Accueil>Galerie

La Chine et l'Europe durant la réforme et l'ouverture, une histoire d’inspiration mutuelle

2018-07-06 15:16:00 Source:French.china.org.cn Author:
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

 

Werner Gerich analyse les problèmes des moteurs diesel avec des techniciens. [Photo fournie au China Daily]

 

La rue Hanzheng a un côté sentimental pour Bernd Gerich, car une belle histoire sino-allemande y est liée.

Cette rue située dans la ville de Wuhan en Chine centrale est connue pour son marché de gros. Un buste en bronze représentant Werner Gerich, le père de Bernd, qui a aujourd’hui 71 ans, s’y dresse fièrement.

Werner Gerich a été l'un des premiers étrangers à venir travailler en Chine après l’avènement de l’ère de réforme et d’ouverture du pays il y a quatre décennies.

Il avait été envoyé à Wuhan par le Service des experts seniors de la ville allemande de Bonn, une organisation de volontariat réunissant des personnes retraitées ou en disponibilité. Il allait travailler comme consultant en assemblage et contrôle de qualité dans une usine de moteurs diesel.

 

 

Werner Gerich analyse les problèmes des moteurs diesel avec des techniciens.

 

C'était en 1984, Werner Gerich avait alors 65 ans. Pendant son séjour à Wuhan, il est devenu directeur de l’usine, une promotion rare. Au cours de ses deux années à ce poste, il a fait renaître l'usine délabrée, en mettant en œuvre ses propres réformes qui ont transformé les lieux et en améliorant considérablement les produits qui en sortaient. Ces efforts lui ont valu le surnom admiratif « M. Qualité ».

En 2005, le gouvernement local a érigé un buste de Werner Gerich à Wuhan.

Dans les années 1980, placer une usine étatique entre les mains d'un étranger était rarissime. Bernd Gerich a une explication à cela. Selon lui, cela montre le formidable courage de la réforme en cours en Chine et il est fier que son père ait participé à ce processus.

 

 

M. Gerich étudie un dessin technique avec un ingénieur.

 

Une inspiration venue d'Europe 

Depuis le début du processus de transformation de la Chine en économie de marché, ses interactions avec le reste du monde se sont développées. Des experts européens y sont venus pour participer à la transformation, tandis que des Chinois se sont rendus à l'étranger pour acquérir de nouvelles connaissances et une inspiration qu’ils ont utilisées pour construire la nation.

Au début des années 1980, un groupe de techniciens chinois est allé travailler sur des plateformes pétrolières en mer du Nord. Jiang Xinsong, alors directeur de l'Institut d'automatisation de Shenyang relevant de l'Académie chinoise des sciences, était l'un d'entre eux. Il se souvient de son étonnement lorsqu’il a découvert les robots utilisés dans les opérations de plongée offshore.

Aujourd'hui, les progrès faits par la Chine sont tout aussi extraordinaires. Le pays a établi un nouveau record dans le domaine des explorations de plongée, grâce au rôle leader de l'Institut d'automatisation de Shenyang, et dispose d'une formidable gamme de submersibles habités et sans pilote.

Le sous-marin chinois Jiaolong, dont le nom fait référence à un dragon mythique, est celui qui peut atteindre les plus grandes profondeurs parmi ses contemporains, tandis que la série sans pilote Qianlong a été développée en Chine pour une meilleure exploration des ressources en haute mer.

 

 

Le buste en bronze de Werner Gerich dans la rue Hanzheng.

 

Le facteur chinois 

La réforme et l'ouverture ont eu un effet d'entraînement. Jusqu’en Europe, les entreprises bénéficient de son élan, et celles qui ont commencé à travailler avec la Chine en pionnières ont récolté de riches dividendes.

BMW Brilliance Automotive, une coentreprise entre le groupe BMW et son partenaire chinois, a été fondée en Chine du Nord-Est il y a quinze ans. Aujourd'hui, c'est la plus grande base de fabrication de BMW hors d'Allemagne, avec une production annuelle de plus de deux millions de véhicules.

La clé du succès a été la stratégie de localisation de BMW, affirme Johann Wieland, PDG de BMW Brilliance Automotive.

Airbus est également profondément ancré en Chine. La ville septentrionale de Tianjin abrite une ligne d'assemblage final, la première du groupe en dehors de l'Europe, ainsi qu'un centre de livraison d’avions Airbus A330.

Au début de l’année 2018, Tianjin avait déjà assuré la livraison de 354 avions A320, et le groupe européen s'est engagé à augmenter la production de ce modèle sur place.

Nokia a aussi été l’une des entreprises pionnières en faisant le choix de construire une base en Chine. La société finlandaise compte environ 20 000 employés en Chine, dont 50 % en recherche et développement.

Nokia envoie maintenant ses produits de la Chine vers le reste du monde, et est l'un des plus grands exportateurs de technologie de Chine, a déclaré son président Risto Siilasmaa.

 

 

Les autorités de Wuhan ont fait de Gerich un citoyen honoraire de la ville en avril 1985.

 

Des avantages mutuels 

Les chemins de fer sont l'un des meilleurs exemples des bénéfices mutuels entre la Chine et l’Europe. Le réseau ferroviaire Chine-Europe relie 43 villes chinoises à 41 villes européennes dans treize pays. Au cours des trois premiers mois de l’année, le nombre de trajets de fret a augmenté de 75 % en glissement annuel, selon les chiffres de China Railway Corporation.

Cette année, un train a parcouru plus de 9 800 km pour aller de la ville de Chengdu, dans le sud-ouest de la Chine, à Vienne. Cette réussite a été saluée par Margarete Schrambock, ministre autrichienne des Affaires numériques et économiques, qui a déclaré que l'Autriche avait hâte d'envoyer ses marchandises en Chine grâce au réseau ferroviaire.

Chypre est un autre bénéficiaire de l'ouverture. Dinos Florides, président de l’Association d’amitié sino-chypriote, donne en exemple l'investissement chinois dans la compagnie aérienne chypriote Cobalt Air et la fourniture par le géant chinois Huawei d’équipements et de services aux sociétés de télécommunications de Chypre.

L'année dernière, les échanges entre la Chine et l'UE ont atteint 616,9 milliards de dollars, soit une hausse annuelle de 12,7 %, ce qui témoigne de l'approfondissement de leurs liens.

 

 

Werner Gerich s'entretient avec les employés de Wuhan Diesel Engine Factory.

 

 

M. Gerich donne des conseils et apporte son aide aux ouvriers.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号