondialisation soutenue par Trump. Dans la politique internationale de M. Macron, le soutien de la Chine n’est donc plus une option mais un choix irremplaçable. Ces dernières années, la Chine a en effet montré à maintes reprises son soutien à la mondialisation, au libre-échange et à la coopération multilatérale. La Chine exerce sans relâche ses efforts sur la coopération gagnant-gagnant, afin de promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité.

 

Comme M. Macron l’a dit dans son discours à Xi’an : « Après tout, les Routes de la Soie n’ont jamais été purement chinoises si je suis honnête.[...]Ces routes sont toujours en partage. Et si ce sont des routes, elles ne peuvent être univoques. » La coopération sino-française ou sino-européenne correspond aux intérêts de nos deux parties, et nous devons en partager les fruits ensemble pour qu’elle perdure.

 

La publication de ce numéro est aussi l’occasion de célébrer la fête du Printemps. Au nom de toute la rédaction, nous souhaitons l’accomplissement de grands exploits pour les relations entre la Chine et la France.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号