Accueil>La Chine à la loupe

La résilience du secteur manufacturier contribue à la reprise économique

2020-06-10 17:11:00 Source:La Chine au présent Auteur:ZHOU LIN
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

Le 15 mai 2020, des ouvriers d’une entreprise privée à Hai’an (Jiangsu) s’activent pour répondre aux commandes de matériaux et d’équipements de construction.

 

« Après l’apparition de l’épidémie, nous avons été les premiers à communiquer en amont et en aval. Nous avons communiqué étroitement avec les unités de production des entreprises en amont et nous sommes restés au plus près des besoins des utilisateurs pour l’utilisation des camions en aval », a expliqué Zhao Xiaoyang, directeur général de la société Shanghai Targo Supply Chain. Il s’agit d’une entreprise en aval de la chaîne de vente et de services automobiles établie dans la région du delta du fleuve Yangtsé par la holding Shaanxi Automobile. On compte actuellement plus de 50 000 camions lourds en service dans cette région.

 

Ouvrir chaque maillon de la chaîne industrielle

 

Shaanxi Automobile, dont le siège social est situé à Xi’an, province du Shaanxi, est un important fabricant de véhicules lourds dans le Nord-Ouest de la Chine et parmi les premières entreprises chinoises exportatrices de véhicules et de pièces détachées. Le groupe compte des usines dans 13 pays et ses produits se vendent dans plus de 100 pays et régions. Depuis la reprise de l’activité le 14 février, la capacité de production de l’usine a repris 100 % de son activité normale.

 

L’industrie automobile nécessite une longue chaîne industrielle et un haut degré de concentration. La main-d’œuvre, les chaînes industrielles, d’approvisionnement et de ventes ont évidemment été affectées par l’épidémie. Si une pièce détachée vient à manquer, toute la chaîne de montage est paralysée. « Nous avons adopté une configuration de chaîne industrielle “2 + 1”, c’est-à-dire deux approvisionnements principaux et un approvisionnement auxiliaire. Nous ne dépendons quasiment pas des produits étrangers, et nous produisons le moteur, la boîte de vitesse, les essieux, la carrosserie et la cabine, et tous les produits sont répartis dans différentes provinces du pays », a remarqué Yuan Hongming, PDG du groupe. La parfaite garantie de la chaîne industrielle a permis à Shaanxi Automobile de reprendre la production de manière efficace et coordonnée.

 

La capacité de production de camions lourds de Shaanxi Automobile progressivement restaurée, l’effet d’attraction sur les fabricants de pièces détachées a été marquant, ce qui a permis de fournir un fort soutien aux entreprises en amont et en aval de la chaîne du secteur automobile et à la construction de projets clés, ainsi qu’au développement du secteur des transports et de la logistique. La société de pièces détachées automobiles Shaanxi Huazhen est un fournisseur de produits en amont de la chaîne industrielle de Shaanxi Automobile. « Le premier trimestre a été affecté par l’épidémie et toute la capacité de production a été considérablement touchée, mais le taux de récupération est très rapide, enregistrant une augmentation de 18 % en avril par rapport à l’an passé », a déclaré Yan Feng, le directeur général de la société.

 

Dans le même temps, Shaanxi Automobile s’est lancé dans l’innovation et la mise à niveau technologique. Son tout nouveau camion léger 100 % électrique est sur le marché, et sa technologie de conduite automatique équipée d’une nouvelle plate-forme de commande électronique sera également dévoilée au cours du deuxième semestre de cette année.

 

Le Shaanxi a non seulement nourri en son sein un groupe de grands fabricants automobiles, mais a également créé une chaîne de fabricants de qualité supérieure intelligente, en réseau, verte et intensive. En 2003, BYD a acquis le fabricant Xi’an Qinchuan Automobile. Aujourd’hui, BYD est aux premiers rangs mondiaux dans la fabrication de véhicules, le développement de coques et de modèles, ainsi que dans les énergies nouvelles. BYD Xi’an est également devenue la première base de fabrication dans le Nord-Ouest. Le 19 mai, BYD a officiellement annoncé que le modèle BYD Han EV équipé d’une technologie de batterie haute sécurité, longue autonomie et à longévité prolongée sera exporté vers l’Europe.
 

