Accueil>La Chine à la loupe

Regards étrangers sur la réduction de la pauvreté en Chine

2018-12-04 13:49:00 Source:La Chine au présent Author:MA LI
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典
Du 1er au 2 novembre 2018, le Forum international sur la réforme et
l’ouverture et la réduction de la pauvreté en Chine se tient à Beijing.
 
 
MA LI, membre de la rédaction

 

« La réduction de la pauvreté en Chine est vue comme un équilibre entre le gouvernement et les personnes démunies. Le gouvernement et les entreprises offrent non seulement des moyens financiers, mais mobilisent aussi les différentes parties à participer à la lutte contre la pauvreté. L’aide aux démunis est ciblée et les mesures adoptées par la Chine varient selon les régions », a indiqué, le 1er novembre 2018, Nkolo Foe, professeur camerounais qui est venu à Beijing pour participer au Forum international sur la réforme et l’ouverture et la réduction de la pauvreté en Chine, au sujet de la lutte contre la pauvreté menée par le district de Lankao dans la province du Henan.

 

Grâce aux dispositions prises par l’organisateur du forum, les invités étrangers ont respectivement visité, du 28 au 30 octobre, Shenzhen (Guangdong), Guiyang et Bijie (Guizhou), Yongning (Ningxia) et Lankao (Henan) pour observer les grands progrès de la réforme et l’ouverture et de la lutte contre la pauvreté de la Chine. Lors de sa visite à Lankao dans le Henan, Nkolo Foe a été profondément impressionné par la lutte contre la pauvreté ciblée qui est menée par les autorités locales.

 

Cette année marque le 40e anniversaire de la réforme et l’ouverture de la Chine. Depuis 40 ans, le gouvernement chinois œuvre activement à la lutte contre la pauvreté. Il a fait sortir 700 millions de personnes de la pauvreté extrême dans les milieux ruraux et envisage d’éliminer cette pauvreté extrême d’ici 2020. « La réforme et l’ouverture insufflent de puissantes forces motrices à la réduction de la pauvreté », a souligné M. Nkolo Foe.

 

Les éloges des forces motrices de la réduction de la pauvreté en Chine

 

« Ces dernières années dans les milieux ruraux, nous avons construit et réaménagé 500 000 km de routes, résolu le problème de l’eau potable pour 14 millions d’habitants et rénové les maisons délabrées de 7 millions de ménages. Nous avons encore relogé 80 millions de foyers vers des régions où les conditions naturelles sont relativement plus avantageuses. Depuis 40 ans, la Chine a apporté une importante contribution à la cause mondiale de la réduction de la pauvreté », a annoncé Liu Yongfu, directeur du Bureau du groupe dirigeant de la réduction de la pauvreté et du développement du Conseil des affaires d’État, lors de la cérémonie d’ouverture du forum.

 

Depuis la réforme et l’ouverture, surtout depuis le XVIIIe Congrès du PCC, le gouvernement chinois multiplie ses efforts et fait progresser la lutte contre la pauvreté. Près de 70 millions d’habitants démunis sont définitivement sortis de la pauvreté. La lutte contre la pauvreté a obtenu des résultats historiques et fait des progrès décisifs. Il est très important que le Parti et le gouvernement chinois continuent d’approfondir leurs connaissances et d’acquérir de nombreuses expériences et inspirations utiles tout en faisant progresser la lutte contre la pauvreté.

 

« La Chine a apporté deux grandes contributions en matière de réduction de la pauvreté. D’une part, elle a accru son taux de croissance à travers la réforme et l’ouverture, cela est un facteur essentiel pour éliminer la pauvreté ; d’autre part, elle œuvre sans relâche à réduire la pauvreté dans la réforme et l’ouverture et ses forces motrices viennent justement de la réforme et de l’ouverture », a constaté Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale.

 

Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l’ONU, administrateur du Programme des Nations Unies pour le Développement et vice-président du Groupe des Nations Unies pour le développement, a estimé que la Chine menait une stratégie axée sur le développement équilibré et la réduction de la pauvreté. « Lorsque la Chine a élaboré son plan de développement, elle a promis qu’il profiterait à tous les Chinois. C’est ainsi que le développement durable peut être réalisé », a-t-il déclaré.

 

D’après Gilbert Houngbo, ancien premier ministre togolais et président du Fonds international de développement agricole (IFAD), le plus grand progrès de la Chine s’explique par une raison très importante : depuis les années 1980, elle a commencé à investir continuellement dans l’agriculture. Cela montre la sagesse et la clairvoyance des dirigeants chinois qui ne cessent de renforcer le développement et les investissements agricoles depuis plusieurs décennies.

