Accueil>Reportage spécial

L’innovation change l’avenir

2018-05-02 14:46:00 Source:La Chine au présent Author:ZHANG HUI, membre de la rédaction
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Le 1er août 2017, des visiteurs essaient les lunettes VR au Centre d’innovation

Yuquan de l’industrie du Big-Data à Hohhot.

Lors de la session parallèle « Mettre en œuvre l’intelligence artificielle » de la conférence annuelle du Forum de Boao pour l’Asie 2018, les invités ont mené des discussions animées autour de l’application actuelle, des perspectives et des problèmes qui accompagnent l’IA. En même temps, ils sont restés très attentifs à l’écran géant à droite de la tribune d’honneur, qui peut présenter en temps réel non seulement les paroles des intervenants, mais aussi faire une traduction instantanée du chinois vers l’anglais.

C’est la première fois que le Forum de Boao pour l’Asie collabore avec Tencent pour des services linguistiques et utilise une machine d’interprétation simultanée dotée de l’IA. Les participants peuvent également utiliser un mini programme de WeChat pour écouter, enregistrer et revoir les interventions dans les deux langues. Bien que la traduction et l’interprétation ne soient pas précises, la technique de l’IA surprend beaucoup.

« L’innovation » est l’un des quatre panels du forum dont les participants discutent avec des sujets axés sur : « le transport du futur », « la production du futur », « la communication du futur », « la chaîne de blocs » et « le nouveau commerce de détail », afin de trouver une voie de développement innovante pour le monde.

Comment l’IA change l’avenir

Au regard de l’application des nouvelles technologies, dont l’IA, dans la production industrielle et dans la vie quotidienne, de quoi le monde sera-t-il fait demain ?

D’après Liu Hualong, président du conseil d’administration du CRRC, le transport sur rail se développera vers l’écologie, l’efficacité, l’intelligence et l’harmonie. Le TGV chinois « Fuxing » est un excellent exemple pour illustrer un tel développement vert et intelligent soutenu par la technique. Sur l’ensemble d’un trajet, le TGV assure, dans tout le processus de ses opérations, l’auto-gestion, le management du cycle de vie et le contrôle à distance. De plus, Liu Hualong déclare que Shanghai a fait les premiers essais de conduite sans pilote pour le métro. « Le développement technique engendrera certainement une série de changements industriels, poursuit-il, les moyens de transport seront de plus en plus confortables, et le confort apportera aux gens de l’efficacité. »

WM Motor, fondé en 2015, est une entreprise de production dans les véhicules intelligents utilisant de nouvelles sources d’énergie. Elle a créé une plate-forme de passionnés afin de connecter directement ses clients qui peuvent créer directement leur véhicule idéal. Selon Shen Hui, fondateur de WM Motor, à l’avenir, le transport attachera de l’importance aux services qui lui sont liés. « Dans le futur, les véhicules seront un espace mobile, et non plus un moyen de transport. L’espace mobile est attentif aux échanges entre les hommes et l’efficacité dans l’espace, et à la connexion entre les infrastructures. Ainsi, le transport mettra l’accent sur les services dans l’espace mobile. »

Yasumi Kudo, président de Nippon Yusen Kabushiki Kaisha (NYK), utilise les pratiques de son entreprise pour souligner les influences positives sur le changement climatique des meilleures performances de l’efficacité énergétique. D’après lui, 30 % des émissions de CO2 sont causées par les bateaux. Ils sont ainsi l’un des facteurs principaux à l’origine du réchauffement de la planète. « Nous cherchons pour le moment le moyen de transport le plus économe en énergie pour réduire les rejets de CO2 et renforcer l’efficacité énergétique. Nous avons utilisé la dernière technique pour produire de nouveaux types de bateaux. Nous avons également employé la conduite automatique », ajoute Yasumi Kudo.

Cependant, l’application de l’IA et d’autres nouvelles techniques suscitent immanquablement des problèmes sociaux, par exemple, la réduction des emplois. Du point de vue d’Allan Gabor, membre permanent du comité du leadership mondial des matériels performants de Merck, les entreprises et le gouvernement doivent travailler ensemble pour aider les employés à changer de poste en leur donnant des formations. Pourtant, Rudolf Staudigl, PDG de Wacker Chemie AG, indique que l’application de l’IA a amélioré le processus et l’efficacité de la production, mais les entreprises ont également besoin d’employés bien formés pour contrôler les machines intelligentes et mieux rajuster le processus de la production.