 

Faire progresser les mesures d’ouverture
 
Alors que la chaîne industrielle automobile nationale s’est stabilisée et redressée, la « giga-usine » Tesla de Shanghai, située dans le nouveau quartier de Lingang de la Zone de libre-échange de Shanghai, a également repris son activité et la production le 10 février.

 

Tao Lin, vice-présidente de Tesla Chine chargée des affaires extérieures, a déclaré que la production dans la « giga-usine » de Tesla se déroulait sans accrocs et devrait atteindre l’objectif de 4 000 unités du modèles 3 par semaine en juin de cette année, ce qui signifie que le nombre d’unités fabriquées dépasserait la capacité de production annuelle prévue de 150 000 unités pour la première phase de la « giga-usine ». La deuxième phase de Tesla Shanghai qui produira le modèle Y est actuellement en construction.

 

Dans le contexte de ralentissement mondial, Tesla a atteint une rentabilité indissociable de ses excellentes ventes. Au premier trimestre 2020, Tesla a produit près de 103 000 véhicules électriques et en livré environ 88 400, soit une augmentation en glissement annuel de 33 % et 40,3 % respectivement. Tesla a fait savoir dans son rapport financier du premier trimestre qu’il s’agissait de la meilleure performance de production et de vente de l’entreprise pour un premier trimestre.

 

En tant que première usine de fabrication d’automobiles 100 % détenue par des capitaux étrangers en Chine après la libéralisation concernant le taux de participation étrangère dans le secteur automobile, en 2019, la « giga-usine » Tesla de Shanghai a montré ce qu’était la « vitesse Tesla » et au cours de la même année, a construit l’usine, et produit et livré les modèles.

 

« Les grands projets industriels jouent un rôle important dans le maintien d’une croissance régulière des investissements industriels et d’un développement économique de haute qualité », a souligné Lü Ming, directeur adjoint de la Commission économique et de l’information de Shanghai, expliquant que la commission avait passé au peigne fin l’avancement du projet Tesla, promu les bonnes pratiques durant le processus, et dressé un bilan des mesures de travail reproductibles et généralisables. À l’avenir, la planification, la réforme de la procédure d’approbation et les services auprès des entreprises seront améliorés pour promouvoir davantage l’introduction de capitaux et la mise en place de grands projets et faire de la « vitesse Tesla » la norme pour la « vitesse de Shanghai ».

 

Afin de reproduire et d’étendre le modèle d’approbation Tesla à tous les projets d’investissement dans le nouveau quartier de Lingang, le comité de gestion de Lingang a annoncé le 12 mars un Plan de mise en œuvre pour approfondir la construction d’un environnement commercial de classe internationale dans le nouveau quartier de Lingang de la Zone pilote de libre-échange de Chine (Shanghai). Rien qu’au premier trimestre de cette année, les investissements dans les projets de fabrication de hautes technologies contractés à Lingang ont dépassé 71,3 milliards de yuans.

 

En tant que point chaud pour les investissements étrangers, Shanghai reste la ville comptant le plus grand nombre de sièges sociaux de sociétés multinationales et de centres de R&D à capitaux étrangers dans le pays. Au premier trimestre de cette année, Shanghai a effectivement reçu 4,669 milliards de dollars de capitaux étrangers, soit une augmentation de 4,5 % par rapport à la même période l’an dernier, et 10 nouveaux sièges régionaux de sociétés multinationales à capitaux étrangers et 5 centres de R&D à capitaux étrangers s’y sont installés.

 

Le 10 avril, Shanghai a également publié un communiqué concernant les mesures destinées à la mise en œuvre de l’Avis du Conseil des affaires d’État sur l’utilisation optimale des investissements étrangers (les « 24 mesures »). En réponse, Jiang Ying, président de Deloitte Asie-Pacifique et vice-président de Deloitte Chine, a estimé que la Loi sur les investissements étrangers entrée en vigueur le 1er janvier avait effectué une percée dans le cadre juridique relatif au seuil d’entrée et que les « 24 mesures » avaient surtout résolu les problèmes de développement des entreprises après leur installation à Shanghai – notamment pour fidéliser les talents, la protection des droits de propriété intellectuelle – et accordaient plus d’attention à la résolution des problèmes pratiques rencontrés par les entreprises à capitaux étrangers dans leur processus de développement.

