Accueil>La Chine à la loupe

Le laboratoire P4 de Wuhan : la coopération médicale sino-française

2018-04-10 12:39:00 Source:La Chine au présent Author:MA HUIYUAN, membre de la rédaction
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Yuan Zhiming

En janvier 2018, à l’occasion de la visite d’État du président français Emmanuel Macron en Chine, les deux chefs d’État ont signé des accords sur la coopération bilatérale entre les deux pays et ont publié une déclaration commune, indiquant : « la Chine et la France conduiront des recherches de pointe conjointes sur les maladies infectieuses et émergentes, en s’appuyant sur le laboratoire P4 de Wuhan ». Le domaine médical et sanitaire constitue une partie très importante de la coopération bilatérale entre les deux pays.

Yuan Zhiming, membre du Comité national de la CCPPC et directeur du laboratoire P4 de Wuhan, a fait des études en France. Il a toujours fait preuve d’initiative dans la coopération médicale et sanitaire sino-française, précisant : « La coopération sino-française doit atteindre un niveau plus élevé et la Chine doit construire une communauté de destin pour la santé humanitaire à travers une coopération internationale. »

Le 10 mai 2015, l’équipe médicale chinoise arrive en Sierra Leone.

En raison des risques de contagion de la maladie d’Ebola, les médecins

portent des combinaisons de protection.

Quitter la Chine pour la première fois

Né dans la province du Hubei, Yuan Zhiming a été diplômé au Département biologique de l’université du Hubei, et s’est spécialisé à l’Institut Pasteur et au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) en France. Il a vécu les grands changements de la Chine depuis ces 40 ans de réforme et d’ouverture vers l’extérieur. « Prenant comme exemple la coopération internationale, la Chine a parcouru un long chemin. Cherchant activement des opportunités de coopération avec les autres pays, elle est devenue une puissance qui a le droit à la parole sur la scène internationale. »

Yuan Zhiming se souvient de sa participation à la 27e conférence internationale sur la pathologie des invertébrés en 1994 comme si c’était hier, « c’était ma première participation à une conférence internationale. Je me suis installé dans un dortoir de l’université de Montpellier. Bien que Montpellier ne soit qu’une petite ville française, je pouvais quand même y sentir clairement la modernité de la société occidentale. » À l’aéroport Charles-de-gaulle, il a été surpris d’utiliser le minitel qui représentait une technologie Internet beaucoup plus avancée que celle en Chine.

Ce qui est aussi resté gravé dans sa mémoire, ce sont les nouilles instantanées et les saucisses au jambon. « Faute d’argent, je mangeais tous les jours des nouilles instantanées et des saucisses au jambon que j’avais apportées de Chine, n’osant pas manger dans un restaurant. » En fait, les nouilles instantanées et les saucisses au jambon étaient l’alimentation de base de 90 % des scientifiques chinois quand ils participaient aux conférences internationales à l’étranger.

Vers une coopération équitable

D’après Yuan Zhiming, le gouvernement chinois a démarré à un moment stratégique la construction du laboratoire P4, en 2003, à cause du SARS. Il est allé en France en compagnie de Chen Zhu, ancien directeur adjoint de l’Académie des sciences de Chine, pour établir une coopération avec la France en matière de prévention et de contrôle des épidémies, mais aussi plus particulièrement pour la construction du laboratoire P4.

Selon les niveaux de contamination et de dangerosité, les laboratoires P4 bénéficient du plus haut niveau de protection et sont consacrés aux études des épidémies les plus dangereuses avec de grandes installations spécifiques, par exemple, le virus Ebola ne peut être examiné que dans un laboratoire P4.

Le lab P4 de Wuhan a été construit conjointement par l’Académie des sciences de Chine et la municipalité de Wuhan. En se référant aux standards internationaux sur la construction de laboratoires de biosécurité de haut niveau et aux normes chinoises dans ce domaine, et grâce à l’introduction de technologies et d’équipements du lab P4 de Lyon, la Chine a finalement achevé la conception du lab P4 de Wuhan avec l’aide de la France. C’est la plus importante coopération sino-française dans le secteur médical. « Lors de la coopération, le partenaire français nous a imposé de nombreuses limites, parce qu’il possédait des techniques plus avancées, et il a cherché à obtenir d’autres avantages de cette coopération », a indiqué M. Yuan. D’après lui, puisque la Chine se trouvait dans la position du demandeur, ce genre de problème était presque inévitable.

