Accueil>La Chine à la loupe

La renaissance de Zhenru

2018-07-10 14:53:00 Source:La Chine au présent Author:Hu Ligang
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

 

Le port de Zhenru, près du village de Hongqi 

 

Hu Ligang*

 

Une grive vole à l’intérieur du temple Zhenru pendant l’aube, et se repose sur un gingko. Cet ancien temple, vieux de 700 ans, a vu sa construction débuter pendant l’ère Jiading (1208-1224) de la dynastie des Song du Sud (1127-1279) et se terminer en 1320.

 

Le temple Zhenru, qui s’appelait à l’origine le temple Wanshou, était situé à Guanchang avant que le moine Shi Yongan ne rénove le bâtiment et le renomme Zhenru Yuan. Puis, pendant la dynastie des Yuan, le moine Shi Miaoxin déplaça le temple de Guanchang pour l’établir à Taopu, où il est resté jusqu’à nos jours, et le rebaptisa « temple Zhenru ». Le nom « Zhenru » vient du soutra bouddhiste Vijnaptimatratasiddhi-sastra, qui signifie « aussi véritable qu’ordinaire ». Après avoir été agrandi à deux reprises durant la dynastie des Ming (1368-1644), tout d’abord une première fois sous l’empereur Hongwu (1368-1398), puis une seconde fois sous l’empereur Hongzhi (1488-1505), le temple devint un des plus grands de son époque. Cependant, à partir du règne de l’empereur Xianfeng (1851-1861) des Qing (1644-1911) et jusqu’à la Guerre de résistance contre l’agression japonaise (1931-1945), le temple fut emporté dans l’ouragan de la guerre et subit des dégâts considérables. Seule la pièce principale survécut. Grâce aux efforts menés par le Parti communiste chinois et par le gouvernement de la RPC, l’ordre a été restauré après le chaos et le temple Zhenru, tout comme la religion qu’il héberge, a vécu une renaissance. Le gouvernement a apporté un soutien énorme à la restauration de ce trésor culturel national. En quelques années, la salle des rois célestes a été reconstruite ; la salle Yuantong a été restaurée et une statue d’Avalokitésvara aux quatre visages a été installée à l’intérieur de la pièce ; en 1998, une pagode de neuf étages dans le style de la dynastie des Song (960-1279) a été bâtie ; enfin, d’autres efforts de reconstructions, ont été menés à bien. Le temple historique Zhenru est redevenu une destination populaire à Shanghai, mettant en avant son imposante pagode et ses couloirs au caractère sacré dans la religion bouddhiste, qui sont à présent ouverts aux visiteurs curieux qui souhaitent découvrir les lieux.

 

Le temple Zhenru n’est pas le seul lieu à avoir vécu une renaissance, le centre Zhenru grand de 6,16 km2 est lui aussi revenu à la vie et est devenu l’étoile de l’orient.

 

 

Le plan de construction du sous-centre de Zhenru

 

Planification innovante

 

Dans le plan directeur de Shanghai (1999-2020), Zhenru, tout comme Xujiahui, Wujiaochang et Huamu, seront listés en tant que quatre centres de la ville. Ensemble, ces quatre centres forment une ville proprement dite.

 

Le quartier de Zhenru a pour atout un emplacement géographique idéal, une bonne desserte par les transports en commun, un aménagement urbain de haute qualité et un riche héritage culturel. Grâce à la gare ouest de Shanghai, d’autres atouts conférés par sa position et une grande quantité d’espace disponible, le quartier Zhenru se transformera en un centre de services, couvrant le delta du Yangtsé et fera office de lieu où se tiendront les événements publics dans la partie nord-ouest de Shanghai.

 

En prenant pour guides le dernier plan directeur pour Shanghai (2017-2035), les principes directeurs du XIXe Congrès du PCC, et la philosophie qui consiste à s’axer sur l’innovation, l’humanisme et l’écologie, le quartier de Zhenru continuera ses efforts pour développer un centre de services pour la cité entière et créer l’une des métropoles socialistes modernes les plus importantes au monde.

 

À la demande du Comité central du PCC et du comité municipal du Parti de Shanghai, l’arrondissement Putuo, prenant en compte sa situation ainsi que celle de Zhenru, a établi une méthodologie de développement innovante. À la différence des autres sous-centres, Zhenru aura ses propres caractéristiques, qui combineront les visions d’aménagement urbain les plus avancées au monde avec les systèmes urbains les plus sophistiqués. Le quartier de Zhenru a élaboré des standards écologiques pour la construction et a adopté des plans avec une vision à long terme pour mettre en œuvre une construction et une planification aux standards élevés. Un plan directeur visionnaire a été formulé, avec pour principaux éléments l’établissement de pôles d’innovation et l’intégration entre ville et industrie.

