Accueil>Galerie

L’ancien canal : un exemple de proposition de la CCPPC

2018-03-03 19:01:00 Source:La Chine au présent Author:SUN CHAO, membre de la rédaction
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Le 5 janvier 2018, après des chutes de neige, le paysage du Grand Canal
à Huai’an dans le Jiangsu est recouvert de blanc.

 

 

Le Grand Canal de Chine, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2014, s’étend de Beijing à Hangzhou. Il est non seulement le plus long canal du monde mais également le plus ancien, et c’est un couloir stratégique pour les travaux de détournement des eaux du Sud vers le Nord de la Chine. Mais comment protéger et exploiter les ressources du Grand Canal avec des normes de protection plus élevées et des mesures plus efficaces ? Voilà un grand sujet d’actualité en Chine.

En février 2017, le secrétaire général Xi Jinping du PCC a indiqué, lors de son inspection dans l’arrondissement Tongzhou, subdivision de la municipalité de Beijing, qu’il fallait mettre en valeur les ressources culturelles du Grand Canal, et que les régions le long du canal étaient collectivement responsables de la protection de son environnement.

« J’ai proposé d’établir une stratégie nationale de développement de la ceinture économique du Grand Canal. La zone sur laquelle s’étend le canal traverse la Chine du nord au sud et relie le delta du Changjiang (Yangtsé) à la ceinture économique Beijing-Tianjin-Hebei, c’est donc une zone géographique importante », a déclaré M. Hu Gang, membre du Comité national de la CCPPC (Conférence consultative politique du peuple chinois), président de la commission du Jiangsu de la Ligue démocratique de Chine, et président de l’Université de médecine et de pharmacie traditionnelles chinoises de Nanjing. Une proposition qu’il a lancée à l’occasion des deux sessions annuelles de l’APN et de la CCPPC en mars 2017.

Du 20 au 26 avril 2017, M. Wang Jiarui, vice-président de la CCPPC, à la tête d’un groupe de recherches de la Commission de propositions de la CCPPC, a effectué un voyage d’étude dans le Jiangsu et le Shandong afin d’étudier la possibilité d’établir une stratégie nationale de développement de la ceinture économique du Grand Canal.

Le Groupe a parcouru le Grand Canal, les nouvelles zones ainsi que les anciennes routes, et s’est également arrêté dans les ports, sur les quais, dans les zones humides, et dans les musées. Au cours de leur déplacement dans la région, et à l’occasion de plusieurs conférences, les membres du groupe ont eu l’occasion d’échanger avec des représentants du gouvernement local, avec des entreprises et avec les habitants locaux, ce qui leur a permis de recueillir un maximum de conseils et de propositions concernant le développement du Grand Canal.

 

L’importance de la supervision

« Je suis né et ai grandi au bord du Grand Canal, ce canal m’a nourri. » Le 20 avril 2017, pendant la discussion menée par la Commission de propositions de la CCPPC, Hu Gang a exprimé sa joie de voir sa proposition retenue parmi les propositions importantes.

Le lancement de la proposition est la première étape des travaux menés par la CCPPC. Une bonne proposition peut aider le PCC et le gouvernement à résoudre des problèmes importants qui touchent le développement social et économique ou le quotidien de la population. Ensuite, c’est la supervision qui garantit la mise en œuvre de la proposition. En mars 2017, après la 5e session du XIIe Comité national de la CCPPC, 41 propositions sur un total de 4 156 ont été sélectionnées pour être supervisées. La proposition de « l’établissement d’une stratégie nationale de développement de la ceinture économique du Grand Canal » en faisait partie.

En fait, avant de se rendre sur place, la commission de propositions de la CCPPC avait bien préparé son déplacement. Elle avait pris contact avec le gouvernement de la province du Jiangsu et du Shandong, notamment avec les autorités compétentes, à savoir la Commission nationale du développement et de la réforme, le ministère de la Protection de l’Environnement, le ministère du Logement et de la Construction urbaine et rurale, le ministère des Transports et Communications, le ministère des Ressources en Eau, le ministère de la Culture, l’Administration nationale du Tourisme et le Bureau national des antiquités, ainsi qu’avec certains membres de la CCPPC.

 

Les recherches sur le terrain

Pour faire des recherches, Hu Gang est rentré dans son village natal situé dans le district de Siyang de la province du Jiangsu. À cinq heures du matin, il est allé marcher pendant une heure le long du canal. Il a déclaré : « J’ai admiré l’eau claire, le beau paysage du lever de soleil et l’agitation sur les quais. Le Grand Canal a beaucoup changé depuis mon enfance. J’espère qu’il continuera de se développer. »

En 2016, Su Guocui, membre du Comité national de la CCPPC et directeur adjoint du comité d’experts de l’Institut des sciences de l’eau du ministère des transports et Communications, a longé le canal en voiture. Il a expliqué : « La Ceinture économique de la Route de la Soie et la Ceinture économique du Yangtsé ont dynamisé le développement des régions qu’elles traversent, mais ces deux ceintures relient l’est à l’ouest. On manque toujours d’une ceinture économique soutenue par une stratégie nationale qui relierait le nord au sud. C’est la raison pour laquelle, la ceinture économique du Grand Canal a un rôle très important à jouer. Elle peut relier des grandes villes et des zones économiques. » Selon Su Guocui, la région au nord du fleuve Jaune a toujours souffert de sécheresses. Bien que les travaux de détournement des eaux du Sud vers le Nord aient permis au Grand Canal de fonctionner de nouveau, il existe encore beaucoup d’incertitudes. Il est donc très important de faire des recherches et d’étudier en profondeur la possibilité de réhabiliter la partie nord du Grand Canal.

