Accueil>Reportage spécial

L’esprit pacifique de la Chine au service des échanges économiques

2018-04-28 11:37:00 Source:La Chine au présent Author:HU YUE, membre de la rédaction
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Le 11 avril 2018, l’ancien premier ministre français, M. Jean-Pierre Raffarin, rencontre des journalistes chinois et étrangers à l’ambassade de France en Chine à Beijing.

Le Forum de Boao pour l’Asie 2018 s’est terminé le 11 avril. Le soir même, M. Jean-Pierre Raffarin, ex-premier ministre français, a rencontré des journalistes chinois et étrangers à Beijing à l’ambassade de France en Chine. Il a partagé ses expériences sur sa participation au Forum de Boao, et présenté l’attractivité de l’économie française, dans le but de promouvoir la coopération économique et commerciale entre les deux pays.

« Le développement pacifique a besoin de leadership »

Le président chinois Xi Jinping a rencontré le 11 avril les membres sortants et les prochains membres du Conseil d’administration du Forum de Boao pour l’Asie dans la province insulaire de Hainan. M. Jean-Pierre Raffarin, en sa qualité de membre du Conseil d’administration du Forum de Boao, y a participé. Le jour précédent, M. Raffarin a écouté le discours prononcé par M. Xi Jinping lors de la cérémonie d’ouverture de la conférence annuelle du Forum. M. Raffarin a indiqué : « J’ai écouté avec beaucoup d’attention le discours du président Xi Jinping, et j’ai eu une rencontre avec lui ce matin, qui m’a fait comprendre en particulier les orientations de la Chine. » Il a poursuivi : « Le président chinois a annoncé hier des réformes importantes en ce qui concerne l’accès au marché, la réforme des secteurs de la finance et de l’assurance, mais aussi des évolutions pour faciliter les échanges commerciaux dans le secteur de l’automobile, renforcer la protection de la propriété intellectuelle et accroître les importations en général. De plus, le président Xi Jinping a mentionné la prochaine exposition internationale de Shanghai consacrée au commerce avec les pays étrangers. Tout ceci est favorable à la coopération entre la France et la Chine. »

Selon M. Raffarin, le discours du président Xi Jinping est clairement orienté vers la coopération internationale, et vers une vision commune et ambitieuse pour défendre un esprit pacifique. « Il a insisté à plusieurs reprises sur la nécessité d’un monde plus inclusif, d’un monde qui rejette les égoïsmes. » Il a apprécié l’annonce de la nouvelle réforme et de la nouvelle ouverture, salué les performances enregistrées par la politique de réforme et d’ouverture depuis ces 40 dernières années en Chine.

« J’ai vraiment apprécié l’orientation pacifique de la Chine, et je crois que le monde en a vraiment besoin aujourd’hui. » Jean-Pierre Raffarin a cité une phrase du président Xi Jinping prononcée lors de leur rencontre du 11 avril : « On ne doit pas à tout instant montrer ses muscles ou ses poings. » Selon M. Raffarin, les peuples aspirent au développement, et la paix est indispensable au développement. Il a déclaré : « C’est un sujet sur lequel on peut voir un rapprochement entre le président Macron et le président Xi Jinping. La paix a besoin de leadership. »

« Nous ne devons pas rester à l’écart de cette grande table »

S’exprimant sur la coopération internationale entre les deux pays, M. Raffarin a dit que la France espère une coopération avec la Chine dans le cadre d’initiatives internationales, comme l’initiative « la Ceinture et la Route ». Le président français a dit que cette initiative est un projet à la dimension internationale pour la croissance, pour le développement des pays traversés, et pour l’Union européenne. » À cet égard, la France va engager un travail pour proposer une table ronde autour de ce grand projet et participer à la mise en œuvre de l’initiative « la Ceinture et la Route ».

M. Raffarin a dit qu’il est normal, parfois, qu’un grand projet puisse susciter des inquiétudes. Selon lui, l’Europe ne souhaite pas être divisée sur le projet initié par la Chine, et d’ailleurs un texte est en préparation pour décider une position commune sur ce sujet. Jean-Pierre Raffarin a cité cette phrase du président Xi Jinping lors de leur rencontre du 11 avril : « Il n’y a pas de calcul sous la table, ce n’est pas le plan Marshall. » Par ailleurs, M. Raffarin a dit : « il faut donc faire confiance. Nous ne devons pas rester à l’écart de cette grande table, au contraire il faut que nous soyons engagés dans la perspective du projet chinois. » Selon lui, avec le dialogue entre les deux pays, plus d’entreprises françaises pourront participer à cette initiative, d’autant plus que ces projets sont favorables non seulement à l’Union européenne, mais aussi aux pays asiatiques.

Cette visite en Chine de M. Raffarin avait deux objectifs. D’un côté la participation au Forum de Boao, de l’autre, sur la demande du gouvernement français, présenter à la Chine l’attractivité de l’économie française, promouvoir les échanges et la coopération commerciale, et discuter avec les départements gouvernementaux chinois de la coopération concernant l’initiative « la Ceinture et la Route » entre les deux pays.

« Vous le savez tous, nos relations politiques sont d’une très bonne qualité, notamment la relation personnelle qui s’est établie au cours de la rencontre de janvier 2018 entre le président Xi et le président Macron. Ces relations sont sur le plan politique, particulièrement stratégique. Mais souvent, nos relations économiques n’ont pas le même niveau de réussite que nos relations politiques. » M. Raffarin a souligné : « Les deux pays ont besoin de plus de coopération stratégique dans l’économie. »

 

« L’IA est un domaine commun et stratégique pour nos deux pays »

Pendant la séance de questions et réponses, la journaliste de La Chine au présent a interrogé M. Raffarin sur le projet français du développement de l’intelligence artificielle dévoilé à la fin du mois de mars par le président Macron et sur la coopération sino-française dans le domaine de l’intelligence artificielle.

M. Raffarin a indiqué : « L’intelligence artificielle est en fait un domaine commun et stratégique pour le développement de nos deux pays. Les deux dirigeants ont mis l’innovation au cœur de leurs politiques, c’est vraiment un axe stratégique qui est d’ailleurs mentionné dans la déclaration commune des deux pays. » À l’avenir, il y aura un grand espace de coopération entre les deux pays dans l’intelligence artificielle.

M. Raffarin a déclaré que le gouvernement français investira 1,5 milliard d’euros pour soutenir la recherche et tous types de projets en relation avec l’intelligence artificielle, ce qui reflète l’importance de l’IA dans la stratégie de la France. Il a rappelé : « La France est un pays romantique, c’est aussi un pays d’ingénieurs. Il y a plus de 5 000 savants qui travaillent déjà sur le sujet en France, et nous avons déjà de multiples coopérations concernant les ingénieurs et les formations d’avenir entre nos deux pays. »

Sur la possibilité de coopération dans le domaine de l’IA entre la Chine et la France, M. Jean-Maurice Ripert, ambassadeur de France en Chine, a déclaré : « La France est un grand pays de l’innovation et de la recherche scientifique, et l’intelligence artificielle est un domaine de préoccupation commun entre nos deux pays. Je crois que nous avons devant nous de bonnes perspectives de coopération dans ce domaine. »

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号