 

« La Chine a obtenu des succès dans la réduction de la pauvreté, parce qu’elle s’en tient à un principe important : compter sur ses propres forces. On peut dire que les expériences réussies de la Chine se basent sur un équilibre entre ses propres efforts et la coopération internationale. La réforme et l’ouverture sont dès le début un processus autonome, c’est une expérience très importante, mais aussi un atout de sa réussite », a commenté Jin Liqun, président de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB) lorsqu’il évaluait la réforme et l’ouverture et les expériences de réduction de la pauvreté de la Chine.

 

« J’habite en Chine depuis trois ans et je vis personnellement la transition et les changements apportés par la réforme et l’ouverture. Je pense que beaucoup de politiques chinoises ont été élaborées avec soin et que les résultats de la réforme et de l’ouverture chinoises sont reconnus par tout le monde. La Chine a déjà dressé un plan ambitieux pour la réduction de la pauvreté mondiale », a remarqué Kundapur Vaman Kamath, président de la Nouvelle Banque de développement des BRICS.

 

Les expérience chinoises ont valeur de référence

 

Selon Hon. Dickson Rogers, député de Sierra Leone, la visite à Shenzhen lui a permis de constater les progrès considérables de la réforme et de l’ouverture de la Chine et le voyage dans le Guizhou lui a montré les résultats remarquables de la Chine dans la lutte contre la pauvreté. Il espère que son pays pourra s’inspirer des expériences de la Chine et faire progresser la réduction de la pauvreté en Sierra Leone à travers le développement de l’économie et des industries. Il souhaite également que les entreprises chinoises puissent participer à la construction de la Sierra Leone et aider à promouvoir les relations économiques et commerciales entre les deux pays.

 

Manoj, venu du Sri Lanka, venait en Chine pour la première fois. Il est très impressionné par les changements considérables que la Chine a connus depuis 40 ans de réforme et d’ouverture. « Je vais m’inspirer de ce que je vois pendant cette visite dans mes futures recherches et le transmettre. Je vais présenter intégralement les résultats de la réforme et l’ouverture de la Chine et de la réduction de la pauvreté. »

 

Selon Emmanuel Yaba Joseph, fonctionnaire nigérian de l’Union africaine, les résultats obtenus par Shenzhen et les expériences du Guizhou dans la réduction de la pauvreté lui ont laissé une impression profonde : « Les relations sino-africaines sont étroites. La Chine pourrait être un exemple qui mérite d’être suivi par les pays africains. Les fonctionnaires africains pourraient acquérir les bonnes pratiques dans le processus de développement de la Chine, renforcer leur volonté de servir le peuple, faire preuve d’altruisme et promouvoir réellement la réforme des politiques en Afrique pour contribuer au développement mondial. »

 

Omunandi William Ndeka, fonctionnaire du ministère kényan de l’Agriculture, est très impressionné par le relogement des habitants pauvres dans des régions plus prospères dans le district de Qianxi dans le Guizhou. Selon lui, le gouvernement a déplacé les villageois pauvres des régions montagneuses dans le cadre d’un plan systématique et d’un projet d’action de solidarité. Il a exprimé son admiration pour les efforts que le gouvernement chinois a déployés afin d’améliorer la vie de la population, et sa capacité de mobilisation des ressources. Il a encore apprécié le profond sens de responsabilité sociale des entreprises chinoises. « Le président kényan a également avancé quatre grandes stratégies pour améliorer la vie de la population, notamment les logements sociaux et les subventions alimentaires. Les expériences chinoises que j’ai acquises pendant cette visite pourront être une référence utile lorsque le gouvernement kényan mettra en œuvre ses politiques en la matière. J’espère que je pourrais revenir en Chine pour acquérir plus d’expérience. »

 

Pour Shafqat Kakakhel, professeur pakistanais, cette visite en Chine est une expérience exceptionnelle. À Shenzhen, il a vu comment un petit village de pêcheurs s’était transformé en une métropole internationale ; à Lankao, il a vu que les habitants d’un district autrefois pauvre mènent aujourd’hui une vie heureuse. Il est bouleversé par ces changements radicaux. « Je vais transmettre les expériences chinoises à mon gouvernement et ma population et je les appellerai à suivre l’exemple de la Chine. »

 

Bouchra, venue de Monaco, a enseigné à l’université de New York. Lorsqu’elle évoquait la réforme et l’ouverture de la Chine et la lutte contre la pauvreté menée par la Chine, beaucoup d’étudiants ne comprenaient pas bien de quoi il s’agissait. Grâce à cette visite, elle a obtenu des vidéos, des photos et d’autres documents qui peuvent illustrer la réforme et l’ouverture chinoises. Elle espère qu’elle pourra permettre à plus de personnes de connaître plus concrètement les résultats obtenus par la Chine pendant 40 ans de réforme et d’ouverture : « Cette visite me permet d’avoir une compréhension plus précise de la réduction de la pauvreté en Chine. »

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号