Accueil>La Chine à la loupe

La métamorphose du village d’Abuluoha

2020-09-30 10:48:00 Source:La Chine au présent Auteur:MA LI
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典
 
Maisons nouvellement construites et route goudronnée à Abuluoha

 

Après les fortes chaleurs, la saison de la récolte des noix et du poivre du Sichuan est venue dans les monts Daliang. Au petit matin du 24 août, une pluie fine tombe sur le village d’Abuluoha, au fond des montagnes. Qiesha Ci’er et sa femme se hâtent de ramasser les noix qu’ils ont cueillies et séchées deux jours auparavant. Grâce à la route nouvellement construite, le village accueillera des acheteurs dans quelques jours, ce qui permettra à la famille de Qiesha Ci’er de toucher son premier revenu de l’année issu des produits agricoles.

 

Le village d’Abuluoha est situé dans le district de Butuo, dans le département autonome yi de Liang-shan (province du Sichuan). Entouré de montagnes de trois côtés et d’une rivière du quatrième côté, le village ne possédait jusqu’à récemment que deux chemins d’accès au monde extérieur. Le premier nécessitait une marche de 4 km, qui faisait grimper une falaise avec un dénivelé d’environ 1 000 m et permettait d’atteindre le plus proche village ouvert à la circulation ; le deuxième impliquait de descendre à pied jusqu’au fond de la vallée, pour traverser la rivière avec la tyrolienne.

 

Dans les années 1960, plus de 300 lépreux ont été isolés et soignés dans le village d’Abuluoha, c’est pourquoi il a été surnommé le « village de la lèpre ». Aujourd’hui, on n’y trouve plus ni lèpre ni lépreux. Abandonnant son isolement, le village a commencé sa « nouvelle vie ». Ouvert à la circulation, il dispose désormais de moyens de transport et de communication, de l’accès à l’eau et à la technologie.

 

De bonnes nouvelles

 

Le 10 juillet, Qiesha Shigan, le fils aîné de Qiesha Ci’er qui travaille dans une ville, est rentré à Abuluoha avec sa petite amie. Une très bonne nouvelle pour ce petit village qui ne dénombre que 65 foyers, soit 253 personnes.

 

« La petite amie de mon fils est originaire d’une autre région. Leur amour est fondé sur un choix libre et ils projettent de se marier », raconte Qiesha Ci’er. Selon leur tradition, les habitants d’Abuluoha demandent souvent un caili, c’est-à-dire des présents offerts par le fiancé à la famille de la fiancée, valant des centaines de milliers de yuans. Pour accueillir la jeune mariée, la famille du fiancé épuise toute ses réserves, voire s’endette. « La petite amie de mon fils ne demande pas de caili, car sa région natale n’a pas cette tradition. Ce choix nous soulage vraiment d’un poids considérable. »

 

Qiesha Shigan est parti travailler à Yantai (province du Shandong) au mois d’octobre 2019. En un semestre, son village natal a connu d’énormes changements. « Quand je suis parti, j’ai dû traverser les montagnes pendant plus de quatre heures, mais au retour, j’ai pris le minibus jusqu’à la porte du domicile familial », raconte-t-il.

 

À la veille du Nouvel An 2020, le téléphérique a été mis en service dans le village d’Abuluoha. Désormais, les habitants n’ont plus à escalader la falaise pendant quatre heures pour sortir du village ! Le 26 juin, Abuluoha est devenu le dernier village du pays à obtenir l’accès routier. Le 30 juin, 33 foyers du village, dont 29 ménages pauvres, ont emménagé dans leur nouvelle maison à étage. Parmi eux, la famille de Qiesha Ci’er.

 

« La nouvelle maison a été complètement gratuite, elle a une superficie de plus de 80 m2 et est équipée de toilettes, de la télévision et d’une machine à laver. Je n’aurais jamais imaginé passer en quelques mois d’une maison en pisé délabrée à un bâtiment spacieux et lumineux. Et mieux encore que mon fils ait trouvé une épouse. » Pour Qiesha Ci’er, tout se déroule comme dans un rêve.