 

Afin d’améliorer continuellement la capacité et le niveau de services consacrés aux investissements étrangers et de créer un environnement d’investissement stable, transparent et prévisible pour les investisseurs mondiaux, Shanghai a également mis en place une « plate-forme de service pour la promotion des investissements étrangers », et recommandé neuf principaux secteurs clés dont l’industrie des services modernes, les industries émergentes stratégiques et les industries manufacturières avancées.
 

 

Les atouts de l'industrie manufacturière demeurent attractifs

 

La fabrication est l’élément vital de l’économie nationale. À l’heure actuelle, sur la base d’un contrôle permanent de l’épidémie, l’industrie manufacturière chinoise a repris son activité, ce qui a favorisé le développement coordonné des entreprises en amont et en aval des chaînes industrielles et d’approvisionnement, garantissant la stabilité et la compétitivité de la chaîne industrielle et de la chaîne d’approvisionnement.

 

La forte résilience de l’industrie manufacturière chinoise apporte non seulement confiance et espoir pour le redémarrage de l’économie mondiale, mais permet également à certaines entreprises européennes et américaines de voir les avantages de l’industrie manufacturière chinoise de type « grand marché, grande infrastructure, chaîne industrielle complète et dividende de main-d’œuvre qualifiée ».

 

Prenant l’exemple des véhicules à énergies nouvelles, le ministre de l’Industrie et des Technologies de l’information, Miao Wei, a déclaré que la Chine possède actuellement le plus grand marché de véhicules à énergies nouvelles, le système de soutien industriel le plus exhaustif et le système de soutien politique le plus complet. En 2019, la production et les ventes de véhicules à énergies nouvelles de la Chine ont dépassé 1,2 million d’unités, maintenant sa position de leader mondial. Avec la progression de l’urbanisation et la croissance du PIB par habitant, le potentiel de demande du marché chinois sera davantage libéré.

 

Les avantages de la chaîne industrielle en amont et en aval et des chaînes industrielles relativement complètes de la Chine sont également un atout majeur pour attirer les sociétés multinationales et les entreprises locales. Prenant toujours l’exemple de la chaîne de l’industrie automobile, la Chine compte des fournisseurs immédiats de moteurs complets et dispose d’une chaîne industrielle complète pour les batteries, des matériaux en amont à la demande en aval en passant par les composants intermédiaires tels que la commande électrique et le moteur électrique. Les autres économies de marché émergentes ou les économies développées de faible envergure ne disposent pas d’un tel avantage.

 

Le « giga-réseau » formé par la Chine en termes d’infrastructures matérielles et logicielles contribue également à améliorer l’efficacité opérationnelle globale des entreprises. Les avantages des infrastructures comme le train à grande vitesse chinois ne cessent de s’améliorer. Fin 2019, les trains à grande vitesse circulaient sur un réseau qui dépassait les 35 000 kilomètres, représentant environ 70 % du réseau ferroviaire mondial à grande vitesse. Dans le même temps, la mise en place en Chine de « nouvelles infrastructures », notamment la 5G, contribuera également à la modernisation industrielle, à la promotion de l’entrepreneuriat et de l’emploi, et donnera un nouvel élan à l’économie chinoise.

 

L’énorme bassin de talents et les investissements en R&D en constante augmentation ont également fait passer la Chine du traditionnel « dividende démographique » au « dividende de l’ingénieur ». Richard Freeman, professeur d’économie à l’Université Harvard, a souligné que le développement rapide de l’économie chinoise au cours des 20 dernières années a bénéficié de l’enseignement supérieur, donnant à la Chine un avantage comparatif dans les sciences et l’ingénierie, et permettant à des grandes entreprises chinoises d’obtenir des résultats remarquables dans le commerce électronique et la technologie de réseau 5G. Selon les données publiées par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle le 7 avril, la Chine a déposé 59 000 demandes de brevet en 2019, se classant au premier rang mondial, avec 22,2 % du total. Cela a jeté des bases solides pour la poursuite de la transformation et de la mise à niveau de l’industrie manufacturière chinoise et le passage à une fabrication à forte valeur ajoutée.

 

La forte résilience de l’industrie manufacturière chinoise contribue au rétablissement progressif de l’économie chinoise et de l’économie mondiale dans l’ère post-épidémique.

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号