Accueil>Opinions

La réduction de la pauvreté : une promesse de la Chine

2018-10-31 15:34:00 Source:La Chine au présent Author:HUANG CHENGWEI
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
法语词典
Le 11 octobre 2018, dans le district de Pingyi (province du Shandong),
les paysans étalent le maïs pour le faire sécher.
 
 
HUANG CHENGWEI*

 

La réduction de la pauvreté est l’objectif commun du développement de l’humanité, mais aussi le défi commun auquel est confronté le développement du monde contemporain. Le parti communiste chinois (PCC) et le gouvernement chinois attachent, avec constance, une grande importance à la lutte contre la pauvreté et considèrent toujours que « rendre service au peuple » et « permettre au peuple de mener une vie heureuse » constituent le point de départ et l’objectif final de leur travail. Ils ont réussi à trouver une nouvelle voie à la chinoise consistant à réduire la pauvreté.

 

Les résultats fructueux de la lutte contre la pauvreté pendant 40 ans

 

Au moment de la fondation de la Chine nouvelle en 1949, les régions rurales de toute la Chine, se trouvaient dans la pauvreté. La lutte contre ce fléau était devenue prioritaire et un sujet de préoccupations du PCC et du gouvernement dans l’élaboration des politiques. En distribuant des terres aux paysans, en améliorant les infrastructures, l’enseignement élémentaire et les soins médicaux fondamentaux en milieu rural, le pays a mis en place le système de protection sociale basé sur une économie collective rurale et un réseau de diffusion des techniques agricoles. La pauvreté des habitants ruraux a nettement été réduite et la vie de ceux-ci s’est améliorée. Pourtant, selon le seuil de pauvreté actuel élaboré par le gouvernement chinois, en 1978, le milieu rural comptait encore 770 millions de personnes pauvres et le taux de pauvreté s’élevait à 97,5 %.

 

Depuis la réforme et l’ouverture, la réduction de la pauvreté a obtenu des résultats remarquables en Chine, la Chine apportant des solutions et une contribution notable à la lutte contre la pauvreté mondiale.

 

En 1978, la Chine a lancé la politique de réforme et d’ouverture. Le pays a fait de la construction économique sa tâche prioritaire et a entrepris le passage de l’économie planifiée à l’économie de marché, et de la société agricole traditionnelle à la société industrielle et moderne, tout en insistant sur la réduction de la pauvreté à travers le développement. Depuis le milieu des années 1980, la Chine a élaboré d’importants plans de réduction de la pauvreté et les a surtout mis en œuvre. Elle a successivement appliqué le Plan septennal pour faire sortir de la pauvreté 80 millions d’habitants ruraux (1994-2000), le Programme de développement pour la réduction de la pauvreté dans les régions rurales (2001-2010), ainsi que le Programme de développement pour la réduction de la pauvreté dans les régions rurales (2011-2020). En 2012, le Congrès du PCC a lancé l’objectif de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance en 2020. La 5e session plénière du XVIIIe Comité central du PCC tenue en 2015 a confirmé cet objectif et a indiqué que d’ici 2020, toutes les populations rurales démunies et tous les districts pauvres, définis selon les critères en vigueur dans notre pays, devront sortir de la pauvreté. Dans ce cadre, la Chine fait de l’assistance ciblée aux démunis la ligne fondamentale à suivre. La lutte contre la pauvreté a fait des progrès décisifs : les revenus des habitants ruraux augmentent sans cesse ; leur niveau de vie s’améliore ; le nombre de personnes vivant dans la pauvreté baisse de manière considérable. La plupart des régions rurales sont sorties de la pauvreté absolue.

 

Selon le niveau de pauvreté élaboré par la Banque mondiale (une personne vit avec un revenu de 1,9 dollar par jour) et ses données, le nombre des Chinois vivant dans la pauvreté est passé de 878 millions en 1981 à 25,11 millions fin 2013. En clair, 853 millions de personnes sont sorties de la pauvreté, soit plus de 70 % à l’échelle du monde entier. Le taux de pauvreté qui était de 88,3 % fin 1981 a chuté à 1,9 % fin 2013. La baisse totale a été de 86,4 points, soit une baisse annuelle de 2,7 points. Dans le même temps, le taux de pauvreté dans le monde est passé de 42,3 % à 10,9 %. Dans le monde, la baisse cumulative a été de 31,4 points et la baisse moyenne annuelle a été d’un point environ mais en Chine elle a été plus élevée, faisant que son taux de pauvreté reste beaucoup moins élevé que le niveau mondial. La Chine est le premier pays en développement à avoir atteint son objectif de la réduction de la pauvreté, l’un des objectifs millénaires de développement de l’ONU, apportant une grande contribution à la cause de la réduction de la pauvreté du monde.

 

Depuis le XVIIIe Congrès du PCC, la Chine a mobilisé toutes les forces du Parti, du pays et de la société pour lutter contre la pauvreté en réalisant des résultats remarquables. Selon les critères actuels de la pauvreté, de 2013 à 2017, 16,5 millions, 12,32 millions, 14,42 millions, 12,4 millions et 12,89 millions de personnes sont respectivement sorties de la pauvreté chaque année. Ce chiffre a dépassé à chaque fois la barre des 10 millions, une performance remarquable et inégalée dans le passé. Autrefois, une fois le nouveau seuil de la pauvreté fixé, le nombre de personnes qui sortaient de la pauvreté diminuait d’année en année. Ces cinq dernières années, 68,53 millions de personnes ont laissé la pauvreté derrière eux comme un mauvais souvenir en milieu rural ; le taux de pauvreté est passé de 10,2 % en 2012 à 3,1 % en 2017, et le pourcentage reste même inférieur à 3 % dans 17 provinces.

