Accueil>La Chine à la loupe

Nouvelles solutions pour traiter les déchets alimentaires

2020-12-31 16:32:00 Source:La Chine au présent Auteur:QIN LIYUAN
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

 

Deng Mingrui emmène des enfants observer des insectes dans le parc Donghu à Chengdu.
 
Les insectes, auxquels on peut ajouter les vers, sont les animaux les plus nombreux de la planète et les plus variés sur le plan des espèces. Ils constituent un pan remarquable de la biodiversité et jouent un rôle irremplaçable dans la nature. Mais leur fonction ne doit pas non plus être sous-estimée dans l’espace urbain où ils apportent, silencieusement, une forte contribution à nos vies. Voilà qui est plus surprenant !

 

Grâce à sa topographie unique et complexe, dans la zone de transition entre le bassin du Sichuan et le plateau du Qinghai-Tibet, Chengdu, chef-lieu de la province du Sichuan, recense une grande variété d’insectes et de vers de terre. Identifiée par l’État comme l’une des 46 villes clés pour le tri des déchets ménagers, Chengdu profite de cette diversité pour promouvoir son système écologique et réduire ses déchets, tout en engrangeant des bénéfices économiques avec l’élevage d’insectes détritivores.

 

Les vers de terre contribuent à la réduction des déchets
 
L’été 2020, une activité spéciale a été organisée à Xinsheng, quartier résidentiel de Chengdu composé d’immeubles. Elle concernait les lombricomposteurs, qui sont, dans ce cas-ci, des tubes imperméables à la lumière, forés de petits trous et abrités de la pluie, destinés à attirer et nourrir les vers de terre. L’activité consistait à peindre de beaux motifs sur ces « tours à vers de terre ».

 

Les lombricomposteurs prennent place dans les jardins et espaces verts de la communauté, où le principe du compostage est utilisé pour améliorer la fertilité du sol, en particulier en permettant aux vers de terre de manger les déchets de cuisine, les résidus des plantes, les excréments d’animaux de compagnie, etc.

 

Réputé comme « le roi des engrais organiques », l’excrément des vers de terre est le seul engrais doux qui n’irrite pas les racines de plantes. Il contribue aussi à la formation de la structure granulométrique du sol, ce qui le rend plus fertile et moins odorant.

 

Beaucoup d’habitants du quartier de Xinsheng aiment faire pousser des fleurs et des plantes dans leur cour. Mais auparavant, la culture était faite au hasard, ce qui produisait un environnement un peu chaotique. Un expert a été donc invité pour donner des conseils professionnels. Suite à cette rencontre, trois jardins de plantes médicinales ont été aménagés dans la communauté et l’idée de lombricomposteurs a été avancée pour aider les plantes à mieux se développer.

 

Pour installer les lombricomposteurs peints, un autre groupe de bénévoles a dû creuser des trous d’une profondeur de 1,5 m. Une fois que les nouveaux motifs ont été dessinés sur les « tours à vers de terre », les bénévoles ont placé celles-ci dans les trous et y ont introduit des « vers rouges » (des vers du fumier) avec des « aliments » tels que des déchets de cuisine. Finalement, les tours ont été recouvertes d’un « chapeau » afin de protéger les vers de terre contre la noyade en temps de pluie.

 

« L’introduction de la tour à vers de terre dans les espaces verts n’est que le début d’une campagne visant à réduire les déchets de cuisine dans notre quartier », a déclaré un travailleur du quartier. « Pour assurer le bon fonctionnement de la tour, il faut nourrir les vers de terre avec les déchets sans relâche. Nous continuerons à essayer d’inciter davantage de résidents à s’impliquer dans ce projet. »
 

 

Les insectes détritivores transforment les déchets en trésor

 

Dans une usine blanche en banlieue de Chengdu, des « mouches soldats noires » (Hermetia illucens L.) travaillent dans des compartiments séparés qui contiennent des déchets alimentaires.

 

La mouche soldat noire se nourrit d’excréments d’animaux, de matières organiques en décomposition (comme la charogne, les fruits, les légumes et les déchets végétaux) au stade larvaire. Elle se nourrit de déchets (ce qui en fait un détritivore), mais excrète également de l’engrais, et une fois devenue adulte, elle peut elle-même servir d’aliment pour d’autres animaux.

 

Ces mouches ont une large gamme d’alimentation et un cycle de vie court, elles convertissent la matière organique des déchets en protéines d’insecte de haute qualité en une semaine seulement. Adultes, elles sont riches en protéines et en graisses et peuvent être utilisées comme aliments pour animaux tandis que leurs excréments peuvent servir d’engrais agricoles.

 

Les déchets alimentaires produits dans les villes sont des déchets organiques, qui occupent une proportion élevée de la masse totale des déchets. La manière de les traiter correctement a fait l’objet de recherches. Les moyens dominants actuels, comme l’incinération, la mise en décharge sanitaire, le broyage mécanique, etc. souffrent encore de problèmes, tels qu’un coût élevé, une forte pression sur la protection de l’environnement, une faible efficacité de l’utilisation des ressources, etc. En élevant des insectes détritivores respectueux de l’environnement, Chengdu a réalisé des bénéfices économiques tout en traitant ses déchets alimentaires, ce qui est profitable à la fois pour les entreprises et la société. Cette initiative mérite d’être promue.
 

 

La saperde accélère le renouvellement écologique
 
Chaque fois que des enfants lui demandent quels insectes sont nuisibles et quels insectes sont bénéfiques, Deng Mingrui, écologiste, répond toujours patiemment : « Il n’y a pas de bon ou de mauvais insecte. »

 

Par exemple, dans les parcs de Chengdu, on voit souvent des saperdes et celles-ci sont considérées comme des insectes nuisibles, parce qu’elles percent des trous dans les arbres, ce qui est dommageable pour ceux-ci et peut même les conduire à leur mort. Or, du point de vue de la fonction écologique, les saperdes contribuent ainsi au renouvellement écologique de la ville et les trous qu’elles creusent dans les arbres fournissent également des abris à d’autres insectes, ce qui favorise la biodiversité en ville.

 

En outre, grâce aux insectes, les couches de feuilles mortes ne s’accumulent pas même si personne ne nettoie le parc. Les décomposeurs, tels que les punaises (Macroscytus sp), les perce-oreilles et les sauterelles, déchirent les feuilles mortes dans le parc en particules si fines que cela facilite considérablement la décomposition des feuilles par les bactéries et les mycètes.

 

À la tombée de la nuit, M. Deng emmène souvent les enfants dans les parcs pour observer les insectes nocturnes qui apparaissent alors, créant un monde sauvage et merveilleux. Les insectes ont une valeur écologique importante dans l’écosystème, il est important de les observer et de leur prêter attention pour comprendre et protéger l’environnement. « Observer les insectes dans la nuit peut aider les enfants à comprendre ce monde dynamique et à forger des souvenirs d’enfance intéressants », expose M. Deng. « Nous espérons que les gens accorderont plus d’attention à l’observation de la nature et découvriront la diversité des insectes. »

 

*QIN LIYUAN est journaliste à Tianfu Culture.

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备10041721号-4

京ICP备10041721号-4