Mais depuis 2003, la Chine a connu un développement scientifique très rapide. Elle s’est hissée au premier rang mondial pour le nombre de thèses publiées et de brevets déposés. De grandes réalisations scientifiques et technologiques ont été accomplies, comme le module spatial Tiangong, le radiotélescope sphérique à ouverture unique Tianyan, le satellite de communication quantique Mozi et l’avion gros porteur. Le 31 janvier 2015, après dix ans d’efforts, la construction du lab P4 de Wuhan a été réalisée. C’est le premier laboratoire P4 en Asie. Depuis lors, la Chine est équipée de toutes les installations matérielles nécessaires pour étudier et utiliser les agents pathogènes forts. Au moment de la visite d’état du président français Emmanuel Macron en Chine en janvier 2018, le lab P4 de Wuhan est entré officiellement en service.

« En 2017, l’ancien premier ministre français Bernard Cazeneuve a visité le laboratoire P4 de Wuhan lors de sa visite en Chine. Il a déclaré que dans les cinq années suivantes, la France investirait chaque année un million d’euros pour soutenir les recherches des scientifiques chinois et français du lab P4. Cela signifie que la coopération sino-française est déjà devenue une coopération réciproque », a souligné Yuan Zhiming. Pour Yuan Zhiming, la Chine a connu beaucoup plus de changements que la France ces dernières années. Le visage des villes, le niveau de vie des Chinois et la capacité de la Chine en matière de contruction des infrastructures scientifiques et en matière de recherche scientifique témoignent d’une percée décisive.

Renforcer la coopération internationale dans le domaine médical

D’après Yuan Zhiming, les hauts dirigeants de la Chine et de la France ont souligné à maintes reprises que la coopération dans le domaine de l’épidémiologie était stratégique. « Actuellement, nous avons déjà fini la construction du lab P4 de Wuhan, destiné à jouer un rôle important dans la prévention et le contrôle des épidémies, et à apporter sa contribution non seulement à la Chine et la France, mais aussi à la sécurité mondiale en matière de santé publique », a expliqué le scientifique. Le point clé du fonctionnement efficace et sécuritaire du lab P4 de Wuhan est la transparence et l’ouverture.

Yuan Zhiming a souligné ensuite : « Avec l’explosion des épidémies SARS et Ebola, on peut constater que les épidémies impactent non seulement un pays, mais la sécurité sanitaire du monde entier. La lutte contre les épidémies n’a pas de frontière. Du fait de la mondialisation économique, les flux humains se sont accélérés, il est donc nécessaire d’inclure les mécanismes de coordination, de communication et de coopération sur la sécurité biologique dans notre coopération internationale, en particulier, dans le cadre de l’initiative‘‘La Ceinture et la Route’’. »

En tant que membre du Comité national de la CCPPC, Yuan Zhiming a fait quatre suggestions : premièrement, partager les expériences chinoises en matière de construction avec un système de contrôle de biosécurité avec les pays riverains de « la Ceinture et la Route », pour les aider à améliorer leurs politiques nationales sur la sécurité biologique ; deuxièmement, participer activement à la construction des infrastructures de biosécurité de ces pays, connaître parfaitement leur désir de coopération ainsi que leurs besoins en termes de laboratoires biologiques de haut niveau, et enfin construire conjointement de nouveaux laboratoires biologiques ; troisièmement, établir un système complet de formation du personnel, créer une bourse gouvernementale chinoise pour les pays riverains de « la Ceinture et la Route », en vue de former des leaders dans le domaine de la biosécurité, encourager les échanges entre les institutions académiques, les universités médicales et les organismes non gouvernementaux ; quatrièmement, approfondir la coopération internationale. Yuan Zhiming espère qu’à travers la coopération internationale dans le domaine sanitaire et médical, la Chine pourra construire avec les autres pays une communauté de destin pour la santé humanitaire.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号