« À l’heure actuelle, bien que la lutte contre la pollution sur le Grand Canal donne des résultats plutôt positifs, il existe toujours une contradiction entre, d’un côté, la protection de l’environnement et du patrimoine culturel, et de l’autre, le développement économique et industriel. » Li Jincheng, membre du Comité national de la CCPPC et ancien vice-directeur du Bureau de la Commission de la construction des travaux de détournement des eaux du Sud vers le Nord du Conseil des affaires d’Etat, a déclaré : « La portion Beijing-Tianjin-Hebei du Grand Canal a connu des coupures répétitives. Par ailleurs, le transport en bateau a des conséquences sur la qualité de l’eau. »

Zhang Tinghao, membre du Comité national de la CCPPC et ancien directeur de l’Institut du patrimoine cultuel chinois, a affirmé : « En 2014, le Grand Canal de Chine a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cela témoigne de la valeur du Grand Canal et encourage en même temps le gouvernement chinois à veiller à la protection du patrimoine. L’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO implique d’instaurer des lois et des mesures efficaces et strictes pour la protection et l’exploitation du canal. » Il a donc proposé de coordonner les départements et les régions afin de définir ensemble et de mettre en place le plus vite possible un « règlement de la protection du Grand Canal ».

Selon Gan Yisheng, vice-président de la Commission de propositions de la CCPPC, l’établissement de la stratégie nationale de développement de la ceinture économique du Grand Canal est une mesure importante pour l’économie chinoise, il est donc nécessaire de faire des recherches afin de prendre une décision raisonnable. Il a expliqué : « Grâce aux recherches, nous avons mieux compris la situation économique, culturelle et écologique du Grand Canal, et nous avons minutieusement étudié sa protection et son exploitation afin de pouvoir apporter de nombreux conseils pratiques pour la mise en œuvre de la proposition. »

 

Fournir une base solide pour orienter la décision

« La protection et l’exploitation du Grand Canal constituent un vaste programme qui soulève toute une série de questions comme la coordination régionale, les travaux de détournement des eaux du Sud vers le Nord, les travaux hydrauliques, le transport fluvial, la protection de l’environnement, le développement durable, et la planification de l’industrie. Or pour l’instant, nous manquons toujours d’un mécanisme de protection et d’exploitation développé. Il est donc nécessaire de travailler sur un plan conçu par les organes de haut niveau », a expliqué Fang Laiying, membre du Comité national de la CCPPC et présidente de la Commission municipale de la santé et de la planification familiale de Beijing.

Le but de la consultation des propositions est de favoriser la communication, mais il n’est pas nécessaire d’arriver à un consensus après la consultation. La communication des opinions, des informations et des explications permet d’orienter les recherches sur des questions importantes et de réaliser des plans prospectifs.

« Le Grand Canal a une valeur économique évidente, mais il a également une valeur culturelle et écologique, il faut donc synchroniser ces différents domaines », a commenté Wang Jiarui. « La proposition d’établir une stratégie nationale de développement de la ceinture économique du Grand Canal doit être davantage examinée. Il faut prendre en compte toutes les opinions et tous les conseils », a-t-il ajouté.

Bien que le plan au niveau national ne soit pas encore élaboré, les départements concernés se sont tous engagés dans ce travail. En juin 2017, le Bureau national des antiquités a annoncé que la CCPPC avait déjà lancé des recherches sur la proposition d’établir une stratégie nationale de développement de la ceinture économique du Grand Canal, et le Bureau garde sa porte toujours ouverte aux autres départements pour échanger autour de la mise en pratique de cette proposition.

En juillet 2017, Cai Qi, secrétaire du comité du Parti de Beijing, a indiqué que la partie du Grand Canal gérée par Beijing possédait mille ans d’histoire et couvrait six arrondissements de Beijing. Elle joue donc un rôle important dans le développement de cette métropole et permet de témoigner de l’évolution de cette ville historique. La réhabilitation de ce canal est donc un événement important pour la conservation de l’héritage de la civilisation chinoise. En tant que centre de la civilisation chinoise, Beijing doit contribuer à ce travail et jouer un rôle exemplaire.

C’est en 2012, au cours du XVIIIe Congrès du PCC, que le concept de la consultation des propositions a été avancé pour la première fois afin de renforcer le poids de la consultation démocratique en Chine. Au-delà de ça, la consultation des propositions permet de prendre des décisions qui s’appuient sur des observations scientifiques et théoriques.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号