Accueil>La Chine à la loupe

Zhang Fei : premier secrétaire et vedette du streaming contre la pauvreté

2020-06-10 17:04:00 Source:La Chine au présent Auteur:MA LI
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典

Déjeuner « dans les nuages » est le rêve de nombreux internautes.

 

Zhang Fei est le premier secrétaire de la cellule du Parti communiste chinois (PCC) du village de Ganjiagou (district de Xiaojin dans la préfecture Aba) dans la province du Sichuan. En juillet 2019, ce responsable de 34 ans a posté un clip vidéo le montrant en train de déjeuner « dans les nuages » avec sa famille. M. Zhang est rapidement devenu une coqueluche sur Internet avec des dizaines de millions de clics.

 

M. Zhang a mis en ligne son premier clip en novembre 2016. Avec la promotion en streaming des produits, il a depuis trouvé un moyen efficace d’augmenter les revenus des habitants. « On a réussi à vendre du saucisson et de la viande salée pour plus de 300 000 yuans fin 2018, et des matsutake pour plus de 300 000 yuans durant l’été 2019 », a-t-il précisé. L’économie d’Internet a donné aux villageois plus d’occasions de gagner de l’argent, tout en leur ouvrant des horizons de pensée longtemps fermés.

 

À la fin de l’année 2018, 26 foyers (109 personnes) du village de Ganjiagou sont sortis de la pauvreté, grâce au soutien des autorités de différents niveaux et aux efforts de l’équipe de travail dans le village. La priorité pour M. Zhang réside maintenant dans le renforcement de la lutte contre la pauvreté et la revitalisation du village.

 

« Lors de son inspection dans la province du Shaanxi, le secrétaire général du PCC Xi Jinping a indiqué que la sortie de la pauvreté n’était qu’un départ pour une nouvelle vie, et qu’il y aura encore beaucoup à faire par la suite », a souligné M. Zhang. Il travaille actuellement sur un projet de développement du tourisme culturel et de coordination entre différents secteurs. Et d’expliquer que « dans les conditions actuelles, il faut que le développement économique soit durable, que les gens soient motivés, et il faut animer l’industrie et le tourisme. »

 

Des débuts difficiles

 

Zhang Fei est né dans la province orientale de l’Anhui. Cet ancien militaire a commencé à travailler au Bureau du tourisme et de la culture de Xiaojin en 2010. En juillet 2016, il a été envoyé à Ganjiagou pour y assumer les fonctions de premier secrétaire de la cellule du PCC du village pour la réduction de la pauvreté.

 

Ganjiagou est situé en zone montagneuse à 3 300 mètres d’altitude en moyenne. En raison des conditions naturelles difficiles et des transports limités, les villageois vivaient dans la pauvreté extrême. « La majorité des villageois ont un faible niveau d’éducation. Presque toutes les personnes de mon âge n’ont pas fini leur scolarité en primaire. L’enclavement et le sous-développement de la région font qu’ils ont des difficultés à accepter les choses nouvelles », a constaté M. Zhang. Peu éduqués, de nombreux jeunes ne peuvent pas travailler dans les grandes villes, et font donc de l’intérim dans les environs de Xiaojin, avec un salaire généralement modeste. « Quant aux personnes plus âgées, elles restent dans le village pour cultiver la terre et élever des porcs et des bœufs. »

 

Après inspection suite à sa prise de fonction dans le village, M. Zhang s’est aperçu que le seul moyen pour gagner de l’argent consistait à vendre des produits alimentaires – poulets et viande salée. Les limitations en termes de transport et de logistique faisaient néanmoins obstacle aux ventes. « D’abord, il est difficile d’obtenir la reconnaissance de la qualité des produits agroalimentaires verts et non polluants, et puis, les coûts de transport élevés réduisent considérablement les bénéfices », a-t-il remarqué.

 

Dix kilomètres de routes de montagne séparent le village de Ganjiagou au chef-lieu du district de Xiaojin. En 2016, le commerce en ligne a fait son apparition à Xiaojin, mais à 500 km de Chengdu, capitale et plaque tournante de la province, les coursiers ne pouvaient livrer que tous les trois jours. « On peut vendre 2,5 kg de la viande salée à 300 yuans, mais les frais de livraison à Chengdu reviennent à peu près à 100 yuans. Le coût élevé du transport fait perdre ses atouts aux produits. » Des difficultés qui ont troublé M. Zhang et fait peser sur ses épaules une pression comme jamais auparavant.

 

En novembre 2016, il s’est lancé dans la promotion via le streaming et cet essai a considérablement changé la vie de tous les villageois.
 

 

Un nouvel éclairage par le streaming
 
« Après avoir vu comment vivaient vraiment les pauvres, certains internautes ont leur donné un coup de main pour les aider, ce qui m’a fait comprendre que le streaming est sans doute un canal pouvant apporter des changements », a noté M. Zhang. En 2017, il a pris l’initiative de guider les villageois dans l’élevage des poulets bio et d’utiliser la plate-forme de streaming pour augmenter les ventes.

