Accueil>La Chine à la loupe

La hache d’or

2018-05-03 09:43:00 Source:La Chine au présent Author:Illustration:Yang Yongqing,Texte:Zhang Ling´er
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Il était une fois un petit garçon du nom de Cheng Cheng. Comme sa famille était pauvre, il dut commencer très jeune à travailler pour un propriétaire terrien qui était si avare qu’on le surnommait « l’Éternel Insatisfait ».

Un jour, alors que Cheng Cheng revenait tout juste de la corvée d’eau, l’Éternel Insatisfait lui donna une hache et lui demanda d’aller couper du bois. Mais le garçon était si fatigué qu’au moment de traverser un petit pont, ses jambes chancelèrent et il faillit perdre l’équilibre. La hache lui échappa des mains et tomba dans la rivière, disparaissant aussitôt.

Cheng Cheng se mit à pleurer et s’assit au bord de la rivière. En l’entendant pleurer, le dieu de la rivière, se faisant passer pour un vieux monsieur avec une barbe blanche, s’approcha de lui et lui demanda : « Mon fils, pourquoi pleures-tu? »

Cheng Cheng lui raconta alors comment il avait perdu la hache. « Attends, mon fils! » lui dit l’ancien avant de plonger dans la rivière agitée. « Fais attention, grand-père! » s’écria l’enfant voyant l’ancien disparaître dans l’eau.

Un moment après, l’ancien ressortit de l’eau ; il tenait dans ses mains une hache en or et demanda : « Mon fils, est-ce la hache que tu as perdue? » D’un signe de la main, Cheng Cheng nia en toute sincérité. « Non, ce n’est pas ma hache. »

Un peu après, l’ancien ressortit de l’eau avec une hache en argent et demanda au garçon : « Mon fils, est-ce la hache que tu as perdue? » Cheng Cheng nia encore une fois d’un signe de la main et déclara : « Non, ce n’est pas celle-ci non plus. »

Lorsque l’ancien sortit de l’eau pour la troisième fois et que Cheng Cheng aperçut sa hache en fer entre les mains du vieil homme, il ne sentit plus de joie : « C’est bien ma hache! Merci grand-père! »

Le cœur chargé de gratitude envers le grand-père, Cheng Cheng s’en fut couper du bois dans la montagne. La hache, qui était passée entre les mains de l’ancien, était désormais dotée de pouvoirs magiques et parfaitement aiguisée. Les branches d’arbre tombaient toutes seules lorsque la lame les touchait et Cheng Cheng eut tôt fait de remplir son chargement.

Voyant Cheng Cheng rentrer, l’Éternel Insatisfait se mit à le sermonner : « C’est à cette heure-là que tu rentres! Mais où donc es-tu allé jouer? » Cheng Cheng lui raconta ce qui s’était passé.

La nuit suivante, les rêves de l’Éternel Insatisfait furent peuplés de haches d’or et d’argent. À l’aube, il se munit d’une vieille hache en fer rouillé, et se dirigea vers le petit pont, se faisant passer pour un bûcheron. Après s’être assuré qu’il n’y avait personne aux alentours, il jeta la vieille hache dans la rivière.

Puis, l’Éternel Insatisfait s’assit au bord de la rivière et se mit à pleurer. Le dieu de la rivière lui apparut déguisé en vieillard avec une barbe blanche : « Pourquoi pleures-tu ? » L’Éternel Insatisfait mentit : « J’ai laissé tomber ma hache dans la rivière par mégarde en traversant le pont. Mon patron va sûrement me faire des reproches. »

« Ne t’inquiète pas, laisse-moi t’aider » lui dit l’ancien avant de se jeter à l’eau. Il en ressortit très vite, tenant dans ses mains la vieille hache de l’Éternel Insatisfait. Celui-ci agita la main : « Ce n’est pas cette hache que j’ai fait tomber. »

Le vieux monsieur à la barbe blanche sourit et posa la hache par terre. Il replongea dans l’eau et en ressortit avec une hache en argent. L’Éternel Insatisfait voulut tendre la main pour s’en saisir, mais il pensa à la hache en or et hocha la tête : « Ce n’est pas celle-ci non plus. »

La troisième fois, l’ancien ressortit de l’eau avec une hache en or. En la voyant, l’Éternel Insatisfait se mit à rayonner de joie. Il s’en saisit immédiatement et la tint fermement entre ses mains. Il ne cessait de répéter : « Elle est à moi, elle est à moi. »

L’Éternel Insatisfait se mit alors en route pour rentrer, mais arrivé à la moitié du pont, la hache d’or lui échappa soudain des mains et s’envola doucement. Il tenta de la rattraper, mais dans la panique, il perdit l’équilibre, tomba dans la rivière, et fut emporté par les flots.

Après la mort de l’Éternel Insatisfait, sa femme, qui ignorait tout des pouvoirs magiques de la hache en fer, offrit celle-ci à Cheng Cheng en échange de son travail. Ainsi, chaque jour, Cheng Cheng pu rapporter beaucoup de bûches de très bonne qualité. Et petit à petit, les conditions de vie de sa famille s’améliorèrent.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号