Accueil>La Chine à la loupe

La Chine élargira davantage son ouverture

2018-07-31 15:15:00 Source:La Chine au présent Author:
【Fermer】 【Imprimer】 GrandMoyenPetit
Le 28 novembre 2017, le Centre de services administratifs de la zone pilote de libre-échange
de Shanghai est animé. Beaucoup de gens viennent déposer leur demande ou consulter.
 
AN BEI et CHEN WEIWEI*
 
Le 28 juin, la Commission nationale du développement et de la réforme ainsi que le ministère du Commerce ont publié un document intitulé Mesures spéciales de gestion sur l’accès au marché des investissements étrangers (liste négative) édition 2018 (ci-après dénommé « la liste négative »), qui vise à élargir l’accès au marché des investissements étrangers dans 22 domaines.

 

Dans un contexte de prévalence du protectionnisme mondial, la publication par la Chine de listes négatives reflète sa détermination à mettre en place des actions concrètes qui visent à élargir son ouverture.

 

Ouverture à tous  les niveaux

 

La nouvelle liste négative concernant l’accès des investissements étrangers au marché chinois couvre les secteurs primaire, secondaire et tertiaire et concerne principalement 22 domaines, parmi lesquels, la finance, les transports, les échanges commerciaux, les services professionnels, la fabrication, les infrastructures, l’énergie, les ressources et l’agriculture.

 

Ces dernières années, la Chine a régulièrement rédigé et amélioré des listes négatives concernant l’accès des investissements étrangers au marché chinois dans le cadre des zones pilotes de libre-échange, et a proposé pour la première fois en 2017 une liste négative destinée à l’ensemble du pays. Depuis les premières listes, le nombre de restrictions sur les investissements étrangers est passé de 180 à 60. Entre 2017 et 2018, 15 mesures restrictives ont été annulées.

 

Selon le livre blanc La Chine et l’Organisation mondiale du commerce publié le 28 juin par le Bureau d’information du Conseil des affaires d’État, la Chine assouplira ses politiques sur l’accès au marché des capitaux étrangers pour s’adapter à la nouvelle situation de la mondialisation économique et aux changements des règles d’investissement internationales.

 

Un marché plus étendu et plus ouvert ainsi qu’un environnement des affaires en constante amélioration font de la Chine une destination attractive pour les investissements. De janvier à mai 2018, les investissements réels en provenance des économies développées en Chine ont considérablement augmenté, entre autres, ceux de Singapour, de la Corée du Sud, du Japon, des États-Unis et de la Grande-Bretagne, qui ont connu une augmentation respective de 33,9 %, 66,9 %, 5,1 %, 16,3 % et 56,9 % par rapport à la même période de l’année précédente. D’après le Rapport d’enquête sur l’environnement des affaires en Chine 2018 publié par la Chambre de commerce américaine en Chine, presque 60 % des entreprises interviewées classent la Chine parmi leurs trois premières destinations d’investissements sur la planète, et 74 % des sociétés membres ont l’intention d’augmenter leurs investissements en Chine en 2018, ce qui représente la plus grande proportion ces dernières années.

 

La nouvelle liste négative a annulé les restrictions sur les investissements étrangers dans les secteurs manufacturiers tels que l’automobile, l’aviation et la navigation, ouvrant davantage le secteur des services et de l’industrie semencière, ce qui manifeste l’ouverture, la flexibilité et la haute efficacité du système de gestion de la Chine sur les investissements étrangers et revêt une importante signification pour la construction d’un nouveau système économique ouvert, explique Li Dawei, chercheur adjoint de l’Académie de recherche en macroéconomie de la Commission nationale du développement et de la réforme.
 
Le 17 novembre 2016, Beijing Benz Automotive Co., Ltd a annoncé la sortie du
millionième véhicule de la chaîne de production de son usine à Beijing.

 

Une ouverture progressive

 

Récemment, des institutions financières étrangères, comme UBS Securities, Nomura Securities et JP Morgan Chase, ont soumis à la Commission de contrôle boursier de Chine des demandes de création de sociétés d’investissements étrangers pour saisir les opportunités apportées par la nouvelle série de mesures d’ouverture de la Chine.

 

En comparaison avec la dernière édition de la liste négative, l’édition 2018 fait une proposition claire sur le processus et le calendrier de l’ouverture dans les secteurs automobile et financier.

 

Dans le secteur automobile, la restriction sur le taux de participation des capitaux étrangers dans le secteur des véhicules à énergie nouvelle et des véhicules spéciaux est annulée à partir de 2018, et cette annulation s’étendra aux véhicules commerciaux en 2020 et aux véhicules pour passagers en 2022. Par ailleurs, la limitation à deux sociétés mixtes en Chine sera annulée en 2022.