Selon Dong Mingzhu, présidente du conseil d’administration de GREE, dans le domaine des appareils électroménagers, les clients ne demandent plus les fonctions des produits, mais plutôt leur commodité, « le changement le plus important que le Big Data apporte aux consommateurs est donc l’amélioration des services ». Elle précise que l’application du Big Data permet de découvrir et de résoudre les problèmes des produits plus rapidement afin de mieux maintenir la qualité des produits.

Mettre en œuvre l’intelligence artificielle

À l’aube de l’IA, du Big Data et du Cloud Computing, le noyau dur des transformations à venir semble être l’IA. Mais comment la mettre en œuvre et l’intégrer pleinement dans un usage commercial ? La question suscite beaucoup d’intérêt.

Au forum, Liu Qingfeng, président du conseil d’administration d’Iflytek, entreprise qui fait des recherches sur l’intelligence vocale et les techniques linguistiques et qui fournit des services d’informations vocales, déclare qu’au fur et à mesure de la mise en œuvre des algorithmes « Deep Learning » dans tous les domaines, toutes les industries utiliseront de plus en plus l’IA, à condition de protéger les secrets des utilisateurs. « Chacun pourrait avoir un assistant doté de l’IA. Au début, il pourrait vous aider à faire 10 % du travail, mais quelques années plus tard, il pourrait vous aider à en faire 50 %, en vous délivrant du plus lourd travail intellectuel. » Liu Qingfeng raconte encore également que l’IA est utilisée dans la correction du concours national d’entrée à l’université de Chine, et que le niveau de correction de la machine est même supérieur à celui d’un être humain, y compris la correction d’une dissertation. En outre, le Big Data est utilisé dans le système des tribunaux chinois, afin de favoriser l’exercice de la justice intelligente.

L’année dernière, une machine dotée de l’IA a réussi pour la première fois l’Examen national de qualification pour les médecins de Chine, démontrant qu’elle a le potentiel de devenir un médecin généraliste. D’ailleurs, Iflytek a officiellement collaboré avec l’Hôpital provincial de l’Anhui pour fonder le premier hôpital de l’IA en Chine, l’Hôpital intelligent provincial de l’Anhui, dans lequel sont utilisés le robot de triage médical, le système de diagnostic de l’imagerie médicale, le traitement électronique et vocal du dossier du malade, et la station mobile des soins médicaux sur la base du « cloud ». Liu Qingfeng confirme que des robots ont déjà la compétence du diagnostic. À l’Hôpital général de l’Armée populaire de Libération, à Beijing, les malades peuvent parler tout d’abord avec le robot avant de consulter un médecin. Ensuite, le robot transmet leur état de santé au médecin traitant pour que ce dernier puisse connaître par avance la santé des malades.

Par ailleurs, des plates-formes avec un accès aux techniques fondamentales de l’IA de tous les secteurs d’activité sont successivement apparues. Zhu Guang, vice-PDG de Baidu, informe ainsi que Baidu a donné accès à de nombreuses données pour 500 000 développeurs dans les techniques intelligentes : les données vocales, les images, les vidéos, et le traitement du langage naturel. « Dans cinq ou dix ans, chaque industrie pourra être étroitement liée à l’IA. Il y aura également de grandes plates-formes pour fournir de meilleurs outils et de meilleurs algorithmes aux entreprises, en les aidant à entreprendre des réformes dans ce domaine », reprend Zhu Guang. Pour le moment, Baidu établit une coopération avec les banques pour les aider à réaliser une transformation intelligente.

Néanmoins, l’émergence de l’IA causera-t-elle la disparition de certains emplois ? Les gens des différents secteurs ont des avis partagés. Par exemple, dans le cas de l’interprétation simultanée, Liu Deyin, PDG de Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC), pense qu’en raison de la différence du système linguistique et de la culture, la précision de la traduction par la machine laisse à désirer. Certes, au fur et à mesure du recueil du Big Data, le degré de précision s’améliorera progressivement. « Il n’y a pas de crainte à avoir quant à l’idée que l’IA puisse prendre votre place. En réalité, l’enjeu réside dans la façon dont les gens procèdent pour travailler ensemble avec l’IA pour mieux accomplir les tâches », explique Liu Deyin.

Hong Xiaowen, directeur de Microsoft Research (MSRA), croit que l’IA peut aider toutes les entreprises. « L’IA peut aider les entreprises à faire leurs transformations : premièrement, une transformation des produits et des services, de ‘‘Internet +’’ à ‘‘IA +’’ ; deuxièmement, réduire la distance entre les entreprises et les clients ; troisièmement, la gestion d’entreprise sera plus efficace », fait savoir Hong Xiaowen.

