Accueil>Opinions

L’économie chinoise : un effet stimulant sur la croissance mondiale

2018-05-02 14:56:00 Source: Author:LU YANAN*
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit

Le 11 février 2018, le pétrolier singapourien de 300 000 tonnes « EAGLE VARNA »

jette l’encre dans le port de Shihua, sur les îles de Zhoushan,

pour décharger 136 000 tonnes de pétrole.

En 2017, la Chine a affiché un taux de croissance économique en hausse, atteignant 6,9 %, soit l’un des taux les plus élevés au monde. Selon les estimations de la Banque mondiale, le taux de croissance économique globale en 2017 s’est établi à environ 3 %. Le calcul détaillé de ce chiffre révèle que l’économie chinoise pèse désormais près de 15,3 % dans l’économie mondiale et contribue à la croissance économique mondiale à hauteur d’environ 34 %.

Le responsable du service général du Bureau national des statistiques a commenté : « L’économie chinoise, en progression continue et régulière, a fortement stimulé la reprise de l’économie mondiale, a vigoureusement promu le développement du commerce mondial et a fait naître des opportunités de développement sans précédent pour les peuples du monde entier. Dans le discours qu’il a tenu à la cérémonie d’ouverture du Forum de Boao pour l’Asie, le président Xi Jinping a présenté explicitement une série de mesures majeures visant à accroître l’ouverture de la Chine. Le pays devrait donc partager davantage de dividendes avec le reste du monde à l’avenir. »

L’économie chinoise, principal moteur de la croissance économique mondiale

Ces dernières années, l’économie chinoise a maintenu une croissance rapide, devenant un moteur indispensable à la reprise et au développement permanent de l’économie mondiale. Entre 2013 et 2016, la part du PIB chinois dans l’économie mondiale a gagné 2,3 points de pourcentage, passant de 12,5 % à 14,8 % (selon des statistiques rapportées au taux de change de l’année correspondante). D’après un calcul en dollars US constants de 2010, au cours de ces quatre années, l’économie chinoise a atteint un taux de croissance annuel moyen de 7,2 %, un chiffre beaucoup plus élevé que le taux enregistré par les trois grandes économies développées sur la même période (États-Unis à 2,1 %, zone euro à 1,2 % et Japon à 1,1 %). Elle a ainsi donné une forte impulsion à la croissance économique mondiale, au travers d’une contribution moyenne supérieure à 30 %.

Forte de sa croissance soutenue, la deuxième plus grande économie au monde a également joué un rôle de stabilisateur clé de l’économie mondiale, en atténuant le risque de fluctuations. Entre 2013 et 2016, la croissance économique de la Chine a fluctué de 1,1 point de pourcentage seulement, un intervalle nettement moins élevé que celui des États-Unis, de la zone euro et du Japon au cours de la même période. D’après les conclusions, si l’influence de l’économie chinoise n’était pas prise en compte dans le calcul entre 2013 et 2016, le taux de croissance annuel moyen de l’économie mondiale baisserait de 0,6 point de pourcentage tandis que son degré de fluctuation s’élèverait à 5,2 %.

Le marché chinois, accélérateur de la consommation mondiale

La Chine, qui abrite près d’un cinquième de la population mondiale, est sur le point de réaliser son objectif d’édifier une « société d’aisance générale », s’avérant déjà le marché de consommation le plus dynamique et le plus prometteur au monde.

Entre 2013 et 2016, d’après un calcul effectué en dollars US constants, la consommation finale des ménages chinois a contribué à la croissance de la consommation mondiale à hauteur de 23,4 % en moyenne annuelle, la Chine se classant ainsi parmi les premiers pays contributeurs à cet égard. En comparaison, sur la même période, les États-Unis, la zone euro et le Japon affichaient respectivement des taux à 23 %, 7,9 % et 2,1 %. Précisons d’ailleurs que le taux de croissance annuel moyen de la consommation finale en Chine est estimé à 7,5 % au cours de la même période, contre 2,2 % aux États-Unis, 1 % dans la zone euro et 0,6 % au Japon. Quant au taux de croissance annuel moyen du marché mondial de la consommation, il atteint 2,4 %.

Depuis de nombreuses années, la Chine est le pays d’où proviennent la majorité des touristes voyageant à l’étranger. Selon des statistiques communiquées par les services compétents, en 2017, 130 millions de citoyens chinois ont voyagé hors du pays, un total en hausse de 7 % par rapport à l’année précédente. Au cours de leur séjour à l’étranger, ceux-ci ont dépensé 115,29 milliards de dollars, un chiffre en hausse de 5 %. D’autres données indiquent qu’en 2016, les touristes chinois aux États-Unis ont déboursé environ 13 000 dollars en moyenne par personne, ces dépenses totalisant 35,22 milliards de dollars cette année-là. En moyenne, chaque jour, environ 97 millions de dollars de recettes allaient dans les poches de l’Oncle Sam.

