XIXe Congrès du Parti communiste chinois| Reportages exclusifs

XIXe Congrès : vers la construction intégrale de la société de moyenne aisance

2017-10-24 10:00
Par Jacques Fourrier
 
 
Avec l'ouverture le 18 octobre du XIXe Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) démarre la phase décisive de la construction intégrale de la société de moyenne aisance, lun des objectifs dits des « Deux centenaires » pour la réalisation du « Rêve chinois ». Dans son discours d'ouverture devant les délégués du PCC, le président chinois Xi Jinping a d'ailleurs souligné que « sur la base de l'accomplissement de la construction d'une société de moyenne aisance en 2020, il fallait persévérer dans la voie du socialisme à la chinoise pour parvenir à la modernisation socialiste et à la renaissance de la nation chinoise ».

 

Durant les cinq prochaines années, la nouvelle équipe dirigeante chinoise va accroître ses initiatives pour lutter contre la pauvreté, ouvrir de nouvelles opportunités aux laissés-pour-compte du développement et consolider les résultats déjà obtenus afin réaliser la « construction intégrale de la société de moyenne aisance », le premier volet des « Quatre intégralités ».


Le président chinois Xi Jinping l'avait dit au début de son mandat en novembre 2012, à l'issue du XVIIIe Congrès : à l'horizon 2021, pour le centième anniversaire de la création du Parti communiste chinois, la Chine sera devenue une société modérément prospère (xiaokang). Pour cela, le Comité central du PCC - avec Xi Jinping comme noyau dirigeant - avait adopté une approche globale pour le développement économique, politique, culturel, social et écologique et promu les « Quatre intégralités », une stratégie en quatre volets destinée à créer une société modérément prospère à tous les niveaux, approfondir la réforme, faire avancer l'Etat de droit et renforcer la gouvernance du Parti.


Le xiaokang, des besoins de base aux revenus intermédiaires


 C'est fin 1979 que Deng Xiaoping mentionna la notion de xiaokang, une « petite prospérité » Il reprenait ainsi un concept traditionnel chinois, datant de la dynastie des Ming. En cette fin de XXe siècle, le xiaokang s'inscrivait dans le cadre des « Quatre modernisations » de la politique de réforme et d'ouverture. Cette modernisation aux caractéristiques chinoises avait pour but initial d'assurer à tous les Chinois la sécurité dans leurs besoins élémentaires.

 

Si la notion a évolué avec les transformations socioéconomiques rapides de la Chine au cours de presque 40 dernières années, elle est toujours restée un « objectif de lutte » au cœur de la stratégie du gouvernement et du PCC. Pour garantir que cet objectif sera atteint,  le XVIIIe Congrès avait d'ailleurs stipulé qu'en 2020, le PIB ainsi que le revenu moyen par habitant devront avoir doublé par rapport aux niveaux de 2010, montrant ainsi que «  le partage des fruits du développement s'est pleinement réalisé ».

 

Deux éléments doivent être soulignés dans cette stratégie qui se poursuivra après le XIXe Congrès. Tout d’abord, Xi Jinping a fait de la lutte ciblée contre la pauvreté un objectif prioritaire de son mandat en renforçant comme jamais auparavant les moyens tant humains que matériels et financiers pour tirer quelque 50 millions de pauvres de leur condition. C'est un objectif ambitieux pour lequel tous les pans de la société chinoise seront mobilisés avec obligation de résultat.

 

Ensuite, la couverture sociale de base de tous les Chinois a été assurée pour libérer la population des contraintes millénaires liées à la santé et la vieillesse. Elle s'accompagnera d'une garantie de services publics de base qui permettront à davantage de Chinois de réaliser leurs projets et de profiter des opportunités de développement plus sereinement.

 

La réforme, un élément indispensable pour parvenir au xiaokang

 

La réforme structurelle mise en place depuis fin 2012 a donné à la Chine les moyens de parvenir à cette moyenne aisance en tenant compte de la « nouvelle normalité » suite à l'atterrissage en douceur de son économie après trois décennies de croissance à deux chiffres.

 

Le relèvement d'ensemble du niveau de vie de la population s'accompagnera d'un développement socioéconomique sain et durable, plus stable, plus inclusif, plus respectueux de l'environnement et qui favorisera l'allocation optimale des ressources.

 

Deux aspects de la réforme structurelle retiennent l'attention pour cette phase décisive du XIXe Congrès. Tout d'abord, l'approfondissement de la réforme du côté de l'offre va stimuler davantage les forces vives de la nation en leur offrant les possibilités d'innover et de créer. Les nouvelles politiques en faveur de l'entreprenariat permettent déjà de lever la plupart des obstacles administratifs et institutionnels à la création d'entreprise. Ainsi, dans les zones défavorisées, l'accent sera mis sur le développement local durable avec des mesures d'encouragement dans les domaines de la protection de l'environnement, de l'agriculture biologique, du tourisme et du commerce en ligne. Dans les zones plus développées, la priorité sera donnée aux hautes technologies et aux industries du savoir et du bien-être.

 

Ensuite, l'urbanisation continue de la Chine va créer des conditions favorables à la fourniture de services et d'infrastructures de base de qualité au plus grand nombre. C'est pour les autorités chinoises une condition nécessaire pour parvenir à une moyenne aisance qui ne prend pas seulement en compte des critères macroéconomiques et de revenus, mais aussi des indices de qualité de vie : accès à l'éducation, aux soins, mais aussi critères environnementaux et de logement.

 

Xi Jinping l'avait déclaré lors de la 5ème session plénière du Comité central issu du XVIIIe Congrès, fin octobre 2015 : « L'étape décisive de la construction intégrale de la société de moyenne aisance n'est pas un nouveau cycle de travaux gigantesques et effectués à la hâte. Il faut dire non au mode de développement extensif et à la réalisation [des objectifs] à marche forcée. »

 

La société de moyenne aisance ne sera pas homogène, mais tiendra compte des disparités géographiques en les atténuant, notamment dans les régions du centre et de l'ouest de la Chine. Tirant profit des expériences du passé et prenant en compte les spécificités locales, le gouvernement chinois guidera et accompagnera les initiatives privées de manière rationnelle en privilégiant l'efficacité.

 

Source:french.china.org.cn