 

Travailler la main dans la main pour  éradiquer la pauvreté dans le monde

 

Dès le début des années 2000, le monde s’est heurté au problème de la pauvreté, un sujet primordial du développement social. En septembre 2015, les 193 États membres de l’ONU ont adopté le programme de développement durable à l’horizon 2030, qui est entré en vigueur le 1er janvier 2016. C’est un appel à l’action à tous les pays pour atteindre les 17 objectifs du développement durable dans les 15 ans à venir. Le premier objectif du programme de développement durable à l’horizon 2030 est d’éradiquer l’extrême pauvreté sous toutes ses formes. Selon le rapport de la Banque mondiale, la proportion des personnes démunies dans la population mondiale est inférieure à 9,6 % par rapport au nouveau niveau de pauvreté (un revenu en dessous de 1,9 dollar par personne par jour). Cependant, l’élimination de l’extrême pauvreté avant 2030 demanderait à tous les pays d’y attacher une grande importance, d’accroître les investissements, d’adopter des mesures plus efficaces et d’ouvrir des coopérations.

 

La gouvernance mondiale est confrontée aux multiples défis de la lutte contre la pauvreté. Les résultats du développement ne peuvent pas bénéficier aux habitants dans nombre de pays car la reprise économique y est faible et la lutte contre la pauvreté manque d’une vision globale. Les expériences de la Chine dans la lutte contre la pauvreté devraient inspirer la gouvernance mondiale puisqu’elles ont été éprouvées par la pratique.

 

Premièrement, il faut éliminer la pauvreté sur tous les plans par l’application des politiques qui s’attaquent à la complexité et à la dureté du problème. La lutte contre la pauvreté s’avère complexe et ardue dans tous les pays en voie de développement. Les organes chargés de lutter contre la pauvreté mettent en œuvre des politiques différentes en fonction des différents besoins des démunis et adoptent donc des mesures plus ciblées. Ils adaptent les ressources aux demandes des personnes qui ont besoin d’aide.

 

Deuxièmement, il faut mettre en valeur le rôle directeur du gouvernement dans la lutte contre la pauvreté, car la croissance économique globale ne suffit plus pour éliminer la pauvreté, quelquefois son rôle est même presque nul. C’est au gouvernement de se charger de l’assistance ciblée aux démunis et de l’évaluation des résultats de la lutte contre la pauvreté. Le gouvernement central est chargé de la coordination générale, les provinces se chargent de la responsabilité, les villes et les districts s’occupent de la mise en application concrète. Ce mécanisme permet d’accroître l’efficacité de la lutte contre la pauvreté menée par le gouvernement ; ces expériences qui ont une valeur universelle sont utiles pour tous les partis au pouvoir et tous les gouvernements qui sont déterminés à éliminer la pauvreté.

 

Troisièmement, il faut perfectionner le mécanisme qui permet d’identifier les personnes ayant vraiment besoin d’aide, ce qui est la base de la lutte ciblée contre la pauvreté. Dans la pratique, du gouvernement central aux autorités locales, la Chine a établi un mécanisme d’identification des personnes pauvres à travers le pays. Les gouvernements des différents échelons se chargent des tâches clairement assignées. L’évaluation démocratique parmi les villageois joue un rôle complémentaire. Ce mécanisme est très efficace et peut s’adapter aux différents pays pour bien cibler les personnes pauvres et les aider à sortir de la pauvreté.

 

Quatrièmement, il faut encourager les personnes pauvres, élever leur niveau d’instruction pour augmenter leur capacité de développement autonome, mettre en valeur leur rôle en tant qu’acteur principal de la lutte contre la pauvreté. La caractéristique la plus marquante du succès de cette lutte réside dans la capacité de développement autonome des personnes auparavant pauvres. La Chine insiste toujours sur la combinaison de l’aide concrète aux démunis avec la stimulation des forces endogènes chez les personnes pauvres. Elle ne cesse d’innover sur les moyens et les méthodes de participation des personnes pauvres à l’élimination de la pauvreté, en respectant l’initiative des cadres et des habitants des régions pauvres.

 

Cinquièmement, il faut explorer une voie de réduction de la pauvreté correspondant à la situation de chaque pays. Les expériences réussies de la Chine résultent de ses pratiques de longue date et des expériences réussies dans cette lutte menée dans d’autres pays. En général, les solutions et les expériences d’éradication de la pauvreté, surtout les théories et les méthodes sur l’assistance ciblée aux démunis sont universellement applicables dans d’autres pays. La plupart des politiques, mesures et modes appliqués en Chine peuvent servir de références aux autres pays. Toutefois, les degrés de pauvreté diffèrent d’un pays à l’autre. Les caractéristiques et les causes de la pauvreté ne sont pas les mêmes dans ces pays. En conséquence, lorsqu’un pays s’inspire des solutions et des expériences d’autres pays dans sa lutte contre la pauvreté, il vaut mieux tenir compte de sa propre situation et trouver dans la pratique les moyens visant à établir un modèle qui lui convient.
 

*HUANG CHENGWEI est chercheur et directeur du Centre national d’éducation et de communication pour la réduction de la pauvreté, relevant du Bureau du groupe dirigeant pour la réduction de la pauvreté et le développement du Conseil des affaires d’État.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号