 

À la suite du XIXe Congrès du PCC, et après avoir pris en compte le changement de la situation, l’arrondissement Putuo a adopté une philosophie de développement vert, ouvert, partagé, et innovant, qui met l’accent sur l’écologie et la culture. Le Plan d’action 2017-2021 du sous-centre de Zhenru a été formulé pour guider la création du nouveau quartier de Zhenru afin d’utiliser les avantages liés à son développement tardif, et montrer ses caractéristiques uniques par rapport aux autres quartiers.

 

Le dernier plan directeur de Zhenru met l’accent sur la culture, l’écologie et l’innovation. Pour ce qui est de la culture, Zhenru est une des quatre célèbres bourgades du nord de Shanghai (les trois autres étant Luodian, Dachang et Nanxiang). Le quartier possède de très anciennes traditions culturelles des périodes de Wu et de Yue, de précieux sites culturels visitables tels que le temple et le village de Zhenru, qui seront préservés pour transmettre aux gens l’héritage historique et culturel, ou encore les connaissances liées aux arbres ginkgos présents dans cette zone.

 

Le port de Zhenru et Liyunbang seront aussi protégés, en ayant pour objectif de soutenir et de reconstruire les zones possédant une forte richesse culturelle et d’anciennes traditions. Au niveau de l’écologie, le couloir écologique de Zhenru (6 km de long et de 130 à 150 m de large), qui est en cours de conception, sera le plus long édifice de ce type à Shanghai. Sa construction contribuera à la création d’un environnement ouvert, écologique et où il fait bon vivre, et améliorera l’image de Zhenru, qui est celle d’un quartier dynamique, en bonne santé et à la culture riche. Il combinera en outre la restauration des écosystèmes, des activités d’extérieur, et une véritable culture urbaine. Il deviendra un noyau pour les activités sportives, culturelles et pour les loisirs. Enfin en ce qui concerne l’innovation, en contribuant à la formation d’une structure d’« un axe et deux ailes » pour Putuo, le sous-centre de Zhenru s’intégrera avec la région de Taopu pour améliorer l’innovation dans le développement et pour former un couloir permettant de faire la démonstration d’une véritable transformation urbaine.

 

Des activités traditionnelles à Zhenru

 

Un centre de culture et de commerce

 

Les premières traces de vie humaine dans cette ancienne région appelée Zhenru remontent aux Ve et VIe siècles. à cause des facteurs environnementaux, historiques et logistiques, la région est reliée à de denses cours d’eaux, ce qui en faisait une bourgade fluviale typique du delta du Yangtsé. En 1320, Zhenru Yuan fut déplacé vers les environs de Taopu et fut renommé le temple Zhenru. Cela a entraîné le  

 

développement massif de la région. Beaucoup de gens s’installèrent ici, les entreprises et le commerce étaient prospères. La région tient son nom du temple Zhenru situé à proximité. Avant la dynastie des Yuan, les gens appelaient cet endroit « Taoxi ». Le nom de Taoxi remonte à l’époque des Cinq Dynasties (907-960), pendant laquelle les royaumes de Wu et de Yue dominaient la région de Shanghai, du Zhejiang et du Jiangsu. Les dirigeants de cette époque avaient débuté la construction de 36 canaux longeant la rivière Wusong, reliant Suzhou à l’estuaire. Taopu, qui reliait l’ancienne ville du sud au nord, était un de ces 36 canaux. Des pêchers étaient plantés le long de ce canal, ainsi les gens lui donnèrent le nom de Taoxi, qui signifie rivière des pêches en chinois.

Un précieux héritage culturel a été préservé à Zhenru jusqu’à ce jour. Trois exemples typiques de ces trésors sont le mouton de Zhenru, les produits à base de haricot, et le tissu Du. Ce sont là des produits encore populaires de nos jours auprès des Shangaïens, et plus particulièrement le mouton de Zhenru. Sa renommée peut être retracée jusqu’au début du règne de l’empereur Qianlong (1736-1795) des Qing. Selon la Chronologie de Zhenru, rédigée à cette époque, « à 3 h 30 chaque matin, les paysans allaient dans des maisons de thé pour boire leur premier breuvage de la journée ; aux alentours de 4 h 30, ils avaient pour habitude de commander un plat à base de mouton et de l’alcool ; ils finissaient leur petit-déjeuner avec des nouilles dans de la soupe de mouton et ensuite ils allaient aux champs pour travailler. Durant l’apogée du mouton de Zhenru, on comptait 30 restaurants de mouton dans la rue ancienne, et c’était il y a de ça 200 ans. » En juin 2007, les méthodes de production du mouton de Zhenru ont été inscrites dans le catalogue de l’héritage culturel intangible de Shanghai.