Un hélicoptère de transport lourd Mi-26 achemine des engins de travaux publics à Abuluoha en novembre 2019. (WANG DE)

 

 

Derrière le bonheur

 

Au mois d’avril, l’épouse de Qiesha Ci’er a soudainement souffert d’hydronéphrose. « J’ai appelé le numéro d’urgence 120 avant de prendre le téléphérique, pour que nous puissions monter directement dans l’ambulance qui nous attendait à l’autre bout », se souvient Qiesha Ci’er. Auparavant, il fallait cinq ou six heures de route pour aller à l’hôpital.

 

Avant la création d’un accès routier, tomber malade et donner naissance à un enfant constituaient les situations les plus angoissantes pour les habitants. Les malades devaient descendre de la montagne à dos d’un cheval et souffraient des cahotements. « À cause du chemin de montagne escarpée, des femmes enceintes accouchaient à mi-chemin avant d’atteindre l’hôpital. L’amélioration des conditions de transport était devenue un besoin urgent pour tous les villageois », expose Jilie Ziri, secrétaire de la Cellule du Parti pour le village d’Abuluoha.

 

Les gouvernements au niveau provincial, municipal et du district attachent une haute importance aux difficultés de transport du village d’Abuluoha et ont dès lors décidé de construire une « voie de salut » par-dessus le précipice. Haute altitude, géologie spéciale, masse rocheuse fragile… Les difficultés de construction étaient extrêmement grandes ! « Au cours de glissements de terrain, assez fréquents, les excavateurs ont été écrasés ou sont tombés dans l’abîme. On n’a pas pu avancer dans la construction pendant un certain temps », explique Chen Ju, employé du Sichuan Road & Bridge Group (SRBG), qui n’est pas encore remis du choc subi sur le chantier.

 

En novembre dernier, les travaux ont stagné. Au moment critique, le SRBG a mobilisé une équipe comprenant une douzaine d’ingénieurs seniors pour s’attaquer aux plus gros problèmes. Finalement, il a opté pour le plan de construction suivant : sur les 3,8 km que compte la route menant au village, 1,2 km est constitué de trois tunnels et d’un pont en acier ; soit 30 % du kilométrage total.

 

Ces difficiles travaux ont duré un an et ont coûté des dizaines de millions de yuans. « Est-ce que ça vaut le coup ? », se demandent beaucoup de gens. « La possibilité de réinstaller des gens dépend de nombreux facteurs. Dans ce cas-ci, il serait inacceptable de déplacer des villageois isolés depuis des décennies vers un environnement inconnu. En effet, la plupart d’entre eux ne pourraient pas utiliser leurs compétences hors des montagnes et retomberaient dans la pauvreté après avoir dépensé leurs économies. Tout cela est prévisible. D’un autre côté, des investissements, qui ne seront certes pas rentables à court terme, peuvent apporter un développement à long terme aux habitants », fait remarquer Jilie Ziri.

 

Un développement durable

 

« Tout le pays sera sorti de la pauvreté pour la fin cette année, alors nous ne pouvons pas freiner la progression de ce projet, indique Jilie Ziri. Entre août 2019 et août 2020, le revenu par habitant de notre village est passé à 9 000 yuans, un chiffre qui signifie qu’Abuluoha n’est plus un village pauvre. Réussir à sortir de la pauvreté constitue la meilleure nouvelle pour nous ! »

 

Depuis l’année dernière, Jilie Ziri guide tous les villageois vers l’agriculture écologique moderne, préparant 50 mu (un mu = 1/15 ha) d’oranges navel et 120 mu de mangues, en plus de la plantation de noyers et de poivriers. Cette année, le village a organisé des formations ciblées sur la conduite des excavateurs et les techniques de taille pour les noyers et les poivriers.

 

Sur la petite place devant le Comité des villageois d’Abuluoha, on peut voir de loin le pittoresque canyon du fleuve Jinsha. À l’avenir, Jilie Ziri a l’intention de transformer une trentaine de vieilles maisons près de la rivière en chambres d’hôtes, en créant des attractions touristiques telles que l’alpinisme, l’aventure en plein air et des activités folkloriques, pour un développement qui s’inscrit sur le long terme.

 

Jilie Ziri n’oubliera jamais ce que le président Xi Jinping a déclaré lors de sa visite dans les monts Daliang : il faut faire en sorte que toutes les ethnies, toutes les familles, tous les gens jouissent d’une vie meilleure. La métamorphose du village d’Abuluoha reflète parfaitement l’assistance ciblée aux démunis dans le département autonome yi de Liangshan.

 

 

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号