 

Des poulaillers ont été rapidement construits, mais M. Zhang restait frustré. « En 2017, la peste aviaire a sévi en Chine. Bien que nos poulets aient subi une quarantaine stricte, les gens n’ont rien voulu entendre. Plus de 2 000 poulets bio ont été invendables et les villageois ont sérieusement remis en question mon modèle de vente via le streaming », a-t-il dit en se remémorant cette période difficile.

 

La crise génère souvent des opportunités et la situation évolue rapidement. Un jour, M. Zhang a filmé en passant un jeune nommé Sanwa qui faisait paître des vaches dans les montagnes et puis posté la vidéo sur Internet. Il ne pensait pas qu’elle serait la plus visionnée dans la journée. Grâce à cette vidéo, le nombre de ses followers est passé de quelques centaines à plus de 20 000 personnes, et tous les poulets dans le village ont pu être écoulés en un rien de temps.

 

En 2018, grâce aux politiques destinées à éradiquer la pauvreté, Xiaojin a introduit des grandes entreprises de logistique. Des transports plus pratiques ont permis aux produits agricoles dans les montagnes de trouver un marché plus grand. « En raison de l’augmentation de la rapidité dans la logistique, la viande salée faite par les villageois s’est vite vendue », s’est réjoui M. Zhang.

 

Après le succès du clip « dans les nuages », sa capacité à vendre des produits via le streaming a dépassé les attentes de tout le monde. Suivant son exemple, son voisin fait lui aussi du streaming et reçoit des touristes le week-end en leur offrant le couvert.

 

Le jeune Sanwa qui figurait dans le clip a 26 ans. Comme lui, sa mère et sa sœur sont handicapés mentaux à différents degrés. Pauvres enregistrés du village de Ganjiagou, elles vivent du travail de bouvier de Sanwa. La popularité inattendue de Sanwa a conduit de nombreux internautes à se préoccuper de son sort.

 

« Sanwa mène depuis toujours une vie retranchée et n’aime pas communiquer avec les autres. À la suggestion des internautes, je l’ai emmené dans le district pour déguster des plats, et à Chengdu pour visiter la métropole. En plus, je lui ai appris à faire des achats en ligne et à payer avec le portable. Je lui fais apprécier la beauté de la vie sous ses différents aspects », a remarqué M. Zhang. Sanwa est maintenant beaucoup plus jovial qu’auparavant. Il a même appris à filmer des vidéos avec son portable et à interagir avec les internautes.

 

Cordyceps et morilles sauvages au printemps, matsutake et cerises en été, pommes et poires en automne, saucissons et viande salée en hiver... Les produits agricoles des villageois se vendent aux quatre coins du pays grâce au streaming de M. Zhang, ce qui a changé leur vie.
 

 

Un endroit en vogue

 

Aujourd’hui, l’endroit où la famille de M. Zhang mange dans le clip est devenu un site touristique populaire et beaucoup d’internautes veulent y venir pour découvrir la joie de manger « dans les nuages ».

 

« Après le séisme de Wenchuan en 2008, presque tous les habitants qui vivaient dans les montagnes se sont déplacés plus bas. Pour le moment, seuls trois foyers demeurent encore ici, y compris ma famille. Cependant, une famille travaille ailleurs pendant toute l’année, donc il n’y a que deux foyers qui sont capables d’accueillir les touristes », a souligné M. Zhang. Sa priorité, et celle des autorités locales consiste désormais officiellement à résoudre les problèmes pour héberger et nourrir les touristes.

 

M. Zhang sait bien que l’arrivée des touristes à Mazuzhai est due à Internet, mais leur capacité d’accueil est encore faible. Pour leur fournir une meilleure expérience touristique, il faut rénover les installations avec plus d’investissements. « Combiner le tourisme de montagne avec le développement industriel local, c’est notre rêve pour revitaliser le village à l’avenir. » a-t-il expliqué. D’ici la fin de cette année, il quittera son poste de premier secrétaire, mais il ne songe pas à quitter les montages. « J’éprouve ici le sentiment d’appartenance, et je travaille encore mieux. Je voudrais continuer à contribuer à la revitalisation du village. »

 

Au cours de ces dernières années, le commerce électronique a considérablement contribué à l’augmentation des revenus des habitants, et M. Zhang est un partisan convaincu de ce modèle économique. L’Internet a à la fois changé la vie des villageois pauvres, et élargi les horizons et la façon de penser des gens.

 

Après plus de trois ans de persévérance, le compte TikTok de M. Zhang compte plus de 800 000 followers. « Le secrétaire général Xi Jinping a remarqué lors de son inspection dans le Shaanxi il y a quelques jours que le commerce électronique, une nouvelle forme qui peut non seulement promouvoir les produits agricoles et aider les habitants à sortir de la pauvreté, mais également contribuer à la revitalisation rurale, est plein de promesses. Ces propos sont un encouragement pour moi », a-t-il conclu.

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号