 

Les histoires démontrant le courage dont fait preuve le peuple de Zhenru sont tout aussi importantes. Plus particulièrement, leur contribution dans la lutte pour mettre fin à l’invasion japonaise et dans le soutien qu’il a apporté à la Corée pour résister aux agressions américaines. Le soir du 28 janvier 1932, la marine japonaise prit d’assaut la zone de Zhabei, à Shanghai. La XIXe Armée de Route de l’Armée révolutionnaire nationale de Chine prit les armes pour contrer cette offensive, et c’est ainsi que la bataille de Shanghai débuta. L’officier général de la XIXe Armée de Route, Cai Tingkai, établit alors un commandement temporaire à Fanzhuang, dirigeant ses troupes dans une bataille longue de 33 jours contre l’envahisseur japonais, infligeant de lourdes pertes à ce dernier. Le centre de commandement temporaire fut détruit par les Japonais le 3 août 1937. En 1989, le gouvernement local a donné son accord pour que les restes de cette bataille deviennent un monument révolutionnaire.

 

En 2013, au marché des produits aquatiques de Tongchuan, des clients ont été surpris de trouver parmi eux Nicolas Cage, célébrité connue à travers le monde. Mais les gérants de magasins, eux, n’étaient pas étonnés. Ce marché est fréquenté par de nombreuses stars célèbres. Pas très loin du marché aquatique, on trouve le marché aux fruits Shanhua, qui était autrefois le plus grand de l’est de la Chine, et qui était aussi un lieu de tourisme pour les visiteurs chinois et étrangers. Il ne serait pas exagéré de dire que les activités de commerce à Zhenru ont beaucoup contribué à fournir des aliments du « panier de la ménagère » aux habitants de Shanghai et même à ceux du pays entier. Il faut noter que la valeur commerciale des biens à Zhenru a aussi augmenté en raison de tous ces facteurs : le loyer du magasin le plus cher du marché aux fruits Shanhua était encore plus élevé que ceux de la place Wheelock dans l’arrondissement Jing’an à Shanghai.

 

Cependant, la vitesse à laquelle Shanghai se développe reste toujours surprenante. La façon dont on faisait des affaires autrefois n’est plus appropriée pour rester en rythme avec le développement rapide de Shanghai. Avec la transformation des activités commerciales, la logistique liée au commerce primaire a complètement disparu, laissant une vaste étendue d’espaces disponible dans le centre-ville de Shanghai. Ces espaces sont de précieuses ressources pour la transformation de Zhenru, et ils ont déjà attiré les investissements d’entreprises internationales de renom telles que Cheug Kong Holdings, Greenland et Fosun. Les meilleures agences de design au monde comme Hentrich-Petschnigg & Partner GmbH + Co. KG, Ennead Architects et Gensler se sont disputé les 586 mu (1 mu = 0,067 ha) d’espace du village de Hongqi mis à disposition en 2017.

 

un centre de services régional

 

Sur le bord nord-est des rues Tongchuan et Caoyang, un gratte-ciel de plus de 300 m de haut est en train d’être construit. En face se situe le projet de construction de la ligne 14 du métro, qui est bâtie à 25 m sous le sol, et qui fera partie d’un système souterrain intégral à quatre niveaux. Cette profondeur a battu le précédent record des 24 m de la gare ouest de Shanghai, qui se situe elle aussi dans le quartier de Zhenru.

 

Pour ce qui est de la construction des infrastructures, la gare ouest de Shanghai, bâtie en 2014, est le nœud de transport urbain le plus moderne dans le nord-ouest de Shanghai, qui allie de multiples modes de transit urbain que sont le train, le bus et le taxi. L’achèvement de la construction de la gare ouest de Shanghai a fait du quartier de Zhenru un modèle pour ce qui est de l’intégration d’un sous-centre urbain à un hub de transport. La situation du transit urbain est remarquable : la ligne 7 et la ligne 11 sont déjà opérationnelles, tandis que la ligne 14 et la ligne 15 sont en train d’être construites. La ligne 20, qui est en préparation, couvrira chaque espace des 6,16 km2 de Zhenru.