Apporter les bénéfices à l’humanité tout entière

Face aux avancées pratiques et au risque de conflit social que l’application des nouvelles techniques implique, les participants du forum ont exprimé leur point de vue.

Margaret Chan Fung Fu-chun, ancienne directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé, déclare : « Si l’IA ne peut pas donner de solutions pour résoudre les problèmes sociaux, son application ne peut pas être considérée comme une révolution technologique. » Elle souligne que dans la nouvelle révolution technologique, assurer les bénéfices des peuples de tous les pays est un point très important.

Selon Zhang Deqiang, expert en chef de Visionox, l’objectif final de toutes les technologies est de résoudre les problèmes sociaux délicats et de répondre aux demandes de l’Homme, par exemple, éradiquer les maladies, lutter contre la pauvreté, faciliter le transport, et accroître la productivité.

Les techniques et les sciences sont neutres. Pour réaliser des effets sociaux positifs, la société doit bien contrôler l’application des technologies, ce qui constitue un grand défi. D’après Francis Gurry, directeur général de l’Organisation mondiale de la Propriété intellectuelle, « d’une part, beaucoup de nouvelles technologies sont développées dans le monde, elles ont donc une influence mondiale ; d’autre part, le contrôle des technologies au niveau national est plus efficace que celui au niveau international, la communauté internationale doit donc réfléchir sur comment contrôler et utiliser les technologies et les informations ».

Aux yeux de Yossi Vardi, investisseur d’ICQ, le monde a besoin de mesures inclusives, pour que toutes les classes sociales puissent participer. « Aujourd’hui, certaines classes sociales sont peut-être marginalisées, elles ne peuvent pas obtenir les ressources nécessaires. Mais cette situation ne peut plus continuer. Il faut des solutions inclusives pour résoudre ce problème. »

À l’âge du Big Data, la sécurité des données est également un sujet brûlant pour les participants du forum. Cheng Shouzong, président administratif du conseil d’administration de BlackBerry, déclare qu’à l’âge du Big Data, l’important est de détenir les données. « Si les individus détiennent les données, le gouvernement a-t-il le droit d’entrer dans le système des données ? Et les entreprises ? Ces questions concernent toutes les personnes ici présentes. »

Zhang Yaqin, PDG de Baidu, remarque que le processus pour développer les technologies et rendre des services aux utilisateurs produit un grand nombre de données. « Dans ce cas, tous les employés chez Baidu assument une responsabilité très importante : défendre les secrets des utilisateurs et assurer la sécurité des données. »

Malgré toutes sortes de préoccupations, nous ne pouvons pas nier que l’IA et les nouvelles technologies sont déjà entrées dans tous les domaines de la production industrielle et de la vie quotidienne. Selon un rapport de PWC, publié en juin 2017 au cours du Forum de Davos à Dalian, grâce à l’IA, le PIB mondial augmentera de 14 % en 2030, cela signifie que jusqu’en 2030, l’IA contribuera pour 15 700 milliards de dollars dans l’économie mondiale. Par ailleurs, la Chine et l’Amérique du Nord seraient les plus grandes bénéficiaires de l’IA, en obtenant des bénéfices totaux qui équivaudraient à 10 700 milliards de dollars, représentant environ 70 % de la croissance économique mondiale.

En juillet 2017, la Chine a publié le Programme de développement de la nouvelle génération de l’IA, selon lequel, en 2030, la Chine sera l’un des centres principaux d’innovation de l’IA dans le monde. En outre, les valeurs des industries clés de l’IA dépasseront 1 000 milliards de yuans, et les valeurs des industries relatives à l’IA seront supérieures à 10 000 milliards de yuans.

Lors de la Global AI Exhibition, qui s’est tenue à la fin du mois de mars à Beijing, beaucoup d’entreprises chinoises participantes ont manifesté leur confiance dans le développement de l’industrie de l’IA et leur désir d’établir des coopérations avec les entreprises étrangères. « Nous souhaitons vraiment que les entreprises automobiles chinoises puissent faire une percée décisive dans le domaine de la conduite sans pilote, et établir des coopérations avec des entreprises et des experts étrangers en la matière », confie Liu Jinglin, directeur du département de planification stratégique de nouveaux projets du groupe Geely. Son aspiration représente également le souhait de beaucoup d’entreprises chinoises dans ce domaine. Seule la coopération pourra permettre aux nouvelles technologies de servir l’humanité.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号