Le 12 janvier 2018, une employée d’un supermarché de Taiyuan (province du

Shanxi) recharge les rayons de produits importés.

Les importations chinoises, vecteur de rééquilibrage de l’économie mondiale

Ces dernières années, la demande de la Chine en produits étrangers s’est accrue à toute vitesse, contribuant toujours plus à la prospérité du commerce international et promouvant efficacement le rééquilibrage de l’économie mondiale. Selon les statistiques de la Banque mondiale, la part des importations chinoises de biens et services sur le marché mondial des importations a progressé de 1,3 point de pourcentage entre 2011 et 2016, passant de 8,4 % à 9,7 %. A contrario, les trois grandes économies développées que sont les États-Unis, la zone euro et le Japon, la part de leurs importations a accusé en moyenne une baisse de 0,4 point de pourcentage au cours de la même période.

En 2017, les importations chinoises ont continué de suivre une progression régulière, garantissant une contribution accrue à la croissance du commerce mondial. Selon des statistiques publiées par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), sur la période entre janvier et octobre 2017, la Chine a enregistré un taux de croissance de ses importations (dont la valeur est rapportée en dollars américains) supérieur de 10,4 points à celui des États-Unis, de 8,1 points à celui de l’Allemagne, de 7,6 points à celui du Japon et de 6,5 points à la moyenne mondiale. Au cours de ces trois premiers trimestres, les importations chinoises ont représenté 10,2 % du volume des importations mondiales, et leur essor a contribué à la croissance du marché d’importation mondial à hauteur de 17 %.

La Chine est également un grand pays importateur de produits en vrac dans le monde. En 2017, la Chine a battu son propre record en important 420 millions de tonnes de pétrole brut, 1,075 milliard de tonnes de minerais de fer et 95,54 millions de tonnes de soja, des chiffres en hausse de 5 %, 10,1 % et 13,9 % respectivement par rapport à l’année précédente, malgré l’accroissement du prix moyen à l’importation de 29,6 %, 28,6 % et 5 % pour ces trois produits. Cette tendance a favorisé la relance économique des pays exportateurs de matières premières, ce qui a joué un rôle majeur dans la stabilisation des prix de ces matières premières.

Il faut dire que la réforme et l’ouverture de la Chine ont ouvert de nouvelles opportunités pour le monde.

« Le développement de la Chine n’a pas seulement apporté des bienfaits à la vaste majorité des citoyens chinois. Il a également engendré des opportunités de développement pour tous les pays, qu’ils soient développés ou en développement », a déclaré le responsable du service général du Bureau national des statistiques. À titre d’illustration, l’initiative « la Ceinture et la Route » proposée par la Chine a été accueillie positivement par un grand nombre de pays. À l’heure actuelle, une centaine de pays et organisations internationales y participent déjà d’une manière ou d’une autre, et plus de 80 pays et organisations internationales ont ratifié des accords de coopération avec la Chine.

En outre, en 2017, les entreprises chinoises ont émis pour 14,36 milliards de dollars d’investissements directs non financiers dans 59 pays situés le long des nouvelles Routes de la Soie. Elles ont également signé de nouveaux contrats en vue de grands chantiers à l’étranger dans 61 pays frontaliers des nouvelles Routes de la Soie, pour un montant total de 144,32 milliards de dollars, soit une hausse de 14,5 % en glissement annuel. Ainsi, le chiffre d’affaires de ces firmes a atteint 85,53 milliards de dollars, soit une hausse de 12,6 % en glissement annuel.

L’énorme appétit de la Chine pour les produits de haute technologie et du secteur des services offre également aux pays développés des possibilités de coopération comme jamais. Selon les statistiques émises par le département du Commerce des États-Unis, en 2015, les exportations de biens et services vers la Chine ont permis aux États-Unis de maintenir 910 000 emplois sur son territoire. De par son poids démographique considérable et sa croissance économique régulière, la Chine constitue une source d’opportunités de développement pour les entreprises du monde entier. Aujourd’hui, un nombre croissant de firmes basées dans des pays développés font leur entrée sur le marché chinois et renforcent leur coopération avec la Chine, récoltant bien souvent un formidable profit.

« La porte ouverte de la Chine ne se refermera pas, mais au contraire continuera à s’ouvrir encore davantage », avait promis le président Xi Jinping au Forum de Boao pour l’Asie, exprimant sans équivoque devant le monde entier la position choisie par la Chine. En tant que grand pays responsable, la Chine soutient le concept de développement caractérisé par l’ouverture, l’inclusion et le bénéfice mutuel. Elle appelle à la construction d’une communauté de destin pour l’humanité afin de multiplier les opportunités de développement au profit de tous les pays et de promouvoir la prospérité commune dans le monde.

*LU YANAN est journaliste pour le Quotidien du Peuple.

Article paru initialement dans le Quotidien du Peuple le 13 avril 2018.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号