 

Mais le projet le plus enthousiasmant reste le projet de rénovation du village de Hongqi. Ce projet vise à faire de ce lieu un moteur pour la transformation innovante, ainsi qu’un espace écologique pour les habitants, les entreprises et les start-up. Le plan s’appuie sur des philosophies d’aménagement urbain qui prônent l’intégration de l’industrie avec la ville, du développement à faible carbone et un design urbain plus humain. Les trois concepts de « ville innovante et intelligente, conservation des énergies et protection de l’environnement » contribueront au développement socio-économique et à l’amélioration de la qualité de vie des habitants du quartier.

 

Le concept de « ville intelligente et innovante » englobe d’importantes fonctions de l’urbanisme et sa conception sera axée sur les technologies intelligentes et l’innovation. Les technologies informatiques intelligentes connecteront entre eux la gestion urbaine, du service communautaire, de la gestion immobilière, du trafic urbain, des biens publics et des titres publics, et les rendront plus efficaces et intelligentes. Les technologies BIM et le modèle TOD rendront possible un développement à très haute vitesse dans plusieurs lieux, permettant l’installation de plus d’espaces verts et ouverts, tout en améliorant la vitalité de la ville et l’efficacité de la gestion urbaine. Pour améliorer les sevices publics et pour stimuler l’efficacité des prises de décision, un centre de données cloud sera mis en place, qui fera usage des ressources offertes par Internet pour collecter et transmettre des données et diverses informations à propos de la ville et de la vie urbaine. Ces informations seront analysées, partagées, et quand cela sera possible, intégrées à d’autres services.

 

Le développement vert et la protection de l’environnement sont le deuxième pilier du projet. Le président Xi Jinping a affirmé à plusieurs occasions qu’un « bon environnement bénéficie à tout le monde, et que les rivières à l’eau claire et les montagnes luxuriantes sont des atouts inestimables ». La coexistence harmonieuse entre les hommes et la nature est l’un des aspects les plus importants du projet du village de Hongqi : un courant d’eau propre et un couloir vert à Zhenru sont inclus dans le projet. Dans la zone entourée par le courant d’eau et le couloir, une île sera construite au centre, qui hébergera des entreprises, des habitations, des magasins, des espaces de loisir et des activités culturelles. Les piétons pourront se détendre dans un parc avec ses ginkgos vieux de 500 ans, se promener dans un parc au bord de l’eau, aller admirer les fleurs dans le parc aux magnolias, ou encore profiter d’espaces tels que le centre citoyen et l’élite plaza. Le développement du quartier fera en sorte que les bâtiments seront visibles, qu’il sera facile de marcher dans les rues, que les parcs seront des endroits calmes et relaxants, et que la ville sera humaine et chaleureuse.

 

Le troisième pilier est l’intégration entre l’industrie et la ville, qui est exigé par la situation de la ville et du quartier. Avec pour philosophie « travailler pour vivre, travailler c’est vivre, et le travail créée la vie », Zhenru travaille à la création d’un modèle intégrant production, modes de vie et développement écologique. Quatre zones excellant respectivement dans l’innovation technologique, l’interaction, les loisirs et le soutien global seront combinées. Il y aura trois noyaux : le « salon » de la ville (où se situeront des gratte-ciels de bureaux et un centre commercial et culturel), des bâtiments pour la vie urbaine (appartements pour les experts, bâtiments de bureaux et installations publiques), et des résidences haut de gamme (hauts bâtiments avec vue). Des bâtiments pour le commerce, des bureaux et des habitations ainsi que des places seront construits aux alentours du parc. Ainsi, la ville pourra faire montre de son incroyable vitalité. Des politiques préférentielles seront mises en œuvre pour attirer les plus grands talents, dans le but de faire fleurir les start-up dans le quartier. À travers plusieurs facteurs d’attractivité et un bon aménagement des espaces, c’est une chaîne industrielle entière d’innovation scientifique et technologique qui verra le jour.

 

De grandes causes nécessitent toujours des efforts acharnés. Grâce aux efforts soutenus du comité municipal du Parti et du gouvernement municipal de Shanghai, ainsi qu’à tous les habitants de la ville, la rénovation du village de Hongqi et du sous-centre de Zhenru générera des bénéfices sociaux, créera de nombreux emplois à moyen et haut revenus, optimisera le paysage industriel de la région, contribuera au développement de Shanghai et deviendra un pôle de services couvrant la zone du delta du Yangtsé dans un futur proche.

 

Zhenru est en train de retrouver son passé historique au charme sans commune mesure, et il ne faudra pas attendre longtemps que la gloire de ce quartier rayonne sur tout l’Orient.

 

*HU LIGANG est secrétaire du Comité du Parti et PDG du groupe Zhonghuan de Shanghai.

 

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号