 

En matière de finance, à partir de 2018, la restriction selon laquelle l’actionnariat unique des investissements étrangers dans les banques chinoises ne peut dépasser 20 % et l’actionnariat total ne peut dépasser 25 % est annulée ; auparavant, les actions des sociétés de titres, les sociétés de gestion de fonds de placement et les sociétés de courtage à terme étaient 100 % chinoises ; à partir de 2018, elles peuvent être détenues à hauteur de 51 % par des investisseurs étrangers et en 2021, elles pourront être détenues en totalité par des investisseurs étrangers ; en 2018, la limite supérieure du ratio des actions détenues par des investisseurs étrangers dans les entreprises d’assurance-vie passe de 50 % à 51 %, une restriction qui sera totalement annulée en 2021.

 

« Il faut élargir l’ouverture de manière progressive, donner aux secteurs concernés un temps de transition et renforcer la prévisibilité de l’ouverture », déclare un responsable de la Commission nationale du développement et de la réforme.

 

Depuis la mise en place de la politique de réforme et d’ouverture il y a 40 ans, l’interaction de la Chine avec le monde extérieur se renforce sans cesse, le système d’économie de marché socialiste chinois s’est continuellement amélioré, les entreprises chinoises ont gagné du terrain dans la compétition mondiale, et la transformation et la mise à niveau de l’économie chinoise ne cessent de s’accélérer.

 

« À l’ère nouvelle, de plus en plus d’investissements étrangers affluent vers les industries haut de gamme, ainsi l’accélération de la réforme sur l’accès au marché et l’amélioration de l’environnement des affaires conformément à la nouvelle situation constituent des décisions actives du gouvernement chinois d’après sa propre logique de développement et ses expériences historiques », indique Zhang Yansheng, chercheur en chef du Centre d’échanges économiques international de Chine.

 

Ouverture de haut niveau

 

Élargir considérablement l’ouverture dans le domaine des services et dans le secteur manufacturier, assouplir l’accès au marché dans les secteurs de l’agriculture, des ressources et de l’énergie... La nouvelle liste négative a lancé une série de mesures dans divers domaines étroitement liés au développement économique de haute qualité.

 

La croissance chinoise est un processus d’intégration active dans la mondialisation économique. Grâce au perfectionnement de son environnement industriel, politique et juridique, la Chine possède déjà les bases d’un développement de haut niveau. Les nouvelles mesures d’ouverture favoriseront le renforcement de la coopération en matière d’investissements et le développement des échanges de capitaux, de technologies et de personnel qualifié entre la Chine et d’autres pays et régions, pour élargir le champ des bénéfices mutuels et du gagnant-gagnant.

 

L’élargissement de l’accès au marché de produits à forte valeur ajoutée, tels que l’automobile, peut non seulement accroître directement l’offre de produits de haute qualité, mais également pousser les entreprises chinoises à augmenter leurs investissements en R&D et à repenser leur philosophie de gestion dans la compétition avec les entreprises étrangères, afin de proposer des produits et services plus performants et de meilleure qualité.

 

L’élargissement de l’accès au marché dans le secteur financier revêt une importance significative pour l’optimisation de l’efficacité allocative des capitaux, la réduction des coûts de financement des entreprises, la stimulation de l’innovation, l’amélioration du processus de production des entreprises, et l’augmentation de la qualité de l’offre.

 

« L’introduction active de capitaux étrangers est une exigence nécessaire pour améliorer la qualité de l’offre. Non seulement le choix de produits peut être élargi, mais cela peut également motiver les entreprises chinoises à créer des produits de meilleure qualité pour répondre aux besoins croissants de la population », explique Li Dawei.

 

Depuis 1992, le volume des investissements directs étrangers en Chine est le plus important parmi les pays en développement : après l’adhésion de la Chine à l’OMC, ce volume est passé de 46,88 milliards de dollars en 2001 à 136,32 milliards de dollars en 2017, ce qui a représenté une augmentation annuelle de 6,9 %... Le développement économique chinois au cours des quatre dernières décennies est inséparable de l’ouverture du pays, et la réalisation future d’une croissance de haute qualité dépendra de l’élargissement de l’ouverture.
 

*AN BEI et CHEN WEIWEI sont journalistes de l’Agence de presse Xinhua.

Partager:

Copyright © 1998 - 2016

今日中国杂志版权所有 | 